skx007-siko-montre-plongee

C’est en 1996 qu’apparaît pour la 1ère fois l’une des montres les plus iconiques de Seiko, la SKX007.  Cette montre de plongée embarque le mouvement automatique 7S26, un calibre réputé pour sa robustesse, sa fiabilité, et sa précision largement suffisante. Un design simple et efficace, une solidité réputée et un prix à la portée du plus grand nombre ont contribué à faire de la SKX007 l’une des montres les plus vendues de la marque de Tokyo. Retour sur un phénomène horloger.

prospex-sport-automatique-diver-s-skx007k2

Crédit photo : Seiko

Seiko SKX007, l’évolution de l’espèce.

La Seiko SKX007, c’est avant tout un design. Ce boitier généreux sans être ostentatoire, robuste sans être massif, mariant habilement forte personnalité et discrétion explique le succès du modèle.

La-6105-8110-Apocalypse-Now-Credit-photo-Chronomania

La 6105-8110 “Apocalypse Now” – Crédit photo : Chronomania

Mais le plus étonnant, c’est que ce design à plus de 40 ans ! Il n’est que l’évolution en plus mince du boitier de la fameuse et célèbre 6105-8110, surnommé “Apocalypse Now” ou “Cpt Willard”, car on la retrouve au poignet de Martin Sheen dans le chef d’oeuvre de Coppola.

Etonné par cette affirmation ? Allons, regardez mieux. Ce protège-couronne ne vous évoque rien ? Vous la voyez l’inspiration maintenant ?

Nous en sommes en 1978, et la SKX007 n’apparaîtra que dans 18 ans ! Que s’est-il passé entre temps ? Seiko présente dans le catalogue 79 un nouveau modèle de sa gamme Silverwave, équipé du calibre à quartz 7546, la PHK061. Regardez bien ce boitier. Nous assistons là, émus, à la naissance du boitier de la SKX007.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’un boitier identique, mais les grandes lignes sont là. Les Silverwave ne sont d’ailleurs en aucun cas de plongeuses. Tout juste, ce modèle, offre un look sportif et une lunette graduée, mais ça s’arrête là.

Seiko Silverwave de 1978

Seiko Silverwave 1978 bracelet nato – Crédit photo : Zultan @ SeikoCitizenForum

Seiko Silverwave 1978

Seiko Silverwave 1978 – Crédit photo : Ajiba54 @ mywatchmart

La 1ère véritable plongeuse à adopter ce design apparaît au catalogue 1980, toujours équipée du calibre à quartz 7548 , et il s’agit de la PYH011 avec lunette Pepsi, et de la PYH018 avec lunette noire, un Diver’s 150m.

Seiko Divers PYH011

Seiko Divers PYH011 – crédit photo : noonan @ watchuseek

Seiko Divers PYH018

Seiko Divers PYH018 – crédit photo : seikofanatico @ watchuseek

En 1986, les PYH0xx équipées du 7548 cèdent leur place à la SSBT048, équipé du calibre high-torque 7C43, un dérivé du 7C46 qui motorise alors la Tuna, et la Ashtray, les modèles phares de la gamme de montres de plongée de cette deuxième moitié des 80’s. Son étanchéité est alors portée à 200m, et son cadran modifié en conséquence. Elle devient alors “Professional”.

Seiko Divers Professional SSBT048

Seiko Divers Professional SSBT048 – crédit photo : antiwatchman

 

SSBT048

Seiko Divers Professional SSBT048 – crédit photo : P415B @ use

 

SSBT048 cadran dial

Seiko Divers Professional SSBT048 – Dial detail – crédit photo : P415B @ use

 

Seiko 6309-7290 – la Turtle qui n’en est pas une.

Vous connaissez tous la mythique Seiko Turtle, très récemment relancé par Seiko dans une version légèrement agrandie. Elle porte la référence 6309-7040, la plupart du temps, car c’est la version la plus répandue, dîte JDM (Japanese Domestic Market), vendue au Japon. On la trouve également sous la référence 6309-7049, qui était la version export, destiné au marché US. Avec son boitier coussin de 45mm, qui lui donna son surnom, elle succéda à la 6105-8110 évoqué plus avant dans cet article. La Turtle a été produite entre 1976 et 1988, année ou elle sera remplacée par la 7002, mais nous y reviendrons.

seiko-6309-7040

6309-7040 – crédit photo : fratellowatches

 

Elle embarque donc le mouvement 6309, un calibre à remontage automatique, 17 rubis, sans remontage manuel ni stop/seconde, un bon vieux tracteur sans fioriture, mais increvable, et c’est bien tout ce qu’on lui demandait…

C’est en 1982 qu’apparaît la version qui nous intéresse aujourd’hui, à savoir la 6309-7290 et ses déclinaisons.  Elle adopte le boitier “slimed-down” que nous connaissons encore aujourd’hui, avec son design affiné à 41mm (hors couronne et sa protection). Le mouvement ne change pas, les aiguilles restent identiques, par contre, le cadran adopte un look plus moderne, plus “viril” avec des index carrés et rectangulaires qui tranchent avec les index ronds de la Turtle.

Est-ce que cette version était destinée à remplacer la 6309-7040 ? Difficile d’être affirmatif. Toujours est-il que les 2 versions vont cohabiter jusqu’à la retraite du mouvement 6309, et le lancement de la 7002, en 1988.

6309-7290 seiko

6309-7290 – crédit photo : bodo @ TZ-UK

Seiko 7002 – une évolution, pas la révolution

C’est donc en 1988 qu’apparaît la 7002, qui vient remplacer la série des 6309. Notons qu’il existe en parallèle d’autres plongeuses en gamme, mais ce n’est pas le sujet. La 7002, en référence à son mouvement bien sûr, a été proposée et déclinée en une petite dizaine de versions, en fonctions des marchés, des inserts de lunette, des cadrans…

Le mouvement 7002 qui l’équipe ne va pas vraiment révolutionner le monde de l’horlogerie. Dérivé des mouvements série 7000 du début des années 70, il est plutôt moins qualitatif que le 6309 qu’il remplace. Pièces moulées et non usinées, plus de composants en plastique, et réserve de marche en légère baisse. L’objectif derrière cette évolution est de proposer un calibre qui soit peu cher à produire, tout en restant fiable et suffisamment précis, afin de proposer des montres qui soient pertinentes en terme de positionnement tarifaire face à des produits à quartz bon marché.

7002-700A, lunette Pepsi

La 7002-700A, lunette Pepsi, 150m – crédit photo : garydusa @ WUS

7002-7000 lunette noire

La 7002-7000, et sa lunette noire, destinée au marché international (hors US et JDM), 150m – crédit photo : thewatchspotblog

 

calibre 7002 –17 rubis 21600 alt/h

Le calibre 7002 – 17 rubis, 21600 alt/h – env 40h de réserve de marche – crédit photo : thewatchblogspot

Notons qu’il y aura 2 générations de 7002, la seconde offrant une étanchéité poussée à 200m. L’introduction de cette 2ème génération aura lieu en 1994. C’est également lors de cette introduction que nous verrons apparaître une lunette nouvelle génération, dont le look est … différent ! Alors que jusqu’à présent, les lunettes étaient bi-directionnelles à 60 clics, cette nouvelle génération, se conformant aux nouvelles normes en vigueur concernant les montres de plongée, adoptent une lunette uni-directionnelle à 120 clics.

7002-7039

La 7002-7039, 2ème génération, 200m – crédit photo : seikodiver.blogspot

 

7002-7020 nouvelle lunette

La 7002-7020 et sa lunette nouvelle génération – crédit photo : sprint veloce @ wus

 

seiko 7002-7029 cadran bleu

La 7002-7029, variante, rare, à cadran bleu. – crédit photo : itau @ scwf

La gamme 7002 sera produite jusqu’en 1998, date à laquelle apparaît celle qui nous intéresse aujourd’hui, la SKX007 !

 

SKX007, la première plongeuse de l’ère moderne

 

skx007-siko-montre-plongee

La SKX007 et son bracelet Jubilée, un combo dont on se lasse pas, un grand classique – crédit photo : hodinkee.com

C’est lors de son passage au mouvement 7S26, que la 7002 devient SKX007 / SKX009 (respectivement lunette noire et lunette Pepsi). Le 7S26 est une évolution du 7002. Il corrige quelques faiblesses de ce dernier, à savoir une réserve de marche et une précision moyennes. En passant de 17 à 21 rubis, ce mouvement atteint les 41h de réserve de marche, ce qui devient honorable, tandis qu’un nouveau balancier spiral permet d’améliorer la précision de ce calibre qui bat à 21600 alt/h. D’un diamètre de 12 lignes ou 27mm, pour une épaisseur de 4.8mm, il est l’un des mouvement les plus répandus chez Seiko, et est fabriqué dans les usines japonaises ou malaisiennes du groupe.

7s26

7s26

Le boitier est quasi identique à celui de la génération 7002. Il est en acier inoxydable, évidement, mesure 42.5mm de diamètre pour un peu plus de 13mm d’épaisseur. Etonnament, malgré des dimensions qui semblent généreuses sur le papier, la montre se porte très bien, et semble même compacte. De plus, sa versatilité en fait un modèle de polyvalence assez incroyable. Bracelet acier type “président” ou “jubilé”, Nato, Zulu, cuir, bracelet caoutchouc “Z22” ou Isofrane, votre choix change la montre du tout au tout. Ses aficionados ne s’y trompent pas, ils ont tout une collection de straps pour parer à toute éventualité.

Parlons tout de suite d’un des arguments massue de la SKX007, son prix. Vendu moins de 300€ en boutique officielle en France, ce tarif est tous simplement imbattable et assez incroyable. Rappelons que nous sommes en présence d’une montre de plongée répondant au standard en vigueur ISO 6425, embarquant un mouvement automatique, et 100% manufacture. A une période ou ce terme est galvaudé, posséder une SKX007 est assurément une preuve de bon goût, et d’intelligence horlogère.

Que nous propose donc Seiko pour ce tarif canon ? Tout d’abord, et nous l’avons brièvement abordé, un boitier acier inoxydable, aux finitions alternant le brossé sur le dessus des cornes, et le poli pour les flancs et le fond. Nous ne sommes évidement pas en présence d’un poli Zaratsu comme on peut le trouver chez Grand Seiko ou sur certaines Presage, mais les finitions sont excellentes pour le tarif proposé. La couronne, positionnée à 4h, est protégée par une excroissance, réminiscence de la 6105, et est bien évidement vissée. Elle permet le réglage de l’heure et du binôme jour/date. Elle est polie, non signée, mais nous ne lui en tiendrons pas rigueur. Le fond de boite, vissé, est gravé du fameux logo Tsunami, symbole des montres de plongée chez Seiko. On le verra apparaître pour la 1ère fois sur une Silverwave aux alentours de 1965. Une Silverwave ? Tiens tiens, ça ne vous rappelle rien ? Reprenez le début de l’article… On y retrouve les mentions habituelles telles que la référence du mouvement, le matériau de la boite, et le numéro de série. L’entrecorne, de 22mm, permet toutes les fantaisies au moment de choisir un bracelet.

Détails de la couronne et de la lunette

Cadran et aiguilles, tout est fait pour assurer une lisibilité optimale.

La lunette polie accueille un insert, noir sur la 007, pepsi sur la 009, reprenant l’habituelle minuterie nécessaire au calcul des temps de plongée. Le triangle, qu’on vient positionner en face de l’aiguille des minutes lorsqu’on utilise cette fonctionnalité, intègre une perle luminescente. Elle possède un double crantage, facilitant sa préhension, afin de la régler en la tournant, unidirectionellement sur 120 clics.

seiko SKX007 et SKX009

Une paire de SKX007 encadre une SKX009 avec une belle patine.

Le cadran est un modèle de sobriété et de lisibilité. Pas de place pour le luxe d’index ou de logos appliqués, ces derniers sont sérigraphiés. La mention “Diver’s 200m” est rouge, les index hypertrophiés sont recouverts du fameux Lumibrite, un matériau luminescent propre à Seiko, dont l’usage remonte aux années 40 ! Impossible de prendre la luminosité ou la lisibilité de cette plongeuse en défaut. D’autant que ce cadran, noir sur la 007, bleu sur la 009, surmonté d’un réhaut gradué assorti, est associé à des aiguilles recouvertes de la même matière. Leur forme est très classique pour la marque, et on les voit apparaître pour la première fois sur la Turtle. Celles des heures et des minutes sont chromées, tandis que la trotteuse, en lollypop inversée est blanche côté pointe et noire avec une extrémité ronde recouverte de Lumibrite de l’autre côté. A 3h, se trouve la fenêtre de jour/date, imprimés en noir sur disque blanc, pour une bonne lisibilité et une belle cohérence esthétique.

seiko-fond-boite-logo-tsunami

Le fond de boite, avec le logo Tsunami propres aux plongeuses de Tokyo

 

Le verre, est encore un matériau propriétaire de Seiko, à savoir un Hardlex, un verre minéral renforcé, idéal pour une montre supposée prendre des coups et subir les vicissitudes d’une dure vie de labeur. Certes, plus sensible à la rayure que d’autres matériaux, il est cependant quasi incassable. A choisir, mieux vaut un verre rayé, qu’un verre fendu laissant pénétrer l’eau ! Joliment chanfreiné, il participe de la personnalité de cette icône, offrant une vue imprenable sur ce cadran très épuré.
verre hardlex skx007

Le verre Hardlex chanfreiné

Mais tous ces éléments, pris séparément, ou mis bout à bout ne font pas un succès. Alors, qu’est-ce qui explique cet engouement, cette longévité ? En effet, en 2018, plus de 20 ans après sa sortie, la SKX007 est toujours en gamme chez Seiko !

seiko montre plongee skx007

Pour être honnête avec vous, il faut la porter pour comprendre. En préparant cet article, j’ai eu besoin de me faire prêter cette légende, je n’en possédait pas dans ma collection. Une fois mise au poignet, l’évidence était là. Je ne la rendrai pas. Ce design légendaire et indémodable, ce confort au porté, sa taille finalement très contenue, sa polyvalence qui lui permet de s’accommoder de tous les types de bracelets, sa lisibilité, son élégance, sa sobriété…

En fait, la SKX007 est la montre que vous voulez qu’elle soit. Vous cherchez une baroudeuse ? Elle l’est. Vous cherchez une plongeuse ? Bingo. Une sportive élégante ? Check. Une toolwatch ? Of course ! Faites le test. Choisissez un adjectif. Accolé le à la SKX. Ca matche. Tout le temps. Quel qu’il soit. Peu de montres traversent les années sans prendre une ride, peuvent s’adapter à toutes les situations, à tous les styles. La seule qui me vient à l’esprit, et qui est, elle aussi, une légende, c’est l’Omega Speedmaster. Rien de moins. Peut-être que vous ne le savez pas encore, mais il vous faut une SKX dans votre collection. Je n’en avais pas conscience. Grâce à cet article, cette erreur est réparée !

 

Avis Seiko SKX007
  • Look
  • Finition
  • Polyvalence
  • Rapport qualité/prix
4.3

Mon avis en bref

Un look indémodable, une versatilité déconcertante, un niveau de finition qui, sans être exceptionnel est excellent pour ce niveau de prix, une précision moyenne en sortie de chaîne, mais qui peut être facilement corrigé pour atteindre des performances étonnantes, une solidité à toute épreuve. Seiko réussit à offrir pour moins de 300€ une montre de plongée de manufacture. Et ce n’est pas le moindre de ses exploits !

 

SKX007 – Prix : env. 250€

SKXoo9 Prix : env. 250€

 

 

Partager:
Richard S.
Written by Richard S.
Amateur d'horlogerie dans les 2 sens du terme, puisque je ne suis pas un professionnel du milieu, cette passion est venue s'ajouter à de nombreuses autres il y a une petite dizaine d'années. En amour, comme disent nos cousins québéquois, pour Seiko, ma collection est plutôt centrée sur les montres de plongée, mécaniques ou à quartz, une technologie qui mérite de retrouver de la respectabilité. Recul et objectivité sont des qualités qui me permettent de vouer un amour raisonné et raisonnable au monde horloger et à ses dérives.