Tudor-Heritage-Black-Bay-Steel-bracelet-acier

Présentée à la dernière Basel World, Tudor poursuit la saga Black Bay. Après les modèles colorés et bronze, c’est au tour de la version Steel d’affoler les fanas de plongeuses.

Tudor Oyster Prince Submariner 7016

Retour sur une icône. En 1968, Tudor sortait le modèle 7016/0, une montre de plongée équipée du calibre ETA 2483 et des aiguilles Snowflake désormais entrées dans le panthéon du design horloger. Ce même modèle possède un cadran habillé d’index carrés. La couronne protégée par des épaules évite un dévissage intempestif de cette dernière pour une plus grande sécurité en plongée.

Tudor Oyster Prince Submariner Date 7021 1969

Dans la foulée, Tudor sort un nouveau modèle, le 7021/0 quasiment identique au précédant, la date et la loupe cyclope en plus. La sortie du 7021 coïncide avec la sortie de la Submariner Date 1680 chez la maison mère Rolex. Ceci explique cela !

Tudor Oyster Prince Submariner 9401/0 1975

En 1975, les modèles précédents sont remplacés au catalogue par quatre modèles différents, avec ou sans date, à cadran et insert de lunette noires ou bleues. Les versions avec date portent le joli nom de 9411/0 ; sans date, il s’agit des 9401/0. Au passage, vous en aurez déduit que le pragmatisme des ingénieurs à ajouter une dizaine pour qualifier les modèle date au références à quatre chiffres ? Ces plongeuses iconiques seront produites jusqu’en 1983. Tudor continuera les plongeuses, évidemment, marché en croissance de la plongée loisir oblige, mais en arborant les aiguilles Mercédès de la Rolex Sub comme la marque l’avait déjà fait avant 1968.

La Snwoflake Marine Nationale

C’est durant ces belles années que la Tudor Prince Oyster gagnera ses galons de véritable plongeuse pour le grand public.

Tudor Prince Submariner US NAVY de 1964 7928

Si L’US Navy commanda des Tudor 7928 en 1964 avec ses aiguilles Mercédès, son cadran aux index ronds affichant une profondeur de 200 mètres, et que la collaboration entre la Marine Nationale Française existait dès le milieu des années 50 avec le modèle 7922 étanche à 100 mètres, au mouvement automatique dérivé d’une ébauche Fleurier, c’est bien l’esthetique Snowflake qui devint pour l’histoire une signature Tudor.

L’inspiration vintage de la gamme Heritage est évidemment au cœur du design de ce modèle Steel. Il reprend la forme Snowflake des aiguilles, signature des montres de plongée Tudor. Le cadran Submariner de la célèbre maison mère à la Couronne est revu pour laisser une place au guichet de date, nouveauté fonctionnelle apporté à la gamme Black Bay.

La Steel est sobre et efficace. Stylistiquement, le lunette, brossée circulairement donne la plus grande noblesse à l’acier du boitier de 41 millimètres.

Autre nouveauté chez Tudor, le bracelet acier. Dans un souci de cohérence, Tudor a choisi de ressusciter la conception des bracelets acier rivetés des années 50 qui équipaient déjà les plongeuses à cette époque. Les maillons fuient en forme d’escalier, solidarisés par des rivets, technique ancienne de fixation sur les chantiers navals et la construction depuis la fin du 19ème siècle. Techniquement et historiquement, c’est magnifique ! Et comme toujours dans la gamme Heritage, Tudor fournit également un bracelet en tissu inspiré du NATO confectionné sur métier à tisser Jacquard par Julien Faure, manufacture française centenaire de passementerie.

Le calibre embarqué est le MT5612 amélioration du mouvement 2015. Certifié COSC, il affiche une réserve de marche de 70 heures, ce qui est largement suffisant pour reposer cette jolie des plongées urbaines.

Elle affiche bien fièrement son étanchéité à 200 mètres, mais qui l’emmènera à son poignet vers des profondeurs aussi vertigineuses ?

Tudor Heritage Black Bay Steel 12-09-17

Partager: