Seiko Matsuri 2019, 1ère rencontre des Seikophiles Francophones

lyon-matsuri.

Ce samedi 19 octobre a eu lieu à Lyon le premier événement Seiko Matsuri. Il s’agit d’une première rencontre francophone des Seikophiles. L’événement était organisé par Arnaud Aimonetti, que vous connaissez déjà puisqu’il est l’auteur de l’article de référence sur la grammaire du design de Grand Seiko.

Seiko Matsuri logo

Matsuri ?

Wikipédia nous apprend que les matsuri (祭り/祭) sont des festivals et fêtes populaires traditionnels japonais qui se déroulent partout dans le pays à l’échelle des localités ou mêmes des quartiers. La plupart sont liés à une célébration religieuse, le plus souvent shintō. Ils peuvent aussi marquer des moments particuliers du calendrier. On peut y jouer, manger, boire ou acheter des spécialités locales.

Arnaud est parti du constat que la communauté Seikophile francophone est vaste et regroupe des amateurs et collectionneurs de tous horizons et tous profils. Mais cette communauté est disséminée un peu partout et il n’existait aucun évènement qui permettait de la réunir autour d’un moment convivial de partage et de rigolade. C’est ainsi qu’est née l’idée de ce Seiko Matsuri.

equipe-Matsuri-2019

L’organisateur Arnaud Aimonetti entouré de Thierry Gasquez, de Passion Horlogère, et Peter Speake-Marin.

L’événement a réuni une cinquantaine de passionnés, petits ou grands collectionneurs, et a été rehaussé par la présence de Peter Speake-Marin qui est venu nous parler de son récent voyage au Japon au cours duquel il a pu visiter quelques-unes des installations de Seiko, mais aussi de son site Internet The Naked Watchmaker. (Peter m’a d’ailleurs fait l’honneur d’une petite interview qui fera l’objet d’un autre article). 

A noter aussi la présence également de James Marien, du site internet Ikigai Watches.

 

Peter-Speake-Marin-Matsuri.

Peter Speake-Marin parlant de son voyage au Japon.

Enfin, les participants ont pu découvrir les créations de Maxime Peyrache et d’Antoine Cornu. Maxime Peyrache crée des bracelets de montres sous la marque Xamlam, et Antoine Cornu des pochettes de transports pour les montres sous la marque Les Marmottes de Gaston. Ensemble avec Stéphane Clouzeau, horloger à Pithiviers, ils ont fourni quelques cadeaux pour une tombola.

Seiko Matsuri 2019 Xamlam

Les bracelets Xamlam, fabriqués à la main par Maxime Peyrache.

 

Seiko Les marmottes de Gaston

Légende Les Marmottes de Gaston, fabriquées en France (Crédit Les Marmottes de Gaston)

 

Le public

Le public était très varié en termes d’origine et de profil. S’ils étaient essentiellement français, certains participants venaient de Belgique et même de Suisse. C’était un joyeux mélange de jeunes amateurs possédant quelques modèles Seiko courants et de collectionneurs chevronnés présentant des modèles rares et précieux.

quelques-montres

Vous avez dit collectionneur ?

 

Seiko Matsuri audience

Un public passionné et attentif (Crédit photo Thierry Gasquet)

 

Sélection des pièces les plus intéressantes

Passons maintenant aux choses sérieuses. Voici une sélection des pièces que j’ai trouvé les plus intéressantes, en tout cas parmi celles qui sont passées dans mes mains. Il y en a pour tous les goûts, et j’ai gardé les plus belles pièces pour la fin.

Commençons en douceur avec cette série de 4 modèles à quartz référence 6458. Il ne manque que le cadran vert pour faire le bonheur du propriétaire.

Seiko 6458 Comb

Quatre Seiko à quartz référence 6458, années 80.

 

Seiko 5 vs 6458

La 6458-603L comparée à une nouvelle Seiko 5 Sports Suits.

 

Seiko SKX Mod combo

Petite curiosité, cette SKX moddée avec un cadran aux motifs japonais, une lunette lisse, et surtout un lume d’enfer !

 

Cette Alpinist cadran vert (référence SARB017) me fait de l’œil depuis un bout de temps.

Quelques plongeuses récentes

Une MarineMaster 300m, à cadran vert, boitier monobloc.

 

Seiko-Sumo-6R15-03V0-RD

La Sumo cadran bleu, référence SBDC033.

 

Seiko-Apocalypse-reedition-carrure

Vu la réédition de l’Apocalypse Now, avec sa fameuse carrure englobant un protège-couronne proéminent.

 

Seiko Grand-Father Tuna 6159-7010.

La Grand-Father Tuna, la première de toutes les TUNA, référence 6159-7010, reconnaissable à son « 600 » sans le « m ».

 

Seiko-Matsuri-TUNA-7C43-603

Une autre référence TUNA, 7C43-603L, calibre Quartz

 

Calibres 6139 et 6138

A la fin des années 60 a eu lieu la course pour la production du premier mouvement chronographe automatique. Les prétendants étaient d’abord Zenith, qui se flatte d’être le premier avec le calibre El Primero. Ensuite le projet Chronomatic, regroupant Heuer, Breitling, Buren and Dubois-Depraz, qui a présenté plusieurs prototypes lors de Baselworld 1969. Mais c’est en fait Seiko qui commercialisa en toute discrétion les premiers chronographes automatiques en boutique au Japon, et ce dès mars 1969. Et ce fameux calibre était le 6139. (Cf notre article suivant)

Nous avons pu voir de nombreux modèles utilisant ce calibre 6139, et en particulier cette extraordinaire 6139-6010 AD datant de février 1969, comme l’attestent les deux premiers chiffres du numéro de série « 92 » : 9 pour 1969, et 2 pour février. Cela veut donc dire qu’elle fait partie des tous premiers chronographes automatiques produits au monde !

Seiko-6139-6010T-AD-combo

Une des toutes premières montres chronographes automatiques au monde, référence 6139-6010T produite en février 1969.

 

Plus récente de deux mois, cette 6139-6000 date d’avril 1969.

Seiko-6139-6000T-blue-dial-Combo

 

Seiko-Darth-Vader-6139-7160T-1

La Darth Vader référence 6139-7160 T, avec son boitier caractéristique rappelant le casque de Darth Vador dans Star Wars.

 

Seiko-Darth-Vader-6139-7160T-carrure

Le casque de Darth Vader

 

Seiko-Calculator-6138-7000T-3

La Calculator, référence 6138-7000T, avec sa règle à calcul intégrée dans la lunette.

 

Seiko-Blue-Eye-6139-7140

La référence 6139-7140, appelée “Blue Eye”

 

Seiko-6139-8030T

Modèle assez original, avec cadran doré, référence 6139-8030.

 

Quelques modèles hors du commun

Wide Lugs

Cette référence 6810-0010 est tout à fait étonnante par la forme de sa carrure, d’où son nom « cornes larges ». Mais aussi et peut-être surtout par sa finesse : elle fait tout au plus quelques mm d’épaisseur. Notons qu’elle a un boitier monobloc, qui s’ouvre par l’avant.

Seiko-Wide-Lugs-6810-0010-front

Lord Marvel

Bien que moins rare que la Laurel, une magnifique Lord Marvel or a aussi comblé les amateurs. La Lord Marvel a fait son apparition en 1956 dans une version en or jaune avec un diamètre de 31.9 mm. Elle intègre pour la première fois la technologie Diashock, le système antichoc inventé par Seiko qui va permettre de produire des mouvements plus résistants et plus performants. Une autre caractéristique de ce modèle est que la mention « Seiko Lord Marvel » est gravée directement sur le cadran à 12h, et non peinte. Je ne saurais dire si c’est commun à toutes les Lord Marvel.

Seiko-Lord-Marvel

Laurel

Enfin, terminons avec le modèle le plus sensationnel de la soirée, j’ai nommé la Laurel, la première montre-bracelet mécanique fabriquée au Japon. Celle-ci date de 1913, elle a donc 106 ans ! C’est vraiment une pièce de musée, d’une valeur inestimable. Elle présente une petite seconde à 6h. Le boitier en argent a un diamètre de 29,6 mm. On accède au mouvement en ouvrant le verre comme on le faisait à l’époque avec les montres de poche. Ensuite c’est toute la montre qui peut basculer vers le haut pour révéler le calibre. Sauf erreur de ma part, c’est ce qu’on appelle le système papillon.

Seiko-Laurel-front

 

Seiko-Laurel-petite-seconde

 

Seiko-Laurel-couronne

 

Seiko Laurel ouverte

 

Seiko-Laurel-detail-calibre-86

Mickey Mouse

J’aime terminer mes articles avec un petit clin d’œil, en voici un bien sympathique.

Seiko-Mickey-Mouse

Conclusion

Vu le succès de cette première expérience, Arnaud Aimonetti a décidé de continuer l’expérience, le Seiko Matsuri 2020 aura lieu à Lille.

NB : sauf mention contraire, toutes les photos sont créditées à LeCalibre – MichelOnTime.

 

Share:
MichelOnTime
Written by MichelOnTime
J'ai attrapé le virus de l'horlogerie très tardivement avec l'acquisition de ma première "belle" montre, une IWC Portofino Automatic. J'ai une collection assez éclectique, avec un focus particulier sur les Tissot T12, une appellation peu connue et créée à l'occasion de la sortie du film de Cousteau "Le monde du silence" en 1956. Au-delà des aspects techniques de l'horlogerie, j'aime beaucoup rencontrer des créateurs de marques moins connues et les faire connaître à travers mes deux pages Facebook "Montres intéressantes et abordables", et "Belgian Watch Brands". Je suis très heureux de participer à ce nouveau projet de LeCalibre.com.