Guide : Les surnoms des montres Seiko

surnoms-seiko

Importante mise à jour de l’inventaire des surnoms de montres Seiko, plus de 140 références !

Publié pour la première fois en 2019 et mis à jour en 2020, l’inventaire des surnoms Seiko (nicknames en anglais) fait cette fois l’objet une mise à jour en profondeur. J’ai en particulier revu l’ordre de présentation des modèles pour mieux tenir compte de leur histoire et de leur filiation en termes de calibres. De petites erreurs ont été corrigées, comme des confusions entre références de boîtier et de cadran. Plusieurs nouveaux modèles ont été ajoutés (Wide Lugs, Apple, Mecha Spork, Survivor, Al Pacino, Slim Turtle, Aztec Red, Sea Grape, Schwartzkof, etc.).

Pour rappel le but n’est pas de faire un historique complet de chaque modèle, mais plutôt de brasser large, et là vous ne serez pas déçus. Les photos proviennent en général des multiples sites Seiko, d’Internet ou des réseaux sociaux, ou de ma collection personnelle.

L’inventaire commence par les modèles des années 60 et 70, essentiellement basés sur les calibres 6139 et 6138, qui ont généré un grand nombre de surnoms. Ensuite je passerai en revue les plongeuses, avec une petite introduction historique. Ensuite un groupe assez hétéroclite de modèles plus difficiles à classer. Et enfin je finirai avec les surnoms rendus célèbres grâce au cinéma.

La numérotation

Les premières versions de l’inventaire ont pris quelques libertés par rapport aux différentes références des montres Seiko. J’ai essayé d’y remettre de l’ordre. Pour rappel ces références se retrouvent sur la face arrière de la montre, sur le cadran, et dans les catalogues.

Prenons l’exemple de la fameuse SKX009 que tout le monde connaît :

  • Sur le fond on peut lire deux références
    • 7S26-0020 : le numéro de mouvement suivi du numéro du boîtier; le numéro du boîtier peut parfois varier selon le continent où la montre a été vendue, c’est le cas de la Pogue par exemple
    • 7635xx : le numéro de série unique de la montre
  • Sur le cadran on peut lire la référence 7S26-OO2R : le numéro de mouvement suivi de la référence du cadran
  • Et SKX007 est la référence commerciale du modèle, que l’on retrouve dans les catalogues, et qui peut varier d’un continent à l’autre.

Origines des surnoms

Un « surnom » est un petit nom inventé par les seikophiles et qui s’est propagé au travers des blogs et autres réseaux sociaux. Ils sont souvent largement répandus, parfois plutôt confidentiels, et lorsque de grands collectionneurs les publient sur leur compte Instagram, ils prennent tout de suite une large notoriété. Dans cette optique, j’ai supprimé de l’inventaire les noms qui émanent de la marque elle-même, tel que 62MAS, Alpinist, Impact, Discus et Think The Earth.

Les Seiko les plus anciennes n’ont pas de surnoms, parce qu’elles ont été commercialisées avec un nom spécifique. C’était l’époque des Marvel, Gyro Marvel, Lord Marvel, Crown, Laurel, Sportsman, Skyliner, Cronos, Goldfeather, Fairway, Blue Yacht, j’en passe et des meilleures. Il n’était pas nécessaire d’inventer des surnoms puisqu’elles avaient déjà un nom propre. De plus à l’époque il n’y avait pas d’internet ni de réseaux sociaux permettant aux seikophiles de communiquer entre eux.

Seiko Sportsman

Seiko Sportsman (crédit MichelOnTime)

En 1963 Seiko lance la famille des Sportsmatic 5 : c’est le début d’un énorme succès commercial puisque les Seiko 5 vont se vendre à des millions d’exemplaires dans le monde. Au début ce nom se suffit à lui-même, puis apparaît la Deluxe. En 1967 la deuxième génération de Seiko 5 apparaît, appelée parfois « New 5 », puis la DX, ensuite Actus, Silverwave…

Seiko J13081

La J13081, la toute première Seiko 5 Sportsmatic, ici dans une configuration “coussin” plus rare que celle avec boîtier rond (Crédit MichelOnTime)

Mais c’est avec la troisième génération de Seiko 5 que la mode des surnoms va apparaître et véritablement exploser. En 1968 sortent les « 5 Sports » puis en mai 1969 sort la première montre chronographe automatique au monde (n’en déplaise à Zenith), basée sur le fameux calibre 6139, rapidement suivi par le 6138. Cette famille porte le nom générique de « 5 Sports Speed-Timer ».  Pour mettre en valeur cette famille de « 5 Sports », je les ai regroupées au début de l’inventaire, cela couvre les années 60 et 70. Je ne saurais dire si ces surnoms sont réellement apparus dans les années 70, ou plus tard au fil du temps.

Les surnoms ne sont officiellement pas utilisés par la marque et souvent les détaillants peu informés ne les connaissent même pas.

Sommaire

Les Seiko 5 des années 60 et 70

Les mouvements que l’on retrouve dans cette période sont les suivants :

  • Pour l’usine Daini : 5126, 7019, 7017, 7015
  • Pour l’usine Suwa : 6119, 6106, et bien sûr les célèbres 6139 et 6138

The First

Ne cherchez pas cette “Seiko The First” sur Internet, c’est une petite fantaisie de ma part ! Cette référence 6106-8100 est en effet la première Série 5 Sports Diver, celle qui a ouvert la voie à une longue série. Notez que l’appellation “The First” est aussi utilisé pour la première Grand Seiko.

Seiko The First 6106-8100 retrowatchguy

Apple

Apple ou Biten apple, c’est à dire la “pomme mordue”, est une Seiko 5 Actus, une série qui s’est développée à partir de 1969 en parallèle aux 6139.

Seiko Biten Apple 5 Actus 6106

Seiko 5 Actus “Apple ou Biten Apple”, référence 6106-7xxx (crédit Shannon King)

Aquatimer

Cette Aquatimer doit son nom à une ressemblance des aiguilles avec l’IWC Aquatimer. Cela ne m’a pas sauté aux yeux, mais à y regarder de plus près, c’est vrai que les aiguilles bâton recouverte de lume font penser à l’IWC. Notez qu’on l’appelle aussi Baby Jumbo pour sa ressemblance avec la Jumbo 6138-300x.

Seiko Aquatimer 6139-7070 eBay

L’Aquatimer, référence 6139-7070 (source eBay)

Aztec Red

Ce modèle est sorti en 1969, équipé du calibre 6106 que l’on retrouve sur de nombreux modèles de la 3° génération de Seiko 5 de l’usine Suwa. Le catalogue de l’époque décrivait la couleur du cadran comme “Aztec Red”, d’où son surnom. Il semble qu’à l’époque certaines mauvaises langues ont accusé Seiko de vouloir copier les plongeuses Doxa à cadran orange.

Seiko Aztec Red

Seiko Aztec Red (Crédit Robert Lambert)

Baby Jumbo

Voir Aquatimer 

Biten Apple

Voir Apple

Blue Eye

Cette Blue Eye doit bien sûr son nom au contour du compteur à 6h.

Seiko Blue Eye 6139-7060

Blue Eye référence 6139-7060 (source Catawiki)

Bruce Lee

Bruce Lee a donné son surnom à une montre Seiko qu’il portait souvent et que l’on peut voir à son poignet sur des photos de famille. Il subsiste un doute sur le modèle précis parmi les aficionados : la cadran bleu ou la cadran noir ? Voici en tout cas celle à cadran noir. Les Bruce Lee portent une référence 6139-601X, souvent 6010 ou 6012.

Seiko Bruce Lee 6139-601x

Seiko Bruce Lee 6139-601x (Crédit Robert Lambert)

Blues Lee

J’aime beaucoup le petit clin d’œil de Tito Ogami qui renomme la Bruce Lee à cadran bleu “Blues Lee”.

Seiko Bruce Lee 6139-6010

Bruce Lee, référence 6139-6010 (source HubCityVintage)

Bullhead

La Bullhead doit son nom à la configuration particulière des couronne et poussoirs à 12h. Le terme de Bullhead est utilisé de manière générale, pas seulement pour Seiko, et j’ai d’ailleurs hésité à le reprendre dans la liste des surnoms. Mais quelques recherches m’ont démontré que cette référence 6138-004x a bien sa place dans cette liste des surnoms Seiko.

Seiko Bullhead 6138-004x SenJen71

Photo extraordinaire de la Bullhead référence 6138-004x (crédit SenJen71)

Black Bullhead

Aussi appelée Kuro Uma ou cheval noir en japonais, voici la version à cadran noir – compteurs bleus de la Bullhead, ici dans une magnifique version NOS.

