speedmaster vintage

C’est en 1957 que la Omega Speedmaster, ce chef-d’oeuvre intemporel que l’on retrouve dans la majorité des collections de montres d’amateurs passionnés, est née. Dans cet article, nous allons nous pencher sur les origines de la Speedmaster, sur ce qu’elle représentait à l’époque, et sur les différentes références qui ont existé avant qu’elle ne devienne la montre d’anthologie que l’on connait aujourd’hui. Nous n’allons pas parler de toutes les montres d’Omega qui utilisent l’appellation Speedmaster, mais plutôt nous concentrer sur celles qui respectent l’esprit original de la Speedmaster vintage, entre 1957 et 1988. (ici pour consulter notre guide d’achat sur les montres vintage)

Omega Speedmaster : Les origines d’une moonwatch légendaire

Pour comprendre et tenter d’appréhender les origines de la Omega Speedmaster, il est important de remettre les choses dans leur contexte. Comme on le disait en introduction, le lancement de la Speedmaster a eu lieu en 1957, et à cette époque, les chronographes n’étaient absolument pas considérés comme des accessoires de mode ni comme des bijoux, mais bel et bien comme des outils. Des outils destinés à certains professionnels comme des ingénieurs, des docteurs, des scientifiques, mais également des directeurs d’oeuvres cinématographiques ou télévisuelles, ou encore des athlètes ainsi que leurs coachs et d’autres membres de leurs équipes. Pourquoi ces chronographes sont-ils considérés comme des outils de travail ? Et bien en partie parce que les marques axent leur communication sur ce créneau. C’est assez flagrant avec la Omega Speedmaster, dont vous pouvez voir une publicité d’époque ci-dessous:

Plusieurs choses découlent du fait que ces chronographes, dont la Speedmaster, soient destinés à un type plutôt restreint de professionnels. D’une part, ces modèles sont équipés d’options et de dispositifs d’une complexité bien supérieure aux modèles destinés au grand public à qui on ne demande que de donner l’heure. D’autre part, la masse de clients cibles pour ces chronographes sur-performants est bien plus réduite que pour des montres de série. Ces montres sont donc bien plus précises et compliquées, mais aussi bien plus rares. Résultats : elles sont également bien plus cher.

En 1957 donc, la Speedmaster était équipée d’une lunette gravée et d’une fonction chronographe ultra précise, elle proposait des propriétés anti-magnétiques, elle était résistante aux chocs, son boîtier était triplement scellé afin de la rendre étanche jusqu’à 60 mètres de profondeur, et son design épuré offrait une élégance difficilement égalable. Omega la considérait comme l’ordinateur de poignet le plus fiable, le plus précis, et le plus utile au monde. Rien que ça.

Une évolution pas à pas

Le style de cette toute première Speedmaster ainsi que ses spécificités ne seront utilisés que pendant trois ans, et les montres conçues pendant cette période font partie d’une série appelée Speedmaster 2915. Dans celle-ci, on peut distinguer la 2915-1, la 2915-2 et la 2915-3, mais ces trois références sont relativement proches. Les montres appartenant à cette série 2915 sont de loin les Speedmaster les plus chères, les plus recherchées, et les plus rares qu’il soit. Elles sont d’ailleurs facilement reconnaissables, notamment en raison de leur large pointe de flèche sur l’aiguille des heures, et de leur lunette en acier inoxydable avec échelle tachymétrique. Deux autres détails qui permettent de reconnaître les Speedmasters de cette série : Le « O » de Omega est de forme ovale alors qu’il deviendra plus rond sur les Speedmaster plus récentes, et la queue du « R » final de Speedmaster est aussi plus longue sur les 2915 que sur les moins vieilles…

speedmaster vintage

credit photo : Vesper & Co

De 1959 à 1963, ce sont la Speedmaster 2998 et ses dérivés qui prirent la place des anciennes 2915. C’est avec cette nouvelle version que l’on commence à découvrir la Speedmaster comme on la connaît aujourd’hui. Sur les deux premières versions de cette nouvelle série, la 2998-1 et la 2998-2, les grosses pointes de flèches disparaissent, la lunette qui était couleur acier devient noire, et on peut lire le « Base 1000 » sur la lunette à échelle tachymétrique. A partir de la 2998-2, la forme ovale du « O » de Omega dont on parlait plus haut disparaît. Sur la version 2998-3, on garde les nouvelles flèches, mais l’inscription sur la lunette se transforme en « Tachymètre 500 ». A partir de la Speedmaster 2998-4, les aiguilles des sous-cadrans se transforment en de petits bâtons droits pour remplacer les formes plus triangulaires des modèles d’avant. Les autres références dans cette série 2998 sont quasiment identiques.

vraie speedmaster

C’est avec une Speedmaster de la série 2998 que la corrélation entre ce modèle et l’industrie de l’aérospatiale a commencé à faire son apparition : en 1962, l’astronaute Wally Schirra a embarqué pour la mission Mercury Atlas 8 avec sa propre Speedmaster au poignet, qui deviendra alors la première Omega dans l’espace.

Wally Schirra omega

L’astronaute Wally Schirra avec sa Omega Speedmaster

En 1964, la Speedmaster référence 105.003 propose des aiguilles des heures et des minutes blanches, droites et fines, pour remplacer les formes triangulaires longues des références précédentes. Ce nouveau style d’aiguille restera utilisé sur toutes les Speedmaster plus récentes. C’est également à partir de cette référence que l’on observe la naissance de Speedmaster un peu plus costaud, avec des boutons poussoirs plus grands.

La référence 105.012, produite elle aussi aux alentours de 1965, s’approche de plus en plus de la Speedmaster d’aujourd’hui. Elle se dote d’un nouveau boîtier de 42 millimètres contre 38 millimètres sur les modèles plus anciens, les boutons poussoirs deviennent plus larges et sont protégés par la forme du nouveau boîtier, et on voit l’inscription « Professional » apparaître en dessous de « Omega Speedmaster » sur le cadran.

omega d epoque

Cette référence est l’une des plus connues, entre autres parce que c’est celle qui a été utilisée par les astronautes pour les tests de missions Apollo. La Speedmaster 105.012 est la montre que Neil Armstrong portait lorsqu’il a mis le pied sur la lune! Ce qui instaure une vraie image de moonwatch à la Speedmaster !

omega Neil Armstrong

La référence d’après, la 145-012, qui est l’évolution directe de la 105.012, est la Speedmaster qui fut la plus portée par des astronautes. C’est également la plus accessible des Speedmaster de l’époque, utilisant toujours le calibre 321 qui a fait la renommée des Speedmaster. À partir de la référence d’après, la 145-022, le calibre change et devient le 861. Ce nouveau calibre est plus accessible financièrement et un peu moins authentique, mais le changement stratégique a été fait par Omega à ce moment-là car la marque commençait à subir la pression des montres à quartz et notamment celle du Japonais Seiko

omega sur la lune

De nombreuses sous-références de cette 145.022 ont existé. Sur les modèles de la 145.022-68, le dos du boîtier fut gravé du texte : « The First Watch Worn On The Moon. » Comprenez : « La Première Montre Portée Sur La Lune ».

The First Watch Worn On The Moon

Credit : Thwizzit via forums.watchuseek

La 145.022 fut dérivée en plusieurs sous-références entre 1971 et 1988, dont la 145.022-71 qui fut la première à utiliser le boîtier médaillon. Pour beaucoup, les références qui sont donc sorties avant 1988 sont les modèles qui représentent la vraie Speedmaster d’antan vintage qui vaut le coup d’être collectionnée.

 

 

Pour finir sur l’histoire de la Speedmaster

Pour conclure ce petit guide des Speedmaster Vintage, nous tenons à rappeler qu’en ce qui concerne cette montre, il n’y a pas vraiment de règle fixe recensant les années de fabrication et les spécificités des différents modèles. Les informations présentes dans cet article sont supposées et générales, mais dans les faits, on peut trouver des montres authentiques avec des références identiques, mais des différences au niveau du design. Il est également possible de trouver par exemple une 2915-2 produite en 1957, et une 2915-1 produite en 1958. L’histoire de cette montre d’anthologie a fait que ce genre de détail soit relativement courant. Il est donc assez compliqué d’identifier l’authenticité et la référence exacte d’une Speedmaster.

Un autre des points importants à évoquer à propos des Speedmaster Vintage, c’est le nombre incroyable de fausses pièces de remplacement utilisées lors de réparations ou de modifications. Il convient d’être extrêmement vigilant lors de l’achat d’une des vielles références, surtout pour les 2915 et les 2998. Les modèles entièrement d’origines de ces références sont extrêmement rares et extrêmement recherchés. Selon les estimations des experts, il n’y aurait que quelques centaines de 2915 entièrement d’origine encore en circulation aujourd’hui.

omega vintage

Un dernier point concernant cette montre historique : La décision de passer du mouvement 321 au 861, même si elle était certainement nécessaire comme on l’a expliqué plus haut, a eu pour effet de faire perdre une grosse partie de son charme à la Speedmaster. Pour rappel, le mouvement 321 a fait son apparition en 1941, et a été utilisé dans de nombreux chronographes qui font partie des meilleurs du monde, que ce soit chez Patek Philip pendant des années, ou chez Vacherons et Breguets jusqu’à aujourd’hui. Ceci dit, même si le 861 est moins rare et moins authentique, il n’en reste pas moins un mouvement d’une qualité grandiose, et les Speedmaster même récentes restent des montres d’exception.

Les Omega Speedmaster conçues de nos jours se vendent aux alentours de 5 000 euros neuves, et d’après nous, elles restent de merveilleux garde-temps, qui vous donnera entière satisfaction, jusqu’au restant de vos jours si vous décidez de la garder.

Share: