Reservoir Watch – Design français, cœur suisse. Histoire et Interview

A l’heure ou nombre de compagnies crowdfundent ou kickstartent à tout va afin de financer des marques de montres dont l’intérêt horloger est proche du néant,  la jeune marque française RESERVOIR, créée en 2017 apporte un grand bol d’air frais sur un marché horloger un peu figé. Osant la création ex-nihilo, sans chercher une filiation avec un obscur horloger du 17ème ou 18ème siècle, elle aborde le marché avec une personnalité affirmée, qui n’est pas sans rappeler Bell&Ross à ses débuts. Coïncidence ?

Son créateur, François Moreau, passionné de compteurs anciens, qu’ils soient automobiles, aéronautiques, ou marins, a décidé de porter au poignet des instruments inspirés de ces derniers (voir la présentation de la marque dans le panorama des marques françaises à Baselworld 2018). Afin de coller au plus près du design de ces compteurs, une montre 3 aiguilles classiques ne pouvait décemment pas être la base de la collection. En effet, le point commun de tous ces compteurs (compte-tours, altimètres, profondimètres, baromètres…) est d’être équipé d’une aiguille rétrograde, permettant l’affichage des données à mesurer, en partant d’une base zéro, et y revenant en fonction de l’évolution des véhicules en étant équipés. En plus de cette aiguille, ces instruments sont la plupart du temps équipés d’un guichet, dans lequel on trouve des rouleaux affichant des données complémentaires (kilomètres, dizaines de pieds…).

L’inspiration amenant aux grandes lignes du design de la collection des montres RESERVOIR était évidente, et nous retrouvons donc, quelque soit la gamme, un triptyque inamovible et pourtant intelligemment traité pour que chaque modèle ait sa propre personnalité : minute rétrograde, heure sautante dans un guichet à 6h et réserve de marche sous celui-ci. Certains modèles y rajoutent un module de date, à l’intégration plus ou moins heureuse, nous y reviendrons.

Airfight Jet

Airfight Jet

Supercharged

Un mot sur le nom de la marque et son logo : RESERVOIR fait référence aux contenants à carburant, je ne vous apprend rien, que l’on retrouve sur tous les véhicules, qu’ils soient roulants, volants ou flottants (fut-ce entre 2 eaux). Quand au logo, jetez un œil sur les jerrycans qui équipaient les Jeeps de l’armée, et vous avez la réponse.

jerrycans jeep US

Les jerrycans US ont été la source d’inspiration pour le nom et le logo de la marque.

 

RESERVOIR : affichage unique, personnalités multiples

L’ensemble de la collection actuelle de la marque repose sur cet affichage quasi unique sur le marché du moins dans ce segment de prix (il existe bien sûr d’autres marques proposant une heure sautante et minute rétrograde, comme Bulgari avec la Octo, Van Cleef & Arpels…). Basé sur un mouvement ETA 2824-2, choisi pour sa robustesse et sa précision, précise-t-on chez RESERVOIR, un module supplémentaire a été conçu et développé en externe, puis breveté afin d’y ajouter ces 3 complications que sont la minute rétrograde, l’heure sautante instantanée et la réserve de marche. Certains modèles proposent également l’affichage de la date, que je trouve, personnellement superflue, mais c’est une demande du marché, il était donc important d’offrir cette complication supplémentaire. Battant à 28800 alt/h, ce calibre offre 37h de réserve de marche, ce qui est un peu court selon les standards actuels, mais le module supplémentaire est un petit peu énergivore, ceci expliquant cela.

RESERVOIR_MOUVEMENT2

Cette photo de face du mouvement permet de bien visualiser l’indicateur de réserve de marche et le disque dateur. Manquent, au centre, le disque d’heure sautante et l’aiguille des minutes rétrogrades.

MOVEMENT_RESERVOIR

Le calibre ETA 2824-2 et le module additionnel spécialement développé pour Reservoir

 

Maison horlogère française, mouvement suisse, conception et assemblage à La Chaux-de-Fonds, une « fière » inscription « Swiss made » au cadran, pourquoi ne pas avoir poussé le bouchon jusqu’à assumer, et revendiquer même, cette identité française ? J’imagine qu’une partie de la réponse est économique, une autre marketing, sans doute. Quoiqu’il en soit, le business model de Bell & Ross semble pris en référence. Voila une question que je n’ai pas manqué de poser à François-Marie Neycensas, responsable marketing de la marque, que vous pourrez en lire à la fin de cet article.

Grâce à l’apparition de la gamme Longbridge, présentée cette année, la collection offre maintenant des modèles en 39 et 43mm, en acier, acier PVD noir, titane, bronze ou même carbone forgé, sur cuir, nato, ou canvas. Autant dire que sauf à être réfractaire au choix d’affichage fait par la marque, il y a forcément un ou plusieurs modèles susceptibles de vous séduire. Présentation !

 

Univers Automobile

Gamme GT Tour

La collection RESERVOIR s’articule autour de 3 thématiques, Automobile, Aéronautique, et Marine. C’est évidement à la 1ère qu’appartient la gamme GT Tour, forte de 3 modèles.

GT Tour

Avec son boitier de 43mm, son aiguille orange, sa réserve de marche et son guichet d’heure sautante à la finition chromée, l’inspiration est clairement revendiquée : la mythique Porsche 911 et son compte-tours. Le cadran à chiffres appliqués reprend tous les codes et détails que l’on peut trouver sur l’instrument ayant servi d’inspiration, et c’est là une des grandes forces de la marque, quel que soit le modèle. Le petit pion qui sert à caler l’aiguille lorsque le moteur est coupé, les graduations qui sont imprimées sur un segment circulaire ligné qui vient en surépaisseur du cadran, les 2 vis factices entourant l’aiguille, la mentions « minutes x10 » qui fait le pendant à celle « RPM x1000 » de l’instrument de référence, la réserve de marche qui reprend les codes de la jauge à essence avec ses mentions en 1/4, et sa petite pointe orange, les graduations de 5 à 6 oranges symbolisant la zone rouge, tout est détail, mais tous ces détails forment un tout admirablement homogène et absolument pas surjoué. Tout le difficile exercice se résume à ne pas tomber dans la caricature, et je dois dire que l’équipe en charge du design a fait un super boulot !

 

reservoir watch GT Tour

La Reservoir GT Tour est un des rares modèles à proposer un quantième.

Cette version intègre, à la droite de la « jauge » un guichet date, discret, mais qui déséquilibre la belle symétrie de ce cadran. Les inconditionnels de cette complication seront contents de la trouver, et c’est sans doute la meilleure manière de l’intégrer. Mais en ces temps où tout indique l’heure et la date, autant faire abstraction de cette dernière, et profiter de la pureté de cet affichage mono-aiguille.

Le boitier, en acier 316L, à la finition satinée est tout en sobriété, afin de laisser la part belle à cet affichage hors norme. La couronne vissée, à 3h, est crantée et gravée du logo de la marque. Montée sur un bracelet cuir perforé type « driver », à surpiqures noires, et fermé par une boucle double déployante gravée, la montre tombe parfaitement sur le poignet, et la taille, relativement importante, n’en fait pas pour autant un modèle hypertrophié. Une montre de caractère par contre, c’est indéniable !

Compte-tours de Porsche 911. L’inspiration est indéniable

RESERVOIR GT Tour

RESERVOIR GT Tour

Le fond de boite fermé par 5 vis offre une belle finition, et des gravures joliment exécutées. Elles mentionnent les complications qui font la spécificité du modèle, son nom, et les habituelles mentions d’étanchéité, de matière du boitier, ainsi que le nom de la marque et le logo. Une ouverture sur 240° environ est pratiquée, et permet de jeter un œil sur le mouvement. Les esthètes en seront pour leurs frais, la décoration du 2824-2 étant brute et industrielle. Pas de côte de Genève, d’anglage minutieux ou de polissage miroir ici. Cependant, rien ne permettant de s’assurer de la bonne marche de la montre côté cadran, cette ouverture, qui reprend peu ou prou le segment parcouru par l’aiguille des minutes peut s’avérer utile, à défaut de pouvoir concourir au titre de plus beau fond saphir de l’année.

La GT Tour est affichée au tarif de 3750€

reservoir tiefenmesser casebak

Le fond de boite semi-ouvert (ici une Tiefenmesser) permet de jeter un œil au tracteur ETA. L’intérêt est limité, la décoration du mouvement n’ayant pas été travaillée. Heureusement, les gravures sont joliment exécutées. Cela permet cependant de s’assurer de la bonne marche de la montre, puisqu’elle n’est pas équipé d’une trotteuse.

GT Tour 371SE

Version PVD Black de la GT Tour, cette référence est une série limitée à 371 pièces.

Plus virile et exclusive, son boitier est traité en PVD noir, accentuant la présence au poignet. Elle reprend les codes esthétiques décrits précédemment pour la GT Tour, avec son aiguille orange, le guichet d’heure sautante chromé, la jauge à essence… Le cadran est traité avec un effet que la marque appelle « sandblast », qui apporte du relief à ce dernier, et qui est une vraie réussite. Il est censé rappeler le revêtement que l’on retrouve sur les circuits automobiles. Marketing, quand tu nous tiens. Contentons-nous d’apprécier le résultat, qui est vraiment très réussi. De plus, le guichet de date disparaît sur cette version, ramenant ainsi la 371 à l’essentiel de la marque.

Le bracelet perforé à surpiqures oranges ajoute une petite touche de couleur à cet ensemble très noir, et la boucle double déployante propre à la marque est traitée en noir, comme le boitier.

Ah oui, vous vous demandez pourquoi 371, n’est-ce pas ? C’est le record absolu, en secondes, toujours détenu à ce jour par la Porsche 956, pour effectuer un tour de la boucle nord du célèbre circuit du Nurburgring. Ce record donne son nom au modèle, et au nombre d’unités de cette série limitée. Quand à 3925, c’est le prix en euros de cette pièce.

La GT Tour 371SE, une édition limitée à l'ADN très "racing".

La GT Tour 371SE, une édition limitée à l’ADN très « racing ».

gt tour 371se_2

GT Tour Carbon

Le modèle le plus exclusif de cette gamme est la GT Tour Carbon. Comme son nom l’évoque, son boitier est en carbone forgé, et autant tuer le suspense tout de suite, il est superbe !

Gt Tour carbon

Gt Tour Carbon

Gt Tour Carbon Caseback

Gt Tour Carbon Caseback

Contrairement au carbone tissé, le carbone forgé offre un rendu mat et très doux au toucher. De plus, sa légèreté rend la montre incroyablement confortable au poignet, et son contact n’est pas froid comme l’acier ou tout autre surface métallique. Bien sûr, ce n’est pas une première dans l’horlogerie. Audemars Piguet, Bell&Ross, Hublot, Richard Mille, Dietrich entre autres l’ont déjà utilisé. Mais ce matériau reste cependant encore assez rare. Seuls quelques spécialistes maîtrisent sa production, qui reste très technique. Poids, solidité et esthétique très moderne, très technique sont les principales qualité de ce matériau.

Et niveau esthétique, je dois avouer que la montre m’a tapé dans l’œil ! Elle est vraiment superbe ! Je suis, je l’avoue, très sensible aux design techniques, quand la fonction dicte la forme, ou que le matériau est mis en valeur. Et c’est la cas ici. Le boitier, et le fond de boite en carbone ne passent évidement pas inaperçus. Et pour ne pas que le cadran leur vole la vedette, il est traité un peu différemment sur cette référence. En finition « sandblast » comme sur la 371, les chiffres sont ici gris, et non blancs, et la zone rouge qu’on retrouvait entre les chiffres 5 et 6 a disparu. Cette esthétique « furtive » n’est réhaussée que par quelques touches de rouge, très « racing » (aiguille des minutes, de la réserve de marche, et surpiqures du bracelet). Même le fond de disque des heures sautantes est traité en noir et non en blanc comme sur les 2 autres références.

Gt Tour Carbon et son cadran Sandblast

Gt Tour Carbon et son cadran Sandblast

Montée sur un bracelet cuir type Rallye, avec surpiqures rouges, et boucle double déployante PVD noire, cette édition limitée à 200 pièces ne s’adresse pas au plus grand nombre, ne serait-ce que par son tarif de 5600€. Cependant, ce dernier n’est pas délirant pour une pièce aussi exclusive, tant par les matériaux employés que par les complications proposées. Et surtout, quelle personnalité !

Gamme Supercharged

Alors que la gamme GT Tour puise son inspiration du côté de Stuttgart, c’est plutôt du côté de Molsheim que Reservoir est allé puisé l’inspiration de la ligne Supercharged. Plus classique, moins ostentatoire, plus consensuelle sans doute, la gamme Supercharged se compose de 4 modèles, qui reposent toujours sur le boitier de 43mm. Par contre la lunette est ici polie, l’aiguille des minutes bien plus fine, et la typographie sérigraphiée sur un cadran blanc ou noir en fonction des modèles. Le maître mot semble ici avoir été : élégance. Et c’est vrai qu’on peut tout à fait envisager de porter l’un de ces modèles lors d’une réunion de travail en costume/cravate, alors que la GT Tour se veut plus « casual ».

Petit focus sur chaque déclinaison.

Supercharged Classic

J’ai été très séduit par cette déclinaison Classic de la Supercharged. D’une part parce que le cadran blanc est concave, et cette particularité, qui peut passer inaperçu au premier regard apporte vraiment un petit plus à cette gamme. D’autre part, ce modèle est tout en finesse et en élégance, et il s’en dégage, paradoxalement, une très belle présence.

Voyons cela en détail. Sur la fine graduation du segment des minutes, les dizaines de minute sont symbolisées par un triangle noir, sauf pour le 50 et 60, rouge, symbolisant la zone rouge du compte-tour. Entre chaque triangle, un fin chemin de fer permet de pouvoir lire l’heure avec précision, d’autant que la finesse de l’aiguille rétrograde à pointe rouge l’autorise. Le guichet d’heure sautante plus discret, dans lequel cette dernière s’affiche en blanc sur fond noir, est cerclé de chrome, tout comme l’indicateur de réserve de marche. Celle-ci, ton sur ton, aux indications minimales va à l’essentiel. Le bracelet cuir façon alligator, et la boucle déployante parachève un modèle qui est, de mon point de vue, un des plus réussis de la collection. Cerise sur le gâteau, à 3750€, elle est un des modèles les moins chers de la gamme.

Supercharged Classic

La Supercharged Classic joue la carte de l’élégance. Et ça lui va superbement bien !

reservoir watch Supercharged Classic

 

Supercharged Sport

La Supercharged Sport est une déclinaison à cadran noir de la Classic. L’aiguille passe donc du noir au blanc, tandis que le disque d’heure sautante reste noir, rendant la Sport plus monochromatique. Cependant, les petites touches de rouge de la pointe de l’aiguille et du chemin de fer égaye suffisamment ce cadran pour ne pas le rendre ennuyeux. Elle est montée sur un bracelet cuir à surpiqures contrastées. Le tarif est identique à la Classic.

reservoir Supercharged Sport

Supercharged Classic Red Zone

Variante esthétique de la Supercharged Classic, la Red Zone ne laisse planer aucun doute sur l’inspiration qui a guidé à sa création. Ce sont les compte-tours Smiths, qui équipent un grand nombre de voitures anglaises qui ont amenés à la création des modèles Red Zone

Le segment des minutes est ici gradué de 5 en 5, et non plus de 10 en 10, tandis que les 10 dernières minutes sont symbolisées par un triangle orange entre 50 et 55 et rouge entre 55 et 60. Le disque des heures sautantes passe lui du noir au blanc.

Ce modèle gagne en dynamisme ce qu’il perd en élégance. Mais nul doute qu’il saura convaincre les amateurs d’automobiles classiques et sportives ! Le tarif reste identique.

reservoir watch Supercharged Classic Red Zone

Supercharged Sport Red Zone

Vous avez deviné ce qui différencie la Sport Red Zone de la Classic Red Zone, son cadran noir.

La recette est la même que précédement, si ce n’est que l’aiguille est blanche, contrastant ainsi avec le cadran, tandis que le triangle entre 50 et 55 est vert rayé rouge (ou l’inverse), alors que celui entre 55 et 60 et rouge. Le disque d’heure sautante blanc se détache sur cette variante Sport.

reservoir Supercharged Sport Red Zone

 

Gamme Longbridge

Nouveauté 2018, la gamme Longbridge est la dernière de l’univers automobile. L’inspiration est ici encore plus clairement énoncée puisque le nom est directement repris du village accueillant les usines MG Rover où fût produit la Mini. Présentée en 1959, cette auto révolutionnaire n’était ni plus ni moins que la première voiture avec une implantation moteur transversale et 4 roues indépendantes. Elle était capable, dans 3.05m, de transporter 4 passagers et leurs bagages ! La Mini était tellement en avance sur son époque qu’elle a été produite non stop entre 1959 et 2000, soit 41 ans ! Souhaitons la même longévité à cette gamme dont elle s’inspire.

Cette nouvelle gamme est surtout la première a utiliser le boitier de 39mm de diamètre. Cette taille plus contenue va permettre à Reservoir de séduire les hommes aux poignets plus fins ou amateurs de montres plus petites, mais également d’aller séduire une clientèle féminine.

Longbridge British Racing

Le British Racing Green est une couleur qui nous vient de l’époque ou les courses automobiles se couraient par nation. La France courait en bleu, l’Italie en rouge, la Belgique en jaune, l’Allemagne en blanc, l’Angleterre en vert… Quand cette époque fût révolue,  nombre de marques automobiles conservèrent ces couleurs, dans différentes déclinaisons, en fonction de leur pays d’appartenance (ainsi, les Alfa Roméo et Ferrari sont-elles habituellement rouges, les Bugatti et Alpine sont bleues, les Lotus, Aston Martin ou Jaguar sont vertes). Même si les Mini engagées en compétition étaient majoritairement jaunes ou rouges, le British Racing Green n’en reste pas moins une couleur emblématique de cette auto iconique.

La Longbridge British Racing tire son nom de la couleur de son cadran, qui est donc vert. Les cadrans de la gamme Longbridge sont une copie quasi conforme du gros compteur central Smiths de la Mini, jusque dans les moindres détails. L’effet, pour les connaisseurs, est saisissant, tandis que les néophytes sont simplement séduits par l’esthétique de cette gamme. Décidément, l’inspiration automobile classique va comme un gant à ces Reservoir!

Smiths Speedo Cooper MK1

Compteur Smiths de Austin Cooper MK1

RESERVOIR_LONGBRIDGE_CLUB

Ce cadran vert, concave, comme les Supercharged, est également texturé et en relief. Le chemin de fer