Seiko Black Horse

Black Bullhead, ou Kuro Uma (cheval noir), référence 6138-0040 (crédit Bertrand Rapatel)

Electric bull

L’Electric Bull est simplement la version quartz de la Bullhead, mais elle n’en est pas moins magnifique ! Elle n’est bien sûr pas de la même époque que le 6138.

Seiko Electric Bull SCEB015 Jun32collections

Deux exemplaires de cette magnifique Electric Bull, référence SCEB015 (crédit Albert Hu Jun32collections)

Black Bull

Je n’ai pas hésité une seconde quand j’ai vu ce modèle : Black Bull ! C’est un modèle Quartz, collection Spirit smart, une référence similaire à l’Electric Bull qui précède, mais ici avec 3 compteurs.

Seiko Black Bull

Black Bull référence SCEB009 (Crédit Cedlamontre)

Calculator

La Calculator doit son nom à la règle à calcul reprise sur la lunette, qui permettait aux aviateurs de calculer différents paramètres de vol. Ce sujet a déjà été abordé dans un article sur Breitling. Ollech & Wajs a également produit un modèle identique sous le nom de Selectron. On l’appelle également Slide Rule ou Pilot Calculator. Les Calculator utilisent la référence 6138-700X.

Seiko Calculator 6138-700x 60Clicks

La Calculator avec sa règle à calcul, référence 6138-700x (source 60clicks)

Cevert

François Cevert était un pilote de formule 1 français qui portait une Seiko 6139-6000. Il est décédé en course en 1973. La montre est similaire à la Pogue mais avec le cadran bleu.

Seiko Cevert 6139-6000

Cevert, référence 6139-6000 (crédit VintageWatchAdvisors)

Coffee&Cream

J’aime beaucoup ce surnom de « café crème » pour ce cadran aux reflets étonnants. C’est une petite sœur de la Military 6139-7010 mais sans les index chiffrés.

Seiko Coffee and Cream 6139-7012

La Coffee and Cream, référence 6139-7012 (crédit Robert Lambert)

Darth Vader

Darth Vader ou Vader fait référence à Darth Vador, le père de Luke Skywalker, et en particulier à la forme de son casque. Le modèle est d’ailleurs également surnommé Helmet, pour casque en anglais.

Seiko Darth Vader

Seiko Darth Vader 6139-7100 (Crédit Hubcityvintage)

Doctor’s Watch

La Doctor’s watch doit son nom à l’échelle des pulsations. C’est un peu étonnant puisque ce n’est pas la seule Seiko avec une échelle des pulsations, mais pourtant les internautes sont unanimes : c’est bien cette référence qui porte le surnom. La couleur du cadran varie selon les versions : blanc, argenté, noir, bleu, chocolat. Elle est parfois surnommée également “Pulsations”. Les Doctor’s Watch utilisent la référence 6139-602x.

Seiko Doctor’s Watch 6139-6022

La Doctor’s Watch, référence 6139-6022 (crédit IrfanM)

Double Hurricane

La Double Hurricane est ainsi dénommée parce que la lunette extérieure et la lunette intérieure peuvent tourner de manière indépendante, comme sur la Regatta. Le Japon est coutumier des ouragans, et parfois ils se suivent de très près. Cela a inspiré un bloggeur japonais qui lui a trouvé ce surnom de double ouragan. Le calibre 5126 est le premier utilisé dans la troisième génération de 5 Sports.

Seiko Double Hurricane 5126-6030 Robert Lambert

La Double Hurricane, référence 5126-6030 (crédit Robert Lambert)

Gene Kranz

Si vous avez vu le film Apollo 13, vous vous souviendrez certainement du chef de mission, joué par Ed Harris avec sa redingote blanche. Gene Kranz n’est autre que le véritable chef de mission d’Apollo 13, et c’est pour cette raison que je place ce surnom ici et non avec les montres issues du cinéma. Le calibre 6119 était déjà utilisé dans la deuxième génération de Seiko 5.

Seiko Gene Kranz 6119-8460 FratelloWatches

La Seiko du chef de mission d’Apollo 13, Gene Kranz, référence 6119-8460 (source FratelloWatches)

Helmet

Voir Darth Vader

Baby Helmet

La Baby Helmet est une version plus petite de la Helmet, mais surtout ce n’est pas un chronographe 6139, mais bien une 3 aiguilles day-date basée sur le calibre 6309.

Seiko Baby Helmet 6309-7060

Baby Helmet référence 6309-7060 (crédit Lukmek)

Holy Grail

Egalement appelée Blue Panda, cette Holy Grail est caractérisée par un contraste net entre la zone centrale du cadran englobant les sous-cadrans, et le reste du cadran. Notons qu’il existe des versions très rares avec la mention “Speedtimer” en jaune.

Seiko Holy Grail 6138-8010

Holy Grail référence 6138-8010 (source sg.carousell)

Hundred

Je me permets de proposer ce surnom pour cette référence 6139-700x : c’est en effet la seule Seiko de la série 6139 et 6138 avec indication de 10 à 100 sur le cadran.

Seiko Hundred

Seiko Hundred référence 6139-7002 (Crédit MichelOnTime)

Jumbo

Contrairement à ce que son nom peut laisser croire, cette Jumbo n’est pas particulièrement large. Avec ses 42 mm elle est même plus petite que la Bullhead ou l’UFO qui font 44 mm. Mais c’est l’absence de lunette et la largeur du cadran, qui s’étend quasiment jusqu’au bord du boîtier, qui donne cette impression de largeur, accentuée par le relief du cadran qui donne de la profondeur. Voir aussi Baby Jumbo (ou Aquatimer) en version 6139.

Seiko Jumbo 6138-300x JenSen71

Jumbo référence 6138-300x (crédit JenSen71)

Baby Jumbo

Voir Aquatimer

Kakume

En japonais, Kakume signifie “les yeux carrés”. La mention “Speed-Timer” est spécifique aux modèles “Japan Domestic Market”, les autres ayant la mention “Chronograph Automatic”.

Seiko Kakume

Kakume référence 6138-0030 (Crédit Bertrand Rapatel)

Baby Kakume

La Kakume a également une petite sœur, la Baby Kakume, et malgré son nom, son boîtier est un peu plus haut que celui de sa grande sœur. Il est assez simple de les reconnaître : sur la Kakume le bord de la carrure est anguleux et dépasse à peine de la lunette à 6h et 12, alors que sur la Baby Kakume la carrure est plus arrondie et déborde un peu comme sur la Helmet. De plus les compteurs sont un peu arrondis alors que sur la Kakume ils sont tout à fait carrés.

Seiko Baby Kakume 6138-8030

Baby Kakume référence 6138-8030 (source VintageWatchinc)

Seiko comparaison Kakume

Comparaison entre la Kakume et la Baby Kakume

Notons qu’il existe une variante liée à l’équipe de formule 1 des années 70 au nom du cigarettier “John Player Special”. C’est une de mes Seiko Vintage préférées, celle-ci date de juin 1977.

Seiko Baby Kakume JPS

La Kakume version John Player Special, référence 6138-8039 (Crédit MichelOnTime)

Kamen Rider

Wikipedia m’apprend que Kamen Rider est un personnage de série télé japonaise de style Tokusatsu, c’est à dire axée sur des héros pouvant revêtir des armures entomoïdes et bien entendu luttant contre des monstres, c’est la moindre des choses. C’est la référence 5126-8090. Elle est apparemment de 1968.

Seiko Kamen Rider 5126-8090

Seiko Kamen Rider 5126-8090 (crédit Darthvader Lordsith)

Military

Le cadran de la Military est l’un des rares à avoir des index chiffrés de 1 à 12. Certains modèles présentent un logo de l’armée japonaise au dos, ils sont très recherchés. La Coffee&Cream partage quasiment la même référence (6139-7012) mais sans les index chiffrés.

Seiko Military

Seiko Military 6139-7010 (anonyme)

Monaco

Vous l’aurez compris, cette Monaco est inspirée par la TAG Heuer Monaco. Le calibre 7016 est un chronographe dit “Fly back”.

Seiko-Monaco-7016-5011

Monaco 7016 5011 (Crédit Philippe Borremans)

Panda

Comme pour la Bullhead, j’ai hésité à ajouter cette Panda dans la liste des surnoms Seiko. En effet le terme Panda est utilisé de manière générale pour désigner un cadran blanc présentant des sous-cadrans noirs. Mais de nouveau, des recherches plus approfondies m’ont convaincu que cette référence 6138-802x méritait bien sa place dans la liste.

Seiko Panda 6138-802x Somwatches

La Panda, référence 6138-8020 (source Somwatches)

Black Panda

La Black Panda présente les mêmes caractéristiques techniques que la Panda, mais avec un cadran noir et un boîtier doré. Notez que les numéros de référence des Pandas semblent être désordonnés : celle-ci avec un boîtier plaqué or porte le même numéro que la précédente, boîtier acier.

Seiko Black Panda 6138-8020

Black Panda référence 6138-8020 (source thewatchspotblog)

Blue Panda

voir Holy Grail

Baby Panda

Paradoxalement, la Baby Panda a le même diamètre extérieur que la Panda (40 mm), mais les sous-cadrans sont plus petits, d’où son prénom de “Baby”.

Seiko Baby Panda 6138-8000 Carousell

La Baby Panda, référence 6138-8000 (source Carousell)

Reverse Baby Panda

La Baby Panda existe aussi en version Reverse, c’est à dire fond sombre et compteurs clairs. Le modèle ci-après est une pure beauté, dans un très bel état.

Seiko Reverse Baby Panda 6138-8000

Reverse Baby Panda référence 6138-8000 (source VintageWatchInc)

Pogue

Vous n’avez pas vraiment besoin d’un manuel d’identification pour reconnaître la Seiko Pogue avec son cadran jaune doré incomparable. Elle doit son nom au Colonel William Pogue, qui portait cette Seiko 6139-6002 au poignet lors des missions Skylab 4 en 1973 pour la NASA. The Spring Bar a consacré un article entier à cette légende, on peut y voir “la” montre portée par le colonel Pogue pendant la mission Skylab 4 :

Seiko Colonel Pogue

La “vraie” Colonel Pogue, référence 6139-6002 (Crédit Heritage Auctions)

Notez que les références 6139-600x peuvent varier selon le pays où les montres ont été commercialisées.

Notez qu’il existe le surnom de “Pepsi Pogue” : je conteste ce surnom pour la simple raison que toutes les Pogues ont une lunette Pepsi.

Black Pogue

La Black Pogue ressemble effectivement à la Pogue, mais avec un cadran noir et une lunette noire et rouge, ce qui lui vaut aussi l’autre surnom de Coke Pogue. Attention à ne pas confondre certaines Pogues dont le cadran bleu a viré sur le noir : la Black Pogue porte une référence “6139-603x” tandis que la vraie Pogue porte la référence “6139-600x”.

Seiko Black Pogue

Black Pogue référence 6139-6030 (Crédit MyWatchMart)

Coke Pogue

Voir Black Pogue

Pulsations

Voir Doctor’s watch

Rally Diver

La Rally Diver est une magnifique Seiko Vintage de la fin des années 60 – début 70’s. Elle doit son nom à la lunette à damier. Il existe différentes références, voici la 6106-8229 Rally Diver. Vous pourrez trouver d’autres modèles avec lunette à damier dans la collection 5 Sports.

Seiko Rally Diver 6106-8229 FratelloWatches

La Rally Diver, référence 6106-8229 (source FratelloWatches)

Regatta

En fouillant dans les archives de Seiko, j’ai découvert un nombre impressionnant de modèles “régate”, mais c’est la référence 6119-6050 qui porte le surnom de Regatta. Comme la Double Hurricane, elle présente une double graduation : la lunette intérieure commandée par la couronne à 2h est graduée sur 12h, tandis que la lunette extérieure est graduée sur 60 minutes. Notons qu’il peut y avoir une certaine confusion avec la Rally.

Seiko Regatta 6119-6050 HubCityVintage

La Regatta avec sa double graduation, référence 6119-6050 (source HubCityVintage)

Retro Racer

J’ai eu la chance de tomber sur cette Retro Racer avec son bracelet d’origine. Je n’ai pas beaucoup d’info sur ce surnom : je suppose qu’elle le doit à son bracelet type “Rally”.

Seiko Retro Racer

Retro Racer 6139-8020 (Crédit MichelOnTime)

Saucer

L’appellation “Saucer” est très souvent confondue avec l’appellation « UFO ». Même Fratello Watches mélange les deux dans un article sur les Vintage Seiko Sport Divers. Je ne prétends pas être un expert en Seiko Vintage, pourtant selon moi la UFO correspond à la référence 6138-001x, et c’est un chrono.

L’appellation Saucer se retrouve avec les calibres 6106 ou 6119, la couronne est intégrée dans la carrure, et est positionnée à 4h, comme pour toutes les 5 de cette époque. Les cadrans sont souvent colorés (jaune, orange, brun, noir…). Autre caractéristique, la carrure reste arrondie à hauteur des cornes.

Seiko Saucer 6119-6400 brown HubCityVintage

La Saucer, ici avec le cadran brun, référence 6119-6400 (source HubCityVintage)

Slide Rule

Voir Calculator

Sunrise

La Sunrise existe en de nombreuses combinaisons de couleur avec comme points communs d’une part un cadran iridescent offrant des changements de couleur selon l’orientation de la lumière, et d’autre part un traitement particulier du contour du compteur à 6h.

Seiko Sunrise 6139-7060

Sunrise référence 6139-7060 (source MCVintageWatches)

Sushi Roll

La Seiko Sushi Roll doit son nom aux index arrondis qui rappellent les maki rolls.

Seiko Sushi Roll 6119-7163 L&E SEIKO

La Sushi Roll, référence 6119-7163 (crédit L&E SEIKO)

Tank

La Tank tient son nom de sa ressemblance avec une Cartier Tank. C’est aussi un chronographe Fly-back, comme la Monaco.

Seiko Tank référence 7016-5020

Tank référence 7016-5020 (crédit Erik Strickland)

Tokei Zara

La Tokei Zara était destinée au marché domestique japonais (JDM : Japan Domestic Market). Avec un boîtier en forme de casque similaire à la Darth Vader (équipée du 6139), la Tokei Zara est équipée du 6138 et existe en 2 versions de cadrans, avec compteur bleu ou gris.

Seiko Tokei Zara 6138-0020

Tokei Zara, référence 6138-0020 (crédit Glengooligan)

UFO

La Seiko UFO doit son nom à la forme vaguement arrondie du boîtier, qui peut faire penser à une soucoupe volante, ou “Unidentified Flying Object”. Elle est aussi caractérisée par le sous-cadran à 12h plus petit. Ce modèle était nommé “Yachtman” par Seiko. Notons que Seiko a réédité une version “Recraft” en mode 3 aiguilles.

Seiko UFO 6138-001X Timeforme84 60clicks

La Seiko UFO, référence 6138-001X (crédit Timeforme84 – 60clicks)

Yachtman

Voir UFO.

Les montres de plongée, et assimilées

L’histoire des montres de plongée Seiko est très riche et je ne vais pas la raconter ici. Je vais simplement la résumer en quelques mots.

Les premières plongeuses

L’histoire des montres de plongée Seiko est très riche et je ne vais pas la raconter ici. Je vais simplement la résumer en quelques mots. Les premiers modèles à présenter une certaine étanchéité ont été les Sportsmatic Silverwave J12082 (1961) et 697990 (1964), avec des étanchéités respectives de 50m et 30m. Pas de quoi revendiquer le statut de montre de plongée, mais pour l’époque, ce n’était pas mal. Le fond des Silverwave était décoré du dessin d’une vague géante. C’est en juillet 1965 que sort la 62MAS, la première vraie montre de plongée Seiko, étanche à 150m. Elle est suivie en 1967 par la”Diver’s watch 300m”, puis en 1968 par la 6105-8000.

Mais aucun de ces 5 modèles n’a fait l’objet d’un surnom à proprement parler. C’est en 1970 que sort la 6105-8110, avec une forme de boîtier très caractéristique au niveau du protège-couronne à 4h. On la retrouvera dans le film Apocalypse Now, qui lui donnera un de ses deux surnoms.  Ensuite, c’est en 1975 que sort la première “Professional diver’s watch 600m”, avec son boîtier en titane et sa protection caractéristique qui lui vaudra le surnom de “Tuna”, allusion à sa forme de boîte à conserve de thon. Pour l’anecdote, notons que 10 ans après la Silverwave, le fond de la Tuna est aussi décoré du dessin de la vague géante. Enfin, en 1976 sort la 6306-7000 qui va inspirer le surnom le plus fameux : la Turtle, à cause de son boîtier en forme de carapace de tortue.

Ces modèles constituent les fondements de toutes les plongeuses Seiko qui vont suivre. Cette petite introduction étant faite, passons à l’inventaire par ordre alphabétique des surnoms des plongeuses Seiko. Je ne me suis pas limité aux vraies plongeuses proprement dites, mais j’y inclus les montres dites “sportives”. A ce stade je ne fais plus de distinction entre les types de mouvement, vous y trouverez pèle-mèle des automatiques, des quartz et des kinetics.

Airdiver

L’Air Diver n’apparaît pas souvent dans les recherches sur Internet. Elle existe en 2 versions, STMP001P1 pour le cadran noir, et STMP003P1 pour le cadran blanc. C’est un calibre quartz et si elle apparaît très massive, elle ne fait pourtant que 40 mm de diamètre.

Air Diver STMP003P1

Air Diver référence STMP003P1 (crédit Pedro44 on Timerkeeper.co.nz)

Ashtray

Cette Seiko Ashtray, ou cendrier en français, s’inspire des gros cendriers de table que l’on voyait dans les années 70 et 80, quand tout le monde fumait sans complexe. Apparue en 1986 dans le milieu de gamme des plongeuses professionnelles, la référence 7C46-6009 propose d’abord une lunette en titane. Puis plus tard, la référence 7C46-6010 est arrivée en version full titane.

Seiko-Ashtray-7C46-60xx

Ashtray, référence 7C46-6010 (crédit Richard Segault LeCalibre)

Ashtray Fieldmaster

Voici la fille illégitime d’une Arnie et d’une Ashtray, un boîtier de Ashtray avec un cadran et un calibre de Arnie.

Astray Fieldmaster

La Ashtray Fieldmaster, référence H558-5010 (crédit Robert Lambert)

BFK

Réputée indestructible, cette Kinetic de 42 mm porte le doux nom de BFK, pour « Big Freaking Kinetic ».

Seiko-BFK-ska371p2-Carousell

La BFK, référence SKA371P2 (source Carousell)

BFS

Dans le même genre que la BFK, la BFS “Big Freaking Seiko” propose un calibre automatique. Je la trouve assez élégante malgré ses 46 mm. La carrure qui rappelle la forme coussin, me fait un peu penser à la carrure de la Samouraï. Cela étant dit, bien qu’elle soit étanche à 100m, elle ne s’affiche pas du tout comme une plongeuse.

Seiko BFS SNKF07K1 Watchstreet

La Big Freaking Seiko (BFS), référence SNKF07K1 (source Watchstreet)

Big Boss

La Big Boss (aussi appelée Big Boy) est une imposante montre Kinetic, avec couronne à gauche. Diamètre de 48 mm avec couronne. Elle existe aussi avec cadran blanc (SKA289) ou orange (SKA291).

Seiko-Big-Boss-SKA293

La Big Boss référence SKA293 (crédit Philippe Borremans)

Black Boy

Contrairement à ce que je croyais en débutant cet article les SKX007 et 009 ont bien des surnoms ! Merci aux internautes attentifs. La Black Boy est logiquement la SKX007, avec son cadran et sa lunette noirs, et a fortiori avec le bracelet en caoutchouc noir. Rappelons que l’abandon de la production des SKX007 et 009 est maintenant tout à fait officiel, donc si vous en possédez une gardez-la bien !

Seiko Black Boy SKX007KC ShoppingInJapan

La Black Boy, qui n’est autre que la fameuse SKX007 (source ShoppingInJapan)

Navy Boy

L’autre célèbre SKX est bien sûr la SKX009, dénommée Navy Boy pour son mélange de bleu et de rouge.

Seiko SKX009

La célèbre SKX009 (crédit MichelOnTime)

Orange Boy

Suite logique, la SKX011 à cadran orange se dénomme Orange Boy.

Seiko Orange Boy SKX011J SportWarchesStore

La SKX011J “Orange Boy” (source SportWatchesStore)

Blumo

C’est la version “cadran bleu” de la Sumo

Seiko Blumo

Blumo référence SBDC003 (Crédit MyWatchMart)

Bottle cap

La Bottle Cap, ou capsule en français, est livrée sans décapsuleur 😊.

Seiko-Bottle-Cap-SRPC67-Crownandrotor

La Bottle Cap, référence SRPC67 (source Crownandrotor)

Bullet

La Bullet doit son nom à ses index en forme de balles.

Seiko Bullet SKXA53 Watch

Bullet, référence SKXA53 (source Watch Flipper’s diary)

Caesar

Encore un autre modèle impressionnant par sa taille, 46 mm hors couronne, 49 mm avec.

Seiko-Caesar-SNDA13

La Caesar, référence SNDA13 (source Uhrforum)

Captain Willard

Voici la 6105-8110 dont je parle dans l’introduction, avec son protège-couronne si particulier. Elle est portée dans le film Apocalypse Now par Martin Sheen, qui joue le rôle du capitaine Willard, d’où son surnom. On l’appelle aussi “Apocalypse Now”

Seiko Diver-6105-8110 Fratello Watches

La montre du Capitaine Willard dans Apocalypse Now, référence 6105-8110 (source Fratello Watches)

Desert Storm

Cette montre a été portée par le général américain Norman Schwartzkopf pendant la première guerre du Golfe, après l’invasion du Koweit par l’armée irakienne. Il s’agit du modèle 7548-700B, avec le même boîtier que la 6309-7290 150m (la Slim Turtle), mais avec un mouvement à quartz.

 

Desert Storm 7548-700B

Desert Storm, aussi appelé Schwartzkopf,  référence 7548-700B (Crédit Seikodiver)

SEIKO 7548 General Schwartzkopf

La Desert Storm, ou Schwartzkopf, référence 7548-700B (Crédit Life Magazine)

Fifty Five Fathoms

Même si Seiko n’a pas vraiment l’habitude de copier les concurrents, il lui arrive malgré tout de produire des modèles qui peuvent rappeler des modèles de prestige concurrents. C’est le cas de la référence SNZH57 qui peut rappeler la fameuse Blancpain Fifty Fathoms. Et c’est là que l’on voit le sens de l’humour des blogueurs puisqu’elle s’appelle Fifty “Five” Fathoms, logique pour une Seiko 5.  Elle a été déclinée en différentes combinaisons de couleurs.

seiko Fifty Five Fathoms snzh57 Jomashop

La Fifty “Five” Fathoms, référence SNZH57 (source Jomashop)

Frankenmonster

La série des SKZxxx doit son nom aux vis qui maintiennent la protection caractéristique des Tuna, et en particulier les têtes de vis qui font penser à celles qui maintiennent le cou de Frankenstein. Elle existe en différentes couleurs  : bleu (SKZ245), orange (SKZ249), jaune (SKZ251) et noire (SKZ255). Notons qu’elles appartiennent à la collection Seiko 5 Sports.

Seiko Frankenstein

Boris Karloff dans le rôle de Frankenstein

Seiko Frankenmonster SKZxxx Dasher Wristsushi

Les 4 Frankenmonster, références SKZxxx (source Dasher-Wristsushi)

Jewel Fish

Cette montre est dédiée à Audrey Mestre, apnéiste française, mariée à Francisco “Pipin” Ferreras, qui a participé à la conception de la Pipin. Je n’ai pas trouvé beaucoup d’autres informations sur cette montre c’est une Solar étanche à 100m, elle existe en 4 couleurs avec les références SBCT001, SBCB003, SBCB005 et SBCT007. Audrey Mestre portait la version orange. J’ai quand même un doute sur l’origine du surnom, je ne suis pas certain qu’il n’émane pas de la marque elle-même.

Audrey Mestre-seiko-jewel-fish

Knight

J’aime beaucoup cette Seiko Black Knight, je la trouve étonnement moderne, elle me fait penser à certaines Sinn. Elle fait partie d’un groupe de plusieurs SKXA avec cadrans blanc ou orange. Les références SHC053 et 055 sont très similaires.

Seiko-Black-Knight-skxa49k2

Black Knight, référence SKXA49 (source Quartzimodo)

 

Seiko White Knight SKX781

White Knight, référence SKXA47 (source Watchmandan)

 

Seiko-Orange-Knight-SKXA51

Orange Knight, référence SKXA51 (source SeikoWatchForum)

Great Blue Hole

Cette référence SPB083J1 est appelée “Great Blue Hole” (le grand trou bleu) sans doute à cause du cadran qui présente un gradient de couleur vertical : une bande verticale bleue claire au centre, et un dégradé vers le bleu foncé vers les côtés gauche et droite. C’est paradoxal puisque généralement plus le bleu est foncé, plus l’eau est profonde, mais ici cette bande claire donne une impression de profondeur.

Seiko Great Blue Hole SPB083J1

La Great Blue Hole, référence SPB083J1 (source Seiko)

Grey Ghost

La Grey Ghost doit son nom au cadran « papier de verre » qui donne à la montre un aspect brumeux duquel les aiguilles ressortent comme sortant du brouillard. Cette référence SBCZ005 est en fait l’ultime avatar d’une longue série dénommée SBBW et qui mériterait un article en soi. Boîtier en titane, mouvement kinetic, étanche à 200m.

Seiko Grey Ghost SBCZ005 5M43-0B70

Grey Ghost SBCZ005 (crédit VintageSeikoNL)

Mohawk

Pour ceux qui l’ignorent, les indiens Mohawks étaient des Iroquois, tribus indiennes qui occupaient le nord du continent américain (état de New-York et Québec). C’est aussi le surnom donné à la crête de cheveux caractéristique de ces tribus. Vous comprenez donc directement pourquoi cette Seiko s’appelle « Mohawk ». Elle existe en différentes combinaisons de couleur.

Seiko-Mohawk-srp587k

Ici la Mohawk black, référence SRP587k (source Seiko Parts)

Monster

La Monster est caractérisée par une lunette aux cannelures très profondes, une couronne à 4h et un rehaut en haut et en bas de la montre dans le prolongement du bracelet. La taille est généralement assez imposante, 44 mm avec couronne. Le modèle est également décliné dans de nombreuses couleurs : orange, rouge, vert, blanc et noir. La Monster Dracula présente un cadran noir et les contours des index rouges. On peut aussi trouver la Snow, La Zamba, la Moon, la Sun etc.

Un collectionneur a réussi l’exploit de rassembler toutes les 37 versions existantes de la Monster, les voici en une photo :

Les 37 variantes de Monsters réunies sur une seule photo, voilà l’exploit réalisé par un collectionneur anglais (crédit Wayne Foden)

Baby Monster

La Baby Monster est une variante de la Monster, reconnaissable à la couronne à 3h avec un protège-couronne et à des échancrures moins prononcées de la lunette. Accessoirement, elle fait partie de la série 5, elle a donc des caractéristiques techniques moins performantes et un prix sensiblement inférieur à la Monster.

Seiko-Baby-Monster-SRP483

La Seiko 5 Baby Monster, référence SRP483

Prince Monster

Édition limitée à 1666 pièces pour l’Asie, de 2008.

Seiko-Prince-Monster-SNM039-watchuseek

La Prince Monster, référence SNM039 (source Watchuseek)

Land Monster

Cette Land Monster doit son nom à la lunette interne style boussole (dite lunette cardinale) réglable par la couronne à 4h, comme sur les Land Master. Elle existe également avec cadran orange et lunette noire.

Seiko-Land-Monster-SNM035-Richard-Segault-768x1024

Land Monster, référence SNM035 (crédit Richard Segault)

Naomi Uemura

Naomi Uemura est le surnom japonais de la 6105-8110, aussi appelée Apocalypse Now ou Captain Willard dans le monde occidental. Naomi Uemura est une vraie légende au Japon, c’était un journaliste, alpiniste, explorateur et aventurier japonais, auteur de grandes expéditions en solitaire. Il a en particulier réalisé une expédition de 12.500 km entre le Groenland et l’Alaska en traineau tiré par des chiens.

voir Captain Willard

Pipin

La Pipin a été conçue en collaboration avec Francisco Pipin Ferreras, un plongeur cubain détenteur du record du monde de plongée libre en 1998. J’en ai trouvé deux références différentes, ce sont des Kinetic. Voir aussi Jewel Fish.

Seiko-Pipin-SBDW015-Higuchi-inc

Seiko Pipin SBDW015 (source Higuchi-inc.com)

Poor man’s 62MAS

La “62MAS du pauvre”, en bon français, désigne la référence 7005-8050. Son cadran, ses index et ses aiguilles rappellent effectivement ceux de la 62MAS. Mais son boîtier est plus anguleux, et me rappelle certaines toutes premières 5 Sportsmatic (J13081) de forme “coussin”.

Seiko Poor mans 62MAS 7005-8050 watchpatrol

La “62MAS du pauvre”, avec la référence 7005-8050 (source Watchpatrol)

Ocean Cruiser

Pas facile de classer cette Ocean Cruiser : il s’agit d’une Astron Solar avec GPS, d’un diamètre imposant de 48 mm. Ce n’est clairement pas une “plongeuse”, bien qu’elle soit étanche à 200m.

Seiko Ocean Cruiser SBED005 Japan Select

L’Astron Ocean Cruiser, référence SBED005 (source Japan Select)

Samouraï

Apparue initialement en 2004 avec boîtier en titane, sortie du catalogue en 2008, elle réapparaît au catalogue en 2015 avec la Blue Lagoon, cette fois avec boîtier en acier. La Samouraï est vite devenue un classique chez Seiko. Elle est reconnaissable entre mille par ses cornes anguleuses avec une surface plane dans laquelle se reflète la gravure de la tranche de la lunette. Déclinée en de nombreuses versions, j’ai la chance posséder la version Blue Lagoon.

Seiko-Samourai-Blue-Lagoon-MHE

Samouraï Blue Lagoon, référence SRPB09 (Crédit MichelOnTime)

Seiko-Samourai-blue-lagoon-detail-MHE

Même s’ils sont discrets, les reflets du relief de la lunette sur les cornes donnent à la Samouraï un cachet certain. (crédit MichelOnTime)

Schwartzkopf

voir Desert Storm

Shogun

La Shogun est sortie sur le marché japonais en 2008 avec les références SBDC007 et SBDC009. Elle est caractérisée par son boitier et bracelet en titane, un diamètre de 44mm et une couronne à 3h avec protège-couronne. La lunette reprend les indications 20 – 30 – 40 – 50. Contrairement à la Sumo, la carrure est anguleuse.

Seiko Shogun sbdc029

La Shogun, référence SBDC029 (source Seiko)

Solar 200m

Ceci n’est pas vraiment un surnom mais c’est en tout cas comme ça que j’appelle cette série : mouvement à quartz solaire, surtout chrono et quelques 3 aiguilles, imposante lunette graduée pour la plongée, protège-couronne, cyclope, bracelet acier. Ce modèle est un vrai must, il est décliné en de nombreuses versions, dont la Batman, Pepsi, Coke, PADI, Save the Ocean etc.

Seiko-Solar-200m-SNE437P1

La Solar Black, référence SNE437P1 (source Seiko)

 

Seiko-Solar-200m-MHE

Ma Batman, référence SSC017 (crédit MichelOnTime)

 

Seiko-Solar-Combo

Petit assortiment de Solar 200m (sources multiples)

 

 

Spork

L’origine du surnom de la Spork est la contraction de sa référence : « SRP043K » devient facilement SPORK en lisant distraitement. Mais certains vont plus loin : si l’on fait abstraction de la lunette, le cadran peut faire penser à une montre de pilote (voyez par exemple une Sinn 856). On aurait donc une combinaison entre une diver et une pilot Watch, d’où l’analogie avec une “spoon fork” ou “spork”, c’est à dire ces cuillères de camping avec des dents. Je trouve cela un peu tiré par les cheveux, mais c’est original.

Seiko-Spork-SRP043K1-Long-Island-Watch

La Spork, référence SRP043K1 (source Long Island Watch)

Mecha Spork

Une variante de la Spork, aussi appelée Star Spork. Elle a vraiment de la gueule, surtout sur cette magnifique photo de Robert Lambert, mais j’avoue ne pas bien comprendre l’origine du surnom 🙂

Seiko Mecha Spork

Mecha Spork, ou Star Spork (Crédit Robert Lambert)

Star Spork

Voir Mecha Spork

Sprocket

Je n’ai pas beaucoup d’info sur cette Sprocket, à part sa référence. Notez la configuration originale des poussoirs.

Seiko Sprocket 7T32-7D19

La Sprocket 7T32-7D19 (crédit Robert Lambert)

Shuriken

Voir Starfish

Starfish

La Starfish, ou étoile de mer, comporte 6 branches, au lieu de 5 pour son inspiratrice marine. Certains l’appellent aussi “Shuriken”, l’étoile tueuse des Ninjas.

Seiko-StarFish-skz283k

La Seiko Starfish, référence SKZ283k (crédit YeoManSeiko)

Stargate

La Stargate fait référence à la porte des étoiles dans le film Stargate.

Seiko-Stargate-SRP495K1

La Stargate, référence SRP495K1 (source LongIslandWatch)

Submariner

On ne s’attardera pas sur cette « Submariner », puisque Seiko n’a pas l’habitude d’imiter les concurrents, mais plutôt de les inspirer. Notons par contre que les Rolex inspirent de nombreux Mods, on trouve ainsi facilement des copies de Submariner, Red, Comex, Milsub, GMT etc. sur les sites de ventes japonais.

Seiko Submariner Skx031

Submariner référence SKX031 (source Catawiki)

Stingray

La Stingray est ainsi nommée grâce à la raie Manta qui orne le fond. C’est une Kinetic, et d’ailleurs certains exemplaires sont marqués « AGS » sur le cadran (AGS = Automatic Generating System). A en croire ce qui est indiqué sur le cadran du modèle ci-dessous, il s’agirait d’un boitier monobloc en titane.

Seiko Stingray 5M45-6A30

Une Stingray, mais je ne suis pas trop sûr de la référence, sans doute BDW003 (crédit crystal_watch_hunter)

Sumo

La Sumo est apparue en 2007, et doit son surnom à la forme de l’index à 12h, et en particulier à la barre verticale qui rappellerait le mawashi porté par les lutteurs de sumo. J’avoue que je ne suis pas convaincu, je penche plutôt pour une certaine tendance à l’embonpoint du boitier qui lui donne un air « enveloppé », ou comme dirait Obelix, « bien portant ». L’aspect arrondi de sa carrure, la lunette à 3h et les chiffres 10 – 20 – 30 – 40 – 50 bien gras sur la lunette permettent de la différencier de la Shogun.

Notez que la version cadran bleu – lunette bleue se nomme Blumo.

Seiko-Sumo-SBDC001j.jpg

La Sumo, référence SBDC001

Tuna

Le terme “Tuna” est utilisé dans près de 30 modèles différents, et ce n’est pas le but de rentrer dans le détail de ces modèles. J’ai repris ici ceux qui me semblent les plus connus, mais il y en a bien d’autres qui portent les noms de Mini Tuna, Kinetic Tuna, Emperor Tuna, Yellow Tuna, Darth Tuna, Blue Fin Tuna, etc. Pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous conseille de lire l’article sur le site TheSpringBar.

Comme expliqué dans l’introduction sur les plongeuses Seiko, la Tuna, ou thon en français, est la première plongeuse “professionnelle”, elle doit son nom à la protection qui entoure le boitier et qui ressemble à une boite à conserve. Cette protection se nomme “shroud” en anglais, sans réel équivalent en français : hauban, voile, suaire… Je parlerai simplement de protection. Sortie en 1975, ce modèle de 51 mm de diamètre a fait l’objet d’une vingtaine de brevets. Parmi beaucoup d’autres caractéristiques qui permettent à la montre d’afficher une étanchéité de 600m, on retrouve un boitier monobloc en titane caractéristique du modèle.

Seiko-Tuna-6159-7010-detail

La première Tuna, référence 6159-7010, aussi surnommée la Grandfather Tuna

Elle est suivie par la Golden Tuna, modèle quartz caractérisée par un boitier en titane plaqué de nitrure, qui lui donne cette couleur dorée et le surnom de Golden Tuna.

Seiko-Tuna-coupe

La Golden Tuna, référence 7549-7009

 

Une autre version, la Darth Tuna, ou « obscure ».

Seiko-Darth-Tuna-SBBN011-Monochrome-watches

La référence SBBN011, surnommée Darth Tuna (source Monochrome watches)

Je vous laisse baver sur cette Tuna que j’ai eu le plaisir d’essayer à la boutique Seiko de Lille. Il s’agit de la référence S23627J1, édition limitée à 800 pièces monde, étanche à 1000m. La protection est en céramique Cermet, qui donne cette couleur violette dorée.

Baby Tuna

La Baby Tuna est apparue fin des années 70 avec la référence 7549-7010. Etanche à seulement 300m, elle n’était pas équipée du boitier monobloc. Pour faire simple, disons que c’est une plongeuse « normale » à laquelle on a ajouté la protection caractéristique de la Tuna. De nombreuses références sont aujourd’hui équipées de cette protection.

Seiko-baby-Tuna-7549-7010-Monochrome-Watches

La Baby Tuna, référence 7549-7010 (source Monochrome Watches)

Turtle

La Turtle est l’héritière de la référence 6306-7000 de par la forme de son boitier. C’est sans doute le surnom le plus connu sur les réseaux sociaux, son profil en carapace de tortue est bien sûr à l’origine de son surnom. Elle est disponible dans de nombreuses versions et est reprise dans toutes les séries spéciales (PADI, Blue Lagoon, Save The Ocean, White Shark, Grey Dawn etc.).

Seiko-Turtle-PADI-SRPA21K-MHE

Ma Turtle PADI dans la neige, référence SRPA21K (crédit MichelOnTime)

Mini Turtle

La Mini-Turtle s’inspire de la Turtle pour la forme arrondie de son boitier, mais avec une couronne à 3h au lieu de 4h.

Seiko-Mini_turtle-srpc37-Carousell

Mini-Turtle référence SRPC37 (source Carousell)

Slim Turtle

La Slim Turtle (la tortue mince) est apparue en 1982 et n’a été produite que quelques années, ce qui en fait un modèle assez recherché. Elle représente la transition entre la 6306-7000 et la Turtle moderne telle qu’on la connaît aujourd’hui, sortie en 2016 avec la référence SRPxxx. Cette référence 6309-7290 a un boitier plus aiguisé et anguleux que celui de la 6309 d’origine, un profil plus fuselé. Cela se voit bien sur cette photo de la montre de profil.

Seiko Slim Turtle

La Slim Turtle, référence 6309-7290 (Crédit Watch1440)

Turtle Sea Grape

Cette série limitée de 1800 pièces a été distribuée uniquement dans certains pays d’Asie. Son surnom fait référence à une algue marine très particulière qui pousse à Okinawa.

Seiko Turtle Sea Grape

Turtle Sea Grape, référence SRPD45K1 (Crédit Jam Watches&co)

Unicorn

L’Unicorn (licorne en français) tient son surnom de sa configuration « Bullhead ».

Seiko Unicorn SSA165-167

Unicorn, référence SSA165 et 167 (crédit Albert Hu-JUN32Collections)

Urchin

La Seiko Sea Urchin ou simplement Urchin (oursin) fait partie de la collection Seiko 5, et est reconnaissable au premier coup d’œil par le nombre « d’aiguilles » qui ornent le cadran et la lunette. Entre les 60 index du rehaut et les 19 index de la lunette, cette montre ressemble vraiment à un oursin. J’ai aussi trouvé le terme de mini-Sumo pour ce modèle, mais il me paraît bien antinomique (je n’ai jamais vu de petit Sumo).

Seiko Montre Homme Analogique Automatique avec Bracelet en Acier Inoxydable –...
  • Montre pour Homme à mouvement Automatique - Bracelet en Acier inoxydable Argent
  • Diamètre du cadran : 42 millimètres
  • Etanchéité : Résiste à une pression maximale de 10 ATM
  • ATTENTION ! Il s'agit d'une montre automatique qui fonctionne sans pile
  • Instruction de mise en route : Ce modèle a besoin d'être remonté manuellement afin de lancer le mécanisme qui...

Ci dessus l’Urchin avec la référence SNZF17J1

Yeti

Le surnom de Yeti est utilisé pour désigner des modèles où la couleur blanche est dominante. J’ai retrouvé une Samouraï et une Kinetic portant ce surnom.

Seiko Samourai Yeti SNM009J

La Samourai version Yeti, référence SNM009J (crédit Biscuit141 on Watchuseek)

 

Seiko Yeti Kinetic SUN043P1

La Kinetic Yeti, référence SUN043P1

Plongeuses ou terrestres ?

J’ai rassemblé ici un groupe de modèles qui ne sont pas des plongeuses, mais plutôt des “terrestres” avec un look imposant et des boitiers massifs

Atlas

Cette Atlas présente en même temps les caractéristiques d’une plongeuse (étanche à 200m, lunette tournante unidirectionnelle, aiguilles et index luminescents) et celle d’une montre d’orientation avec sa lunette intérieure graduée comme une boussole. L’Atlas porte bien son nom : si elle ne fait « que » 47 mm de couronne à couronne, son épaisseur est de 14 mm, ce qui n’est pas rien. Elle est aussi appelée Land Shark ou Gadget.

Seiko-Atlas-skz211j1

La Seiko 5 Atlas/Land Shark référence SKZ211j1

Gadget

Voir Atlas

Landtrek

Voici une autre Seiko “terrestre”, la Landtrek : boitier titane de 41mm, une lunette boussole bidirectionnelle, une protection à 12h et 6h qui rappelle un peu les Tuna, une imposante couronne, un cyclope pour le dateur, ce modèle est très impressionnant.

Seiko Land Trek SBCJ007

Lantrek, référence SBCJ007 (crédit HaymondWong)

Land Shark

Voir Atlas.

Map Meter

Dans la même veine que les Atlas, Lantrek, Mile Marker, voici la Map Meter.

Seiko Map Meter

Map Meter référence SKZ223 (Crédit Watches_ES)

Mile Marker

La couronne à gauche de cette Mile Marker est vraiment très impressionnante ! C’est en fait un odomètre, c’est à dire une roulette que l’on peut faire rouler sur une carte pour calculer les distances réelles. Celle-ci est réglée pour une échelle de 1/62.500 (pas banal chez nous mais peut-être aux Etats-Unis), mais j’ai vu d’autres modèles réglés pour une échelle de 1/50.000.

Seiko-Mile-Marker-SLT095

Mile Marker, référence SLT095 (source sixtysix)

Les modernes, ou pas…

Ce groupe un peu hétéroclite regroupe des modèles très divers, et qui datent plutôt des années 90 et suivantes. On y retrouve également les modèles plus élégants tels que les Cocktails.

Ayrton Senna

Cette “Ayrton Senna” aurait été portée par le pilote de légende.

Seiko Ayrton Senna A828-400A

“Ayrton Senna”, référence A828-400A (crédit Robert Lambert)

Astronaut

La Seiko Astronaut a déjà été présentée dans notre article sur les montres des astronautes. Elle porte la référence A829-6029 ou A829-6019 selon la lunette. Cette montre, ausi appelée Rotocall par Seiko, est caractérisée par une lunette tournante qui permet de sélectionner les différentes options de réglages de la montre (dual time, 2 types d’alarmes, etc.).

Seiko Rotocall Astronaut A829-00014

L’Astronaut, à gauche la référence A829-6019, et à droite la A829-6029 (Crédit Fratello Watches)

Blind Watch

Cette montre pour aveugle porte bien son nom : le verre se soulève pour permettre à l’utilisateur aveugle de toucher les aiguilles pour déterminer l’heure. Les aiguilles des heures et minutes sont renforcées pour résister au contact répété des doigts, les index sont proéminents, et il n’y a logiquement pas d’aiguille des secondes. Je ne connais pas la référence précise de ce modèle, mais il en existe plusieurs.

Seiko Blind watch Simon Remy

Seiko Blind watch (crédit Simon Remy)

Seiko Blind watch with glass open

Seiko Blind watch avec le verre ouvert (crédit Simon Remy)

Bumblebee

C’est mon Transformer préféré qui a logiquement inspiré le surnom de cette 7A38-7140.

Seiko Bumblebee 7A38-7140

Bumblebee référence 7A38-7140 (crédit Robert Lambert)

Black Widow

La Black Widow, ou veuve noire, est le surnom de ce Chrono quartz. Je n’ai aucune idée de l’origine de ce surnom de “veuve”.

Seiko Black Widow veuve noire 7A38-6050

Black Widow, ou veuve noire, référence 7A38-6050 (crédit Robert Lambert)

Cockpit

L’inspiration de ce surnom est assez claire. Cette Silverwave Cockpit réunit les caractéristiques classiques des cadrans de tableau de bord d’avions.

Seiko Cockpit

Cockpit référence 2628-0040 PEQ011 (Crédit Cedlamontre)

Contra

La Contra doit son nom au fait qu’elle aurait été utilisée par les « Contra’s », les forces rebelles anti-gouvernementales du Nicaragua (années 80). En plus d’une Seiko Quartz 3 aiguilles, la montre propose un support sur lequel on peut fixer un podomètre (pour mesurer les distances sur une carte), une boussole, ou un module digital date/heure/chrono/alarme/compet à rebours. Elle est considérée comme la première Fieldmaster, référence SAZ018 (1421-0140).

Seiko Contra SAZ018 1421-0140

Contra référence SAZ018 (1421-0140) (Crédit Erik Strickland)

Seiko Contra variantes SAZ018 1421-0140

Contra, les accessoires (Crédit Erik Strickland)

Flightmaster

La Flightmaster est une montre de pilote offrant des fonctions de 2° fuseau horaire et des règles à calculs permettant de réaliser jusque 12 opérations et conversions d’unités. Elle existe dans une grande variété de modèles, et si les récentes sont généralement à quartz, il en existe également des modèles automatiques et solaires. Si vous voulez mon avis, c’est un thème de collection idéal !

Seiko Flightmaster

Flightmaster (Crédit MichelOnTime)

Horseshoe

La Seiko Fer à cheval : pas besoin d’un dessin pour deviner d’où lui vient ce surnom. En revanche, le calibre qu’elle abrite est beaucoup plus surprenant : c’est un des premiers mouvements à pile mais pré-quartz, c’est-à-dire un mouvement à résonance comme sur les Bulova Accutron. Elle date donc plutôt des années 60.

Seiko Horseshoe fer à cheval 3102-6000

Horseshoe, ou fer à cheval, référence 3102-6000 (crédit Erik Strickland)

Speed Racer

La Speed Racer désigne les références SNKK25, 27, 29 et 31. Elle doit son nom aux graduations des minutes entre 12h et 4h.

Seiko Speed Racer SNKK29 Reddit

Speed Racer, ici avec la référence SNKK29 (source Reddit)

Seikonaut

Je vous préviens d’emblée, cette appellation de Seikonaut est erronée ! Mais c’est pourtant celle qui s’est imposée pour désigner ces Seiko dont le boitier ressemble de loin à une Patek … Nautilus.

C’est ce qui est vraiment amusant à propos de ce surnom. La Patek Nautilus présente un protège -couronne à droite qui est répété à gauche, tandis que l’Aquanaut présente juste le protège-couronne à droite.

Patek Nautilus Aquanaut

Les Patek Nautilus (à gauche) et Aquanaut (à droite) (source Patek Philippe)

La Seiko dont on parle ici a bien le protège-couronne répété à gauche, on aurait donc dû l’appeler « Seikotilus »… Mais puisque par définition, un surnom est créé par les fans, ce sont donc eux qui ont raison. Et on peut aussi en conclure que les fans de Seiko ne s’y connaissent pas trop en Patek Philippe 😊.

Seiko Seikonaut SNKK45

La Seikonaut référence SNKK45

Cette Seikonaut existe dans de multiples versions, sous les références SNKK41, 43, 45, 47, 48, 50, 52, 54, 55, 57, 59, 61, 62 et 64. Elles sont souvent assez bling-bling, comme cette SNKK52.
Si vous cherchez un thème de collection exhaustive, cette série est faite pour vous.

Seiko Seikonaut SNKK52

La Seikonaut référence SNKK52 (source Chronospride)

Seikotilus

Voir Seikonaut

Speedmaster

J’ai été un peu surpris de découvrir ce surnom de Speedmaster, tant l’Oméga du même nom est mondialement connue. Et pourtant ce surnom apparaît souvent avec ces chronos quartz des années 80 et 90.

Seiko Speedmaster

Speedmaster, référence 7A28-7040 (Crédit Daniel Glogau)

Cocktail

Passons maintenant aux “Dress watches”. Le terme Cocktail est utilisé pour désigner les montres de la collection Presage qui présentent un cadran soleillé. J’ai vérifié sur le site de Seiko, le mot cocktail n’est pas utilisé pour désigner la montre, mais plutôt pour décrire l’ambiance des bars à cocktails, on peut donc le considéer comme un surnom.

Seiko-Cocktail-SRPB41J1

La Presage Cocktail SRPB41J1, en compagnie d’une Seiko 5 un peu timide (crédit MichelOnTime)

(Notre test sur la Seiko Cocktail SRPC97J1 ici)

Grand Cocktail

Voir Baby Grand Seiko.

Baby Grand Seiko

Cette Brightz SDGM003 est surnommée « Baby Grand Seiko » de par sa qualité de finition qui se rapproche de ce que l’on trouve en Grand Seiko. Mais d’autres l’appellent aussi Grand Cocktail, par son cadran soleillé semblable aux Presage.

Seiko-Brightz-SDGM003

La Brightz SDGM003 (source Reddit)

 

Seiko-Brightz-SDGM003-MHE

Ici l’exemplaire que j’ai eu la chance de posséder (crédit MichelOnTime)

Moonlit Night

Seiko s’est inspiré du ciel nocturne sous la lune pour créer cette montre. Elle a vite été surnommée Moonlit Night ».

Moonlit Night SPB069

Moonlit Night, référence SPB069 (crédit Seiko)

Discus “Burger”

Ce modèle tout à fait étonnant fait partie de la collection “Seiko Moving Design Collection” lancée en 2007 et dessinée par Tomoko Tomita du Design Center de Seiko. “Discus” est le nom officiel, et “Burger” est le surnom donné à la montre par les bloggeurs. Il existe aussi un modèle avec cadran blanc.

Seiko Burger SCBS007 WatchProSite

Discus “Burger” référence SCBS007 (source WatchProSite)

Un autre exemple de modèle Burger :

Seiko-Burger-Richard-Segault

Une Burger très sage (crédit Richard Segault)

Drum Machine

Cette montre tout à fait délirante est en fait une boîte à rythme avec 6 combinaisons de sons, et un métronome fonctionnant en mode sonore ou lumineux. Elle a été créée par Seiko avec un producteur de musique Populaire au Japon Tetsuya Komuro à la fin des années 80. L’heure est affichée sur la face avant, mais peut aussi être affichée par des LED, indispensable pour sortir en boîte de nuit.

Seiko Drum Machine Yellow B010 Technabob

Drum Machine B010 (source Technabob.com)

Hexagon

Pas besoin d’un long discours pour expliquer le surnom de cette montre. Elle a 37 mm de largeur, sortie fin des 80’s, collection Seiko 5 Automatic. Notez qu’un autre modèle présente la même forme : la 6139-7080.

Seiko Hexagon 6309-6070

Seiko Hexagon référence 6309-6070 (source Eshizuoka.jp)

Lemon Face

Cette montre à quartz avec affichage LCD présente un cadran jaune, d’où son surnom. Ce n’est pas forcément respectueux pour la communauté asiatique, je m’en excuse mais ce n’est pas moi qui l’ai inventé.

Seiko Lemon Face 0624-5009

Lemon Face, référence 0624-5009 (source TimeArtPiece)

Pan Am

Seiko a sorti en 1977 la première montre digitale offrant les fuseaux horaires mondiaux, et ce modèle a été adopté par les pilotes de la Pan Am, d’où son surnom.

Seiko Pan Am M158-5000

Pan Am, référence M158-5000 (source DigitalWatchLibrary)

Recraft

La Recraft est au départ une série de réédition de montres des années 70 et 80, pour le marché américain. Elle est caractérisée par un boitier Coussin, et un cadran coloré. Personnellement j’aime beaucoup ce modèle avec cadran vert.

Seiko-Recraft-SNKM97

La Recraft cadran vert, référence SNKM97

Royal Oak

Pas besoin d’un long discours pour comprendre pourquoi on appelle cette Seiko la Royal Oak.

Seiko Royal Oak 7A38-7029

“Royal Oak”, référence 7A38-7029 (crédit HubCityVintage)

Space Walk

La Space Walk a été conçue par Seiko spécifiquement pour le touriste de l’espace américain Richard Garriott, fils de l’astronaute Owen Garriott qui du temps dans l’espace en 2008 à bord de Soyouz TMA-13. Le cahier des charges était simple : réaliser une montre légère (boitier en titane), étanche à l’air en particulier avec de très grandes variations de température, robuste, facile à lire, facile à utiliser, sûre et précise. Notons que le boitier fait presque 49 mm de largeur, et avec la configuration “bull head”, une hauteur de 53mm! Petit détail : cette montre n’a jamais été commercialisée.

SEIKO SpaceWalk SPS005J Fratello Watches

La SpaceWalk, référence SPS005J (source Fratello Watches)

Steve Jobs

Une Seiko porte en effet le nom du fondateur d’Apple, Steve Jobs. Il s’agit de la référence 6431-6030. La montre qu’il possédait s’est vendue en 2016 à un prix tout à fait indécent pour une montre à quartz (42.500$). En 2017, Seiko a sorti 4 modèles inspirés par cette 6431-6030, il s’agit des références SCXP0x1.

Seiko Steve Jobs 6431-6030 WornWound

Steve Jobs, référence 6431-6030 (source WornWound)

TV Dial

La TV Dial doit son nom à sa forme de télévision des années 70, quand la télé était une grosse boite rectangulaire en bois ou en plastique avec un écran de forme plus ou moins ovale. J’ai trouvé de nombreuses références qui revendique ce surnom, mais selon moi le meilleur critère est le boitier rectangulaire anguleux avec un cadran ovale, comme cette belle 6119-5000.

Seiko TV Dial 6119-5000

TV Dial, référence 6119-5000 (source ebay)

Wide Lugs

J’ai eu l’occasion de voir cette Seiko “Wide Lugs” de près, et elle est incroyable ! D’une épaisseur de 5 mm malgré son calibre mécanique (de 1,98mm), elle mérite sa référence de “UTD” pour Ultra Thin Dressed (montre ultra fine habillée). Elle tient son surnom de ces cornes taille “extra-large”.

Seiko Wide Lugs

Wide Lugs, référence 6810-0010 (Crédit MichelOnTime)

Seiko fait son cinéma

Les montres Seiko apparaissent souvent dans des films, je les ai rassemblées ici.

Al Pacino

L’acteur Al Pacino porte cette montre dans le film Bobby Deerfield, c’est en fait une Helmet à cadran blanc, référence 6139-7100.

Seiko Al Pacino 6139-7100

Seiko Al Pacino 6139-7100 (Watch Charts)

Apocalypse Now

Voir Captain Willard

Arnie

Passons aux modèles rendus célèbres par le cinéma. La Seiko Arnie est ainsi surnommée parce que Arnold Schwarzenegger la porte dans plusieurs films, dont Commando ou Predator. C’était la première montre de plongée à quartz combinant un affichage à aiguilles et un cadran digital LCD avec une alarme. La référence initiale est la H558-5000, étanche à 150m.

Seiko-Arnie-H558-5000

La référence H558-5000, ici avec un exemplaire qui a déjà bien vécu (crédit Aguiloco)

La bonne nouvelle est que Seiko vient de rééditer cette légende. C’est cette fois un modèle Solar, étanche à 200m.

Seiko-Arnie-SNK025

L’Arnie, référence SNJ025 (source Seiko)

Alien

Suivent ici quelques modèles rendus célèbres par le film Aliens, le deuxième épisode de la saga du Lieutenant Ripley et de son lézard baveux (1986). Si vous n’avez jamais vu ce film, c’est à ajouter dans votre To Do list.

L’Alien est la montre du lieutenant Ripley dans Aliens. C’est un des premiers chronographes à quartz, référence 7A28-7000, dessiné par Giugiaro. On l’appelle aussi la Ripley.

Seiko-Alien-ripley

Ripley, Newt et la 7A28-7000

 

Seiko-Alien-7A28-7000

Le modèle original (référence 7A28-7000), avec la couronne et le poussoir à gauche (source TechCrunch)

Seiko a réédité ce modèle en 2015, avec une version un peu différente puisque les poussoirs sont maintenant à droite

Seiko Alien reedition SCED039

La nouvelle référence SCED039 (source Japan Select)

Burke

Toujours dans le film Aliens, Burke est le beau gosse qui va finalement trahir le lieutenant Ripley et qui sera moins « beau gosse » après que l’alien se sera occupé de lui 😊. La montre qu’il porte est une H556-5050, similaire par ses caractéristiques techniques à la Arnie (H558-5000).

Seiko-Burke-H556-5050

La Burke, référence H556-5050 (source Tapatalk)

Bishop

La Bishop fait référence à l’android de Aliens, elle est équipée du même calibre 7A que l’Alien du lieutenant Ripley.

Seiko-Bishop-7A28-6000

La Bishop, référence 7A28-6000

Marines

Comprenez ici « Marine » dans le sens du militaire américain, et en particulier de l’équipe de Marines qui accompagne le lieutenant Ripley dans l’expédition Aliens. Cette montre est une Pulsemeter référence S234-501A. Comme son nom l’indique, la montre permet de mesurer les pulsations de l’individu qui la porte, par l’intermédiaire d’une sangle. Tout à fait banal aujourd’hui, ce genre d’équipement était très rare en 1986 ! Autant vous dire que cette pièce est très rare.

Seiko-Marines-S234-501A

La Marines, référence S234-501A (source WatchDoctor)

Seiko-Marines-S234-501A-details

Extrait du manuel utilisateur de la Marines S234-501A (source Watchuseek)

Ripley

Voir Alien

Star Trek

Celle-ci n’apparaît pas dans un film Star Trek, mais j’ai trouvé amusant ce surnom en référence au logo de Star Trek.

Seiko Star Trek SNAA05 Anthony Miller

Star Trek, référence SNAA05 crédit Anthony Miller)

Seiko Star Trek

Conclusion

J’espère que vous avez apprécié ce voyage dans le monde merveilleux des Seiko iconiques. Si vous connaissez d’autres surnoms, n’hésitez pas à nous en informer, nous mettrons l’article à jour.

Merci à Richard Segault, Arnaud Aimonetti et Philippe Borremans pour leurs apports, et à tous les autres internautes belges, français, italiens, néerlandais etc. pour leurs commentaires.

I also want to thank Ryugo Sadao for his books “The history of the Seiko 5 Sports Speed-Timer” and “The birth of Seiko Professional Diver’s watch” that inspired me for several nicknames, Robert Lambert for so many “forever sunny pictures” (I can’t believe that the sun is always shining at your place!), Erik Strickland for his amazing Instagram account, Bertrand Rapatel and his NOS watches, my friend Darth Vader Lord Sith, and all other Seiko fans from all around the world (and especially from Asia e.g. Albert Hu) for inspiring me.

Partager:
Written by MichelOnTime
Passionné d'horlogerie depuis une dizaine d'années, je m'intéresse autant aux marques qu'aux montres, et suis toujours à la recherche de nouvelles marques. Au-delà des aspects techniques et esthétiques de l'horlogerie, j'aime beaucoup rencontrer les créateurs de marques moins connues, comprendre leur démarche, et les faire connaître. Difficile de vous dire quelles sont mes marques préférées, disons IWC, Tudor, mais aussi Seiko, Ollech & Wajs et Gavox, et beaucoup d'autres. Je porte un intérêt particulier aux Tissot T12, une appellation peu connue et créée à l'occasion de la sortie du film de Cousteau "Le monde du silence" en 1956.