gavox-roads-montre.jpg

Le monde de l’horlogerie et celui de l’automobile sont intimement liés, et ce depuis les début du 20° siècle  l’automobile. Par exemple dès 1927, Jaeger-Lecoultre produisait des instruments de bord pour voitures. Au fil du temps, les marques se sont associées de différentes façons:

L’horlogerie et l’automobile

  • Avec une marque, comme Jaeger-Lecoultre et Aston Martin avec l’AMVOX, Blanpain avec Lamborghini comme sponsor en course, Breitling avec Bentley avec une télécommande permettant d’ouvrir sa Bentley avec sa montre, et plus récemment Bell&Ross avec Renault Sport.
  • Pour un modèle particulier de voiture, comme Frédérique Constant et la FC303 Austin Healey, Parmigiani Fleurier et la Bugatti Type 370, ou encore Sinn qui a produit une montre en l’hommage à la Corvette.
  • Avec un circuit ou une course en particulier, comme Chopard avec les Mille Miglia, ou carrément Raidillon qui tire son nom d’un virage légendaire du circuit de Francorchamps.
  • Enfin les puristes m’en voudraient de ne pas citer d’autres modèles intimement liés au monde de l’automobile tels que la Rolex Cosmograph Daytona ou la Heuer Carrera.

Il n’est donc pas simple d’innover dans ce domaine, mais c’est pourtant ce qu’a fait GAVOX en sortant une série de trois montres intitulées “Gavox Roads”. Le fondateur de Gavox, Michael Happé, a l’habitude de sortir des sentiers battus. Ce belge a lancé sa marque en 2011, avec des modèles inspirés par l’aviation, au départ avec une simple petite montre à quartz. Ensuite avec plusieurs modèles automatiques. Le modèle phare est l’Aurora, une montre tout à fait innovante permettant de prendre en compte tous les fuseaux horaires non standards décalés de 15, 30 ou 45 minutes. Gavox compte parmi ces clients plusieurs escadrilles de chasse avec des modèles reprenant leur blason, et de nombreux pilotes de lignes.

Les trois modèles Roads

Avec cette nouvelle collection Roads, Michael Happé quitte le monde de l’aviation et s’inspire ici de trois ” Scenic Roads ” emblématiques de par le monde. Une scenic road, c’est l’équivalent de la route panoramique des bonnes vieilles cartes Michelin, mais à l’échelle d’une région. On est donc bien loin de l’esprit de compétition, des moteurs rugissants et des courses folles. Les Gavox Roads sont une invitation à la balade et à la découverte, dans des paysages majestueux.

L’Atlantic Road

Commençons par la plus petite route, l’Atlantic Road en Norvège, elle sinue sur 8,3 km et relie un chapelet d’iles avec une série d’ouvrages d’art spectaculaires.

La Gavox “Atlantic Road” est dominée par la couleur bleue, un bleu brillant profond pour le cadran, et plus mate pour la lunette. Les trois petits cadrans sont dans un bleu gris mat. Le modèle présenté ici est sans dateur.

 

Montre Gavox Roads Atlantic Road cadran bleu

Chaque modèle reprend au dos la liste des principaux points d’intérêt à visiter sur cette route panoramique, avec au centre, un paysage gravé.

Montre Gavox Roads Modèle Atlantic road en voiture

La Pacific Coastal Highway

La Pacific Coastal Highway s’étend du nord au sud de la côte ouest des Etats-Unis, depuis Olympic National Park à la frontière canadienne à San Diego juste avant la frontière mexicaine. Sur cette photo le Bixby Creek Bridge

Pour ces paysages plus sombres, souvent plongés dans la brume de mer, la Gavox Pacific Coastal Highway présente des tons sombres, cadran et lunette noirs, sous-cadrans gris foncé, bracelet métal en PVD noir.

Montre Roads Pacific Coastal Highway

Pour ce modèle, Michael Happé s’est limité à la partie californienne de la route. Les points d’intérêt repris au dos de la montre vont de Dana Point entre San Diego et Los Angeles jusque Red Woods State Park au nord de San Francisco, soit plus de 750 miles à parcourir.

L’Icefields Parkway

Enfin, la troisième Scenic Road est la Icefields Parkway

Icefield Parkway route panoramique

Logiquement, l’Icefields Parkway est dominée par le contraste blanc et noir : le cadran blanc, la lunette et les sous-cadrans noirs.

Montre Gavox Roads Icefields Parkway

Celle-ci est clairement ma préférée.

Montre Gavox Roads Icefileds Parkway au volant

Caractéristiques techniques

La Gavox Roads est une montre trapue, d’un diamètre relativement petit de 41mm hors couronne mais qui dégage une impression de force tranquille. Les cornes sont assez imposantes, surtout avec le bracelet métal. Le cadran comprend

  • à 3 heures un sous-cadran pour les secondes,
  • à 4 heures un guichet de date,
  • à 6 heures un sous-cadran pour la fonction alarme,
  • et à 9 heures le sous-cadran du chrono, avec deux aiguilles (une grande pour indiquer les minutes et une petite pour indiquer les heures, jusque 12h). La trotteuse centrale indique pour sa part les secondes du chrono.

Montre Gavox Roads Icefields Parkway detail du chrono

Les aiguilles et les index sont recouverts de Luminova. La lunette tourne uniquement dans le sens contraire des aiguilles avec un pas de 120 clics. La couronne siglée “Gavox” est vissée, ce qui donne à la montre une étanchéité de 10 atm. Cela est tout à fait suffisant pour une montre qui n’a pas de prétention de plongeuse. Le calibre est un mouvement suisse à quartz Ronda.

La particularité de cette montre est sa lunette intérieure reprenant le tachymètre. Fidèle à son souci du détail, Michael Happé a voulu rendre la lecture du tachymètre plus aisée en remontant cette lunette pour la rapprocher de l’aiguille des secondes. Le résultat est que la lunette semble suspendue entre le cadran et le verre saphir antireflet.

Montre Gavox Roads Icefields Parkway detail de la lunette du tachymetre

Précisons que chaque montre est produite en série limitée de 100 exemplaires, et livrée avec un bracelet en cuir supplémentaire.

Montre Gavox Roads Icefields Parkway detail du fond

En conclusion, Gavox nous propose trois modèles inspirés par l’automobile, mais sous l’angle de l’invitation à la balade et à la découverte, ce qui nous change des habituelles montres dédiées à l’automobile.

Pour en savoir plus : http://gavox.com/watches/roads/

Partager:
MichelOnTime
Written by MichelOnTime
Géographe-urbaniste de formation, j'ai attrapé le virus de l'horlogerie très tardivement avec l'acquisition de ma première "belle" montre, une IWC Portofino Automatic. J'ai une collection assez éclectique (Speedmaster, Black Bay, Seiko, Baume & Mercier...), avec un focus particulier sur les Tissot T12, une appellation peu connue et créée à l'occasion de la sortie du film de Cousteau "Le monde du silence" en 1956. Au-delà des aspects techniques de l'horlogerie, j'aime beaucoup rencontrer des créateurs de marques moins connues et les faire connaître à travers mes deux pages Facebook "Montres intéressantes et abordables", et "Belgian Watch Brands". Je suis très heureux de participer à ce nouveau projet de LeCalibre.com.