Montre James Bond: 27 garde-temps de l’espion 007 de 1962 à 2020

montre james bond omega

James Bond, l’espion le plus célèbre de la planète, a un penchant pour l’horlogerie et les belles choses en général depuis toujours. Son nom étant synonyme de technologie de pointe, de classe, d’élégance et de bon goût, découvrir les différentes montres qu’il a porté depuis ses débuts dans James Bond 007 contre Dr. No jusque dans son prochain film Pas le Temps de Mourir donne un point de vue nouveau sur une partie de l’histoire de l’horlogerie mondiale et permet de voyager dans le temps à travers des icônes du secteurs. Découvrons ce qui se cache plus ou moins subtilement au poignet du matricule 007 depuis bientôt 70 ans.

Montre James Bond: Rolex Submariner

Rolex Submariner référence 6538

Rolex-Submariner-Bond-Reference-6538-Big-Crown-2

Celle-ci sera même appelée la “Bond Submariner”. Ce n’est pas la seule à avoir reçu ce surnom, mais c’est la première Rolex que l’on a pu voir au poignet de l’espion britannique, et ce dans plusieurs de ses films. Monsieur Bond la porte dans le tout premier épisode, James Bond 007 contre Dr. No (appelé simplement Dr.No en version originale) sorti en 1962, mais également dans le second opus, Bon baisers de Russie (du titre original From Russia With Love) sorti en 1963, puis dans le troisième film Goldfinger en 1964, et enfin dans le numéro 4: Opération Tonnerre (Thunderball) en 1965. C’est donc le monumental Sean Connery qui porte cette plongeuse pendant les 4 premiers James Bond.

La Rolex Submariner 6538 est constituée d’un boîtier Oyster forme tonneau de 38 millimètres de diamètre et est reconnaissable de part sa couronne bien plus imposante que sur les autres références de Submariner, ainsi que par l’absence de protège couronne. Produite entre 1954 et 1959, elle est entrainée par un calibre 1030 à 25 rubis. Avec son fond de boite vissé et sa couronne vissée elle aussi, cette Submariner annonçait une étanchéité à 300 mètres.

Rolex Submariner référence 5513

Rolex-Submariner-5513

La Submariner 5513 fait partie de l’attirail de Bond dans l’épisode de 1969, Au service secret de sa Majesté ( On her Majesty’s Secret Service), film dans lequel l’espion tente vaincre Blofeld qui travaille sur un virus capable de rayer toutes vies végétales de la surface de la terre.

Il la portera également dans l’épisode de 1973, Vivre et laisser mourir, ( Live and let die). Il s’agit là d’une version modifiée par Q qui est en charge de l’équipement de James Bond. Cette version peut alors se transformer en un aimant sur-puissant à la simple rotation de la lunette, qui fait passer les index du cadran de la couleur blanche habituelle à une couleur rouge sang.  Autre nouvelle fonction dans le film: une pression sur le verre de la Submariner va lancer sa lunette et son cadran dans une rotation si rapide que la montre deviendra une sorte de scie circulaire, que James Bond utilisera pour couper la corde qui le retient prisonnier dans une scène de cet opus.

L’année d’après, dans L’Homme au pistolet d’or, ( The Man with the Golden Gun), Roger Moore portera à nouveau cette Rolex Submariner 5513. Dans cet épisode, Francisco Scaramanga, l’homme au pistolet d’or lui-même, semble bel et bien obsédé par ce metal précieux, puisqu’en plus de son arme et de ses bagues en or, il porte une Rolex Cellini King Midas. Il s’agit d’une montre de la collection Cellini fortement inspirée de la Rolex King Midas référence 9630 qui était, lors de sa sortie en 1964, la Rolex la plus lourde et la plus chère qu’il soit, en partie en raison de l’utilisation d’or massif pour sa conception. C’est la seule Rolex qui fut dessinée par Gérald Genta et elle fut produite à 1000 exemplaires seulement. La Cellini King Midas de Scaramanga est elle aussi originale, mais moins rare et plus accessible.

homme pistolet d or cellini king midas

Pour revenir à la Submariner 5513, elle fut produite de 1962 à 1989. Elle était équipée d’un calibre Rolex 1530 pour les premières pièces, puis d’un calibre 1520 à partir de l’année suivant son lancement. Le boîtier de 40 millimètres propose un protège-couronne aux lignes affirmées de part et d’autre de la couronne de 7 millimètres, et offrait à sa sortie une étanchéité à 200 mètres. Il s’agit d’une Submariner “N0 Date”, donc sans date, aujourd’hui très recherchée par les collectionneurs.

Rolex Submariner 16610

Rolex-Submariner-16610

Après une petite pause, retour à la Submariner avec Permis de Tuer ( License to Kill) en 1989. C’est Timothy Dalton qui incarne pour la deuxième et dernière fois l’espion emblématique à la place si importante dans la culture pop internationale. La Rolex Submariner 16610 est sortie la même année que le film en 1989, et fut produite jusqu’en 2010. Il s’agit d’une “Sub-Date”, elle est donc équipée d’un guichet de date à 3h et du fameux cyclope Rolex sur le verre. Elle annonce une étanchéité à 300 mètres, est équipée d’une lunette rotative en aluminium sur un boîtier de 40 millimètres de diamètre et est entrainée par le calibre 3135.

James Bond porte sa 16610 pendant une scène sous-marine, faisant honneur à cette plongeuse au moins aussi emblématique que le personnage qui la porte.

Extra: Rolex GMT Master référence 6542

rolex gmt master 6542

On reste chez Rolex avec cette GMT Master 6542 à la lunette bicolore rouge et bleue appelée “Pepsi”, la toute première GMT Master ayant existé. Elle fut développée en 1954 suite à une commande de la Pan-American World Airways pour équiper ses pilotes étant amenés à effectuer des vols transatlantiques de garde-temps affichant deux fuseaux horaires simultanément. Dans quel film James Bond a-t-il porté cette pièce de collection ? Aucun. C’est Pussy Galore, une femme fatale présente dans Goldfinger en 1964, qui la porte magnifiquement. Une jeune et attirante femme portant une montre professionnelle destinée aux hommes a marqué les esprits de l’époque, si bien que cette référence 6542 prendra le sobriquet de “Pussy Galore” après la sortie du film, 20 ans après le lancement de la montre.

La 6542 est la seule référence de GMT Master offrant un boîtier Oyster de 38 millimètres et elle ne possède pas de protège-couronne. Elle passera à 40 millimètres dès la référence suivante. C’est également la seule a être équipée d’une lunette en Bakélite avant d’être remplacée par une lunette en aluminium en 1956. Pour en savoir plus sur cette montre iconique, allez-donc jeter un oeil à notre article complet sur l’évolution de la GMT Master.

Rolex Pre-Daytona Chronographe référence 6238

Rolex-Pre-Daytona-Ref.-6238-from-James-Bond-007-On-Her-Majesty’s-Secret-Service-2

Dans l’épisode de 1969 Au service secret de sa Majesté, unique film dans lequel un certain George Lazenby incarnait James Bond, on le voit également porter une Rolex Chronograph 6238 considérée comme une “pré-Daytona”. La montre possède presque toutes les caractéristiques techniques et visuelles qui feront le succès de la Daytona, mais il faudra attendre la référence 6239 en 1965 pour que le nom Daytona fasse son apparition sur le cadran.

La Chronograph 6238 fut produite au début des années 60′ ( environ entre 1961 et 1968) en petites collections de quelques milliers de pièces seulement. Il s’agit d’un chronographe à remontage manuel dans un boîtier en acier inoxydable de 36 millimètres de diamètre pour 10 millimètres d’épaisseur fermé avec un verre en Plexiglas. C’est un mouvement manuel Valjoux 72 qui l’entraine.

Gruen Precision 510

Connery-Gruen 510

La Gruen Precision 510 a une place toute particulière dans l’histoire des montres de l’espion britannique puisqu’il semblerait que ce soit la toute première montre avec laquelle il apparaisse à l’écran, dans la scène de casino et dans celle de l’arrivée à l’aéroport en Jamaïque du tout premier opus, James Bond 007 contre Dr. No en 1962. Bond la porte également dans Goldfinger deux ans plus tard, notamment pendant son combat contre Oddjob, l’homme au chapeau-melon bien aiguisé. Dans les deux films, il aurait pu se contenter de sa Rolex Submariner puisqu’elle se marie tout aussi bien avec un costume trois pièces qu’avec un maillot de bain, mais il semble qu’il ai eu envi de changement et à l’époque, les vrais gentlemen s’équipaient d’une belle montre habillée pour les réceptions distinguées. Décidément, la collection de montres portées dans les deux premiers films ferait pâlir de nombreux amateurs.

La marque Gruen, de son nom complet Gruen Watch Company, fut pendant une période la plus importante maison horlogère américaine du monde. Elle a vu le jour en 1894 dans l’Ohio, a l’initiative de Dietritch Grün, un horloger d’origine allemande aillant étudié en Suisse, et de son fils. Elle connu un très grand succès puis des périodes difficiles, avant de sombrer en 1958.

La Gruen Precision 510 était constituée d’un boîtier aux finitions en or de 34 millimètres, une taille qui fait penser à une montre pour femmes aujourd’hui mais qui était considérée comme une taille moyenne et très répandue à l’époque surtout pour les “dress watches” comme celle-ci. Elle était animée par un mouvement d’origine suisse à 17 rubis et offrait un sous-cadran petite-secondes à 6h joliment travaillé sur un cadran blanc classique mais efficace.

Breitling TopTime référence 2002

bond breitling 1

Cette Breitling TopTime ref. 2002 est présentée à James Bond par Q, le spécialiste de l’équipement, dans Opération Tonnerre en 1965. Elle a été modifiée par l’expert en miniaturisation et en accessoires pour y intégrer un compteur Geiger qui sera utile à l’espion dans sa mission qui consiste à localiser des bombes atomiques. Il la présente comme un compteur Geiger utile et non-intrusif, puis insiste sur le fait qu’elle est “Waterproof, of course”. C’est la toute première montre modifiée par Q pour James Bond en un gadget en adéquation avec la mission qu’il a à accomplir. Elle marque donc le début d’une longue série.

La Breitling TopTime 2002 est un chronographe sportif élégant qui était proposé à un prix accessible pour l’époque. Elle était équipée d’un calibre Valjoux 7730 ou 7733 selon les références exactes. A en croire la couleur des aiguilles sur le modèle au cadran noir et aux sous-cadrans argentés porté par Bond, il semblerait qu’il s’agisse d’une référence 2002.3, entrainée donc par un 7730, dans un boîtier en acier inoxydable.

Une autre Breitling était clairement mise en évidence dans Opération Tonnerre. Il s’agit de la Breitling Navitimer référence 806, portée par un pilote de l’armée appelé François Derval.

navitimer 806 francois bond

Hamilton Pulsar P2 2900 LED

hamilton pulsar p2

Le début des années 70 fut marqué comme on le sait tous par l’arrivées des montres à quartz et par le développement des montres à affichage digital. L’espion étant connu pour être à la pointe de la technologie, c’est sans surprise que Roger Moore, l’incarnant pour la première fois dans l’opus de 1973 Vivre et laisser mourir (Live and let die), est présenté portant une Hamilton Pulsar P2 2900 LED. Il nous prouve d’ailleurs l’avantage de son utilisation nocturne en appuyant sur le bouton poussoir qui affiche l’heure en chiffres rouges grâce à des LED.

Cette Hamilton Pulsar P2 est l’évolution de la Hamilton Pulsar P1 lancée en 1972 et considérée comme la toute première montre électronique à affichage digital au monde disponible sur le marché. Il s’agissait donc d’une véritable prouesse technologique à la sortie du film.

Seiko DK001 0674-5009

SEIKO-0674-5009-1976-Bond

En 1977, dans L’Espion qui m’aimait, ( The Spy who Loved Me), James Bond porte une Seiko DK001 0674-5009. Elle a elle aussi été modifiée spécialement pour l’espion, très probablement sous la supervision de Q, puisqu’elle sert à Bond pour recevoir des messages sur des petites bandes de plastique sortant directement de la montre. James Bond va porter la même montre pendant tout le film, ce qui est une première à l’époque.

Il s’agit d’une montre à quartz à affichage digital LCD, avec une fonction d’affichage de la date et du jour de la semaine. Le boîtier et le bracelet sont en acier inoxydable et l’écran est protégé par un verre minéral.

Seiko M354 Memory Bank Calendar

Seiko-M354-Memory-Bank-Calendar

En 1979 dans MoonRaker James Bond reste chez Seiko et adopte la référence M354 Memory Bank Calendar. Il s’agit encore une fois d’une version modifiée par le MI6. Celle-ci inclue un explosif que l’espion placera sur une grille qui lui bloque le passage, puis reliera avec un mécanisme filaire à sa Seiko qui servira alors de détonateur pour faire exploser la grille et ainsi lui ouvrir la voie pour éviter de bruler vivant sous les réacteurs d’une fusée. Il en profitera pour jeter un oeil à sa montre après l’explosion et plaisanter sur le fait qu’il soit “pile à l’heure”.

La Seiko M354 Memory Bank Calendar est une montre à quartz à affichage digital LCD, en acier inoxydable, offrant une fonction de calendrier sur 88 ans et possédant une mémoire interne vous permettant de noter des anniversaires ou autres rendez-vous et de mettre une alarme en place à une date précise, rare pour l’époque.

Seiko H357 5040

seiko double affichage

La marque japonaise semble avoir tapé dans l’oeil de l’espion britannique ( en plus d’avoir certainement signer des contrats à plusieurs zéros avec les producteurs). Dans Rien que pour vos yeux ( For your Eyes Only) sorti en 1981, Roger Moore porte une Seiko H357 5040. Le MI6 a cette fois modifié cette montre pour en faire un moyen de communication avec l’espion. James Bond reçoit un message écrit qui s’affiche en lettres rouges défilant sur l’écran sur le haut du cadran et il entend également la voix d’un agent du MI6 qui utilise donc la Seiko en guise de téléphone. Une sorte d’ancêtre des smart-watches d’aujourd’hui…

La Seiko H357 5040 est une montre à quartz offrant un double affichage, digital et analogique. Elle est en acier inoxydable et possède une fonction de chronographe ainsi qu’une alarme.

Seiko G757 Sport 100 et Seiko T001 5019

seiko g757 5020

On reste chez Seiko avec cette référence G757 Sport 100 portée par le grand Roger Moore dans Octopussy en 1983. Sa version modifiée est équipée d’un système qui permet de localiser un tracker qui sera placé dans un oeuf de Fabergé pendant le film.

Il s’agit ici encore d’une montre à quartz en acier et plastique avec un affichage digital LCD dont un affichage original du compte-à-rebours des secondes sur la partie en haut à gauche de l’écran et des fonctions d’alarme, de chronographe, d’indication de la date et du jour de la semaine.

Dans le même film, Q présente également à James bond une Seiko T001 5019 à quartz équipée d’un écran LCD en couleur permettant un affichage vidéo. Dans le film, la montre est reliée à une caméra que l’espion pointe sur le décolleté plus que plongeant d’une collaboratrice du MI6 présente dans la salle avant de féliciter Q pour la qualité de l’image. Un humour grivois qui passerait certainement plus difficilement par les temps qui courent, mais qui allait parfaitement avec le personnage et les moeurs de l’époque.

Seiko-T001-1

La T001 fut présentée par Seiko en 1982 et fut la première montre-tv commercialisée au monde, des décennies avant l’arrivée des montres connectées et autres smart-watches. Elle propose deux écrans distincts, un écran fin sur la partie haute du cadran affichant l’heure et servant à régler l’alarme et la date, et un second écran s’étalant sur la plus grande partie du cadran et destiné à afficher la vidéo. Pour faire fonctionner cette option, il fallait brancher une sorte d’adaptateur sur le haut du boîtier de la montre, et le relier par un câble à un récepteur de la taille d’un Walkman que l’on plaçait dans sa poche ou dans son sac. On pouvait également brancher des écouteurs au receveur pour profiter du son en plus de l’image. Le receveur permettait d’avoir accès à la majorité des chaines de l’époque, ainsi qu’à la radio sur la band FM. Un exploit pour 1982, même si l’image était de bien plus basse qualité que ce qui nous est présenté dans Octopussy.

Seiko 7A28 7020 et Seiko H558 500 SPW001

Seiko-7A28-7020

Pour son dernier James Bond intitulé Dangereusement Vôtre ( A view do a Kill) sorti en 1985, Roger Moore resta fidèle à Seiko en arborant tout d’abord une magnifique Seiko 7A28 7020 en acier. La série Seiko 7A28 fut la première à proposer des chronographes à quartz à affichage analogique. La montre portée par James Bond est une Seiko 7A28 7020 SPR007 avec un cadran blanc.

Plus tard dans le film pendant une course poursuite dans les escaliers de la tour Eiffel, on peut apercevoir à son poignet une Seiko H558 500 SPW001. On ne la voit que très brièvement dans le montage final du film, mais elle est bien plus présente dans une scène coupée dans laquelle James Bond sort de prison à Paris et se voit restituer ses effets personnels, dont cette Seiko. Dans cette scène, le policier remarque que la montre a quelque-chose d’inhabituel. En effet, elle a été modifiée par le MI6 pour y inclure une sorte de corde de piano prévue pour des étranglements. Lorsque le policier le fait remarquer à James Bond en lui rendant, il répond simplement en disant “From Russia, with love”. Une référence claire à la scène d’ouverture du film de 1963 portant le même titre, dans laquelle un garde utilise une montre avec cette fonction pour étrangler un individu déguisé en James Bond (alors joué par Sean Connery) lors d’un entrainement.

seiko h558 500

Toujours dans Dangereusement Votre, on aperçoit une autre montre au poignet de l’espion, impossible à reconnaître à l’image. On sait cependant qu’il s’agit d’une Seiko 6923 8080 SPD094, une montre à affichage analogique au boîtier de 36 millimètres en acier bicolore or/argent sortie peu avant le tournage du film, animée par un mouvement à quartz et offrant un guichet à 3h indiquant le jour de la semaine et la date. Elle offre un beau cadran blanc ou or selon les modèles et elle fait beaucoup penser à une Rolex Date-Juste dans son style.

seiko 6923 8080

(TAG?) Heuer 980.031 “Night Dive”

tag-heuer-980-1

En 1987 avec Tuer n’est pas Jouer ( The Living Daylights), on sort de la période Seiko pour James Bond, et on revient aux classiques en se penchant sur des marques Suisses. C’est Timothy Dalton qui incarne Bond pour la première fois dans cet opus, et on le voit porter une Tag Heuer 980.031 “Night Dive”.

La Tag Heuer 980.031 “Night Dive” est une plongeuse relativement classique entrainée par un mouvement automatique avec une fonction de quantième, étanche à 200 mètres et équipée d’un guichet de date à 3h. Il existe un doute concernant la montre exacte du film: ce dernier ayant été tourné pendant la période à laquelle le groupe TAG rachetait la marque Heuer, la présence du logo Heuer ou de celui de TAG Heuer sur le cadran reste un mystère…

Montre Omega et James Bond: Une belle collaboration

Omega Seamaster Professional 300m référence 2541.80.00

omega 2541-80-00-93

En 1995, c’est Pierce Brosnan qui revêt pour la première fois le costume de l’espion à l’humour piquant et au charme surpuissant dans Goldeneye. C’est également le premier Bond dans lequel il porte une Omega. La Omega Seamaster Professional 300m 2541.80.00 de James est une version améliorée par Q comme on en a maintenant l’habitude. Celle-ci est équipée d’un laser qui permet de couper le métal, mais aussi d’un mécanisme de détonateur à distance pour une bombe. On découvre dans Goldeneye que Alec Trevelyan, un ancien agent du MI6 étant passé du côté obscure, porte lui aussi une Omega Seamaster. Il explique d’ailleurs qu’il s’agit d’un ancien modèle comparé à la montre de Bond, mais qu’il connait son fonctionnement, confirmant que ces Seamaster furent offertes aux agents par le MI6.

La Omega Seamaster Professional 300m 2541.80.00 est une plongeuse en acier au boîtier de 41 millimètres de diamètre annonçant une étanchéité à 300 mètres entre autre grâce à une couronne vissée. Elle est dotée d’une valve à helium et d’un calibre OMEGA 1538, un mouvement à quartz avec indicateur de fin de batterie. Son magnifique cadran bleu décoré avec des motifs de vagues et offrant un guichet de date à 3h est protégé par un verre saphir bombé anti-reflets et anti-rayure.

Omega Seamaster Professional 300m référence 2531.80.00

omega 25318000

Dans Demain de meurt Jamais ( Tomorrow Never Dies) sorti en 1997, Pierce a pris du gallon et porte une Omega Seamaster Professional 300m référence 2531.80.00. Un seul chiffre change dans la référence, mais dans les faits cela change tout. Il s’agit presque exactement du modèle précédent, mais équipé d’un calibre OMEGA 1120, un calibre mécanique offrant une réserve de marche de 44 heures. Le bleu du cadran et les motifs vagues ont un peu évolué également, mais les autres caractéristiques restent inchangées.

Le modèle porté par James Bond semble être équipé d’un cadran noir mat plus discret. Il la choisi d’ailleurs dans une boite à montres dans laquelle on peut apercevoir plusieurs modèles emblématiques, notamment un garde-temps qui semble bien être une Cartier Santos, plusieurs pièces ressemblant beaucoup à des modèles de chez Rolex dont une Daytona, et d’autres montres plus difficiles à reconnaitre…

On retrouvera cette référence 2531.80.00 au poignet de Bond dans Le Monde de Suffit Pas ( The World in Not Enough) en 1999. On découvre alors certaines des modifications apportées par le MI6, à savoir l’ajout d’ampoules qui ressemblent à des diodes surpuissantes, ainsi que d’un mécanisme de grappin que l’on active en tournant la lunette, puis que l’on projète en appuyant sur un des boutons-poussoir, avant d’activer le mécanisme de treuil capable de porter le poids de l’espion sans problème alors que le grappin s’est simplement planté sur une poutre en acier. Efficace, ce MI6.

Bond semble décidément convaincu de la qualité de cette référence 2531.80.00 puisqu’il la portera à nouveau dans Meurt un Autre Jour ( Die Another Day) en 2002. Sur cette version au cadran qui semble noir avec un retour des motifs de vagues, la couronne se désolidarise de la montre pour se planter dans un pain d’explosif C4 et en devenir le détonateur. Il sera activé par une rotation de la lunette au moment voulu. Cette Omega lui est remise par l’accessoiriste du MI6 qui insiste sur le fait qu’il s’agit de la 20 ème montre qui lui est fourni. Il lui demande d’ailleurs de tenter de la rapporter après la mission, ce qui serait d’après lui une première.

Omega Seamaster Professional Planet Ocean référence 2900.50.91

omega planet ocean 2900 50 91

En 2006, c’est au tour de Daniel Craig de reprendre le flambeau de l’espion dans Casino Royal. On change d’acteur principal, mais on ne change pas de crémerie en ce qui concerne la tocante. Daniel porte une magnifique Omega Seamaster Professional Planet Ocean référence 2900.50.91. La Seamaster est d’habitude facilement reconnaissable, mais il semble que le personnage joué par Eva Green dans le film n’ai pas révisé ses fiches d’horlogerie puisqu’elle la prend pour une Rolex comme elle le dit lors d’une discussion autour d’un verre de vin dans un train. Bond se fait un plaisir de lui répondre qu’il s’agit bel et bien d’une Omega. Un échange qui a du coûter cher à la marque de Bienne.

La Omega Seamaster Professional Planet Ocean référence 2900.50.91 est une nouvelle plongeuse au boîtier en acier de 45,5 millimètres de diamètre, vendue par default sur un bracelet caoutchouc. Elle bénéficie de la certification COSC et on peut donc lire le mot “CHRONOMETER” sur le cadran au dessus de l’indication d’étanchéité à 600 mètres. Elle possède une valve à helium, une lunette rotative unidirectionnelle et une couronne vissée. Elle est entrainée par un calibre OMEGA 2500, un mouvement automatique à échappement coaxial proposant 48 heures de réserve de marche, avec une fonction de quantième.

Omega Seamaster Professional 300M Co-Axial référence 2220.80.00

omega seamaster pro 2220 80

Toujours dans Casino Royal, Bond porte une autre Seamaster, la Omega Seamaster Professional 300M Co-Axial 2220.80.00. Cette référence reprend quelques caractéristiques de la montre précédente, mais dans un format plus classique de 41 millimètres de diamètre. C’est également un calibre OMEGA 2500 qui l’entraine, et elle offre une étanchéité à 300 mètres. Elle est elle aussi certifiée COSC et est portée sur un bracelet en acier, comme le boîtier.

Omega Seamaster Professional Planet Ocean référence 2201.50.00

omega seamaster 2201 50

Dans Quantum of Solace sorti en 2008, Daniel Craig remet le couvert. Il est alors découvert portant une Omega Seamaster Professional Planet Ocean référence 2201.50.00, notamment lorsqu’il se fabrique une sorte de garrot anti-saignement à base d’une chemise déchirée après avoir été blessé au bras.

La ligne “Planet Ocean” a été lancée en 2005. Cette référence choisie par Bond offre un boîtier en acier de  42 millimètres de diamètre sur un bracelet acier lui aussi, une certification chronomètre COSC, un beau cadran noir, une couronne vissée, une valve à helium, une fonction de date, une couronne rotative unidirectionnelle et une étanchéité à 600 mètres. Une superbe pièce racée et sportive.

Omega Seamaster Professional Planet Ocean référence 232.30.42.21.01.001

omega-seamaster-planet-ocean-600m-omega-co-axial-42-mm-23230422101001-gallery-2-large

Skyfall sorti en 2012 permet à Daniel Craig de remettre son costume préféré et de changer de montre. Il porte une Omega Seamaster Professional Planet Ocean référence 232.30.42.21.01.001. Elle est clairement montrée à l’écran pendant que Bond conduit une pelleteuse sur un train lancé à pleine vitesse. Pour démontrer la résistance d’une montre aux conditions extrêmes, on peut toujours faire confiance à James Bond.

Cette référence de Seamaster étanche à 600 mètres propose un boîtier acier de 42 millimètres, un beau cadran noir immaculé avec une inscription Seamaster en orange (comme le bout de la trotteuse) et les autres inscriptions en blanc. On retrouve les caractéristiques des Planet Ocean, à savoir une valve à helium, une certification chronomètre, un verre saphir traité anti-rayure, une lunette rotative, une couronne vissée et une fonction de date. Cette référence possède un fond de boîtier transparent qui vous laissera admirer le calibre OMEGA 8500 en action. Il s’agit d’un mouvement automatique à échappement coaxial, balancier-spiral sans raquette et deux barillets montés en série, spécialement décoré Côtes de Genève en Arabesque. Il offre 60 heures de réserve de marche.

Omega Seamaster Aqua Terra référence 231.10.42.21.03.003

omega seamaster aqua terra 231 10 42 21

James Bond est parfois dans des conditions plus calmes que d’habitude. Dans Skyfall par exemple, il passe un certain temps dans des locaux du MI6 pour y passer des tests. Lors d’un rendez-vous avec sa supérieure M, il porte une Omega Seamaster Aqua Terra référence 231.10.42.21.03.003, un modèle plus discret et un peu plus modeste que la montre qu’il porte sur le terrain, bien qu’elle reste très technique.

La Omega Seamaster Aqua Terra référence 231.10.42.21.03.003 est une montre élégante, robuste et ultra-efficace. Elle propose un boîtier acier de 41,5 millimètres de diamètre sur un bracelet acier lui aussi. Elle est entrainée par le même mouvement que la montre précédente, à savoir le OMEGA 8500 que l’on peut également admirer ici grâce à un fond de boîte transparent. Elle est étanche à 150 mètres seulement, et est donc réservée à des missions sur terre plutôt que dans les fonds marins. En revanche, il s’agit d’une montre anti-magnétique. Son beau cadran bleu laqué et soleillé est travaillé de manière à faire penser aux ponts en bois des bateaux de plaisance. Une nouvelle preuve du bon goût de l’espion britannique.

Omega Seamaster Aqua Terra référence 23.10.39.21.03.001

omega-seamaster-aqua-terra-150m-omega-co-axial-38-5-mm-23110392103001-l

La collection Aqua Terra semble avoir tapé dans l’oeil de James Bond puisqu’on le retrouve en 2015 dans Spectre avec une superbe Omega Seamaster Aqua Terra référence 23.10.39.21.03.001 qu’il emmène en mission.

Cette référence est encore plus discrète avec un boîtier acier de 38,5 millimètres de diamètre. Toujours entrainée par le calibre OMEGA 8500, cette Aqua Terra garde son étanchéité à 150 mètres, son fond transparent, sa couronne vissée son verre saphir et son superbe cadran bleu au motif teck très réussi.

Omega Seamaster 300 référence 233.32.41.21.01.001 (007 édition)

omega seamaster 300 007 spectre

Un peu plus tard, toujours dans Spectre, Bond se verra confier une nouvelle montre par le successeur de Q, nouveau spécialiste en équipement et accessoires du MI6. Il s’agit d’une Omega Seamaster 300 référence 233.32.41.21.01.001. Bond demandera d’ailleurs à son collaborateur si la montre à une fonction spécial, question à laquelle il répondra tout d’abord en disant qu’elle donne l’heure, en insistant sur le fait que cela pourrait l’aider à régler ses problèmes de ponctualité. Un clin d’oeil appuyé sur le fait que les gadgets étaient efficaces dans les années Pierce Brosnan, mais que le nouveau Bond fait dans le classique et l’efficace. On découvrira pourtant plus tard dans le film que cette même montre devient une bombe lorsqu’on tourne la couronne vers le haut avant d’appuyer dessus. Cela a comme effet de faire passer les index du cadran à une couleur rouge sang, une belle référence à la Submariner de 1973 dans Vivre et Laisser Mourir, et de lancer un compte-à-rebours de 60 secondes avant l’explosion.

Bond porte cette Omega Seamaster 300 233.32.41.21.01.001 sur un très beau bracelet NATO rayé gris et noir qui était proposé par défaut pour l’achat de la montre lors de sa sortie. Il a d’ailleurs été surnommé le NATO James Bond, et la boucle en acier était gravée “007”. La montre a été proposée en édition James Bond limitée à 7 007 exemplaires, une première depuis le début de la saga.

Cette Omega offre un boîtier acier de 41 millimètres, un beau cadran noir aux index vintage et une lunette rotative bi-directionnelle en céramique noire. Sa trotteuse “lollipop” apporte une détail original. Elle est anti-magnétique et ne sera pas affectée par des champs magnétiques allant jusqu’à 15 000 gauss, elle est certifiée COSC, offre une couronne vissée et possède un fond transparent pour observer le calibre OMEGA 8400. Il s’agit d’un mouvement automatique à échappement coaxial, balancier sans raquette avec spiral en silicium et deux barillets montés en série comme sur le 8500. Il est lui aussi décoré du motif Côtes de Genève. Une véritable pièce d’exception.

Bonus : Omega Chronographe calibre 321 référence ST 101.010

omega chrono 321 st101 010

Sa Seamaster 300 référence 233.32.41.21.01.001 ayant été utilisée en guise de bombe dans Spectre, James Bond se devait bien de finir le film avec un nouveau garde-temps. Comme on peut l’apercevoir lors de la dernière scène, il a opté pour du vintage avec une Omega Chronographe calibre 321 référence ST 101.010. Le modèle exact est impossible à reconnaître en se basant simplement sur les images du film, mais des photos des accessoires pendant le tournage dévoilent ce modèle sorti 50 ans avant Spectre.

Cette superbe montre de collection est en effet sortie en 1965, année du lancement de l’Aston Martin DB5 que James Bond conduit lorsqu’on le voit porter ce modèle. La montre possède un boîtier en acier de 35,5 millimètre de diamètre et un beau cadran argenté avec trois sous-cadrans et une échelle tachymétrique. Le calibre 321 qui l’entraine est un mouvement mécanique a remontage manuel. Bond la porte sur un beau bracelet en cuir noir.

Montre James Bond Pas le Temps de Mourir: Omega Seamaster Diver 300M Coaxial Master Chronometer référence 210.90.42.20.01.001 ( 007 édition)

omega seamaster no time to die

La sortie du prochain James Bond, Pas le Temps de Mourir ( No Time to Die) était à l’origine prévue pour le dernier trimestre de 2019, avant d’être repoussée à avril 2020, puis repoussée à nouveau à novembre 2020 en raison de la crise en rapport avec le Coronavirus COVID19. Les fans vont donc devoir attendre encore un peu, mais on sait déjà ce que portera Daniel Craig à son poignet pour ce qui est censé être son dernier James Bond. Il s’agit d’une Omega Seamaster 300M Master Chronometer édition spéciale 007 référence 210.90.42.20.01.001 sur un bracelet en maille milanaise. Il semblerait d’ailleurs qu’une autre agente double zéro porte la même référence dans le film mais sur un bracelet NATO qui fait penser au bracelet de l’édition spéciale de Spectre

Concernant la montre : Il s’agit d’une nouvelle Seamaster au boîtier en titane de grade 2 de 42 millimètres de diamètre. La lunette rotative bidirectionnelle en aluminium et le cadran sont tous les deux d’une couleur brune tropicale foncée à l’effet vintage magnifique. Le verre saphir bombé anti-rayure vient sublimer le cadran et le design général. Le bracelet en maille milanaise est lui aussi en titane et s’ajoute à l’effet sportif vintage élégant du garde-temps. La montre est antimagnétique jusqu’à 15 000 gauss,  elle possède une couronne vissée et une valve à helium ce qui lui confère une étanchéité à 300 mètres, et elle est certifiée non pas en tant que chronomètre mais en tant que “Master Chronometer”, une distinction de précision encore plus haute que la COSC classique. C’est grâce au mouvement Omega 8806, un mouvement automatique à échappement coaxial comme Omega en a maintenant l’habitude, à balancier sans raquette et avec spiral en silicium. On retrouve à nouveau une décoration Côtes de Genève en arabesque d’une précision et d’une minutie hors normes, et le mouvement offre 55 heures de réserve de marche.

Conclusion

En commençant avec des montres américaines aux origines helvétiques, avant de passer chez les suisses dont le géant Rolex pour plusieurs années, puis de se ranger du côté des innovations japonaises de Seiko avant de revenir à la Suisse avec un petit détour par Tag Heuer et une longue période Omega, James Bond a définitivement prouvé au monde qu’il pouvait être considéré comme un amateur de belle montres et d’horlogerie. Les marques se battent pour les contrats d’exclusivité qui mettront leurs produits en avant dans les différents films de la franchise et qui boosteront les ventes à coup sûr. Omega a même lancé un modèle anniversaire James Bond en 2017 qui n’a pas été porté par l’espion dans les films mais qui fait référence à l’histoire de ces monuments cinématographiques.

James Bond fait sans aucun doute l’objet de contrats mirobolants qui décident de la prochaine montre qui sera vue à son poignet, mais on remarque que l’aspect classe et élégance ainsi que l’idée de matériel résistant à des conditions extrêmes sont toujours des points importants dans les choix finaux. Les individus en charge des contrats et du choix des accessoires semblent bien vouloir respecter une certaine cohérence entre les montres choisies et le personnage inventé par Ian Fleming. Il serait étonnant par exemple de voir l’espion avec un Richard Mille ou une Jacob & Co…

Et vous, quelle est votre montre préférée dans cette liste de montres d’espion ?

Partager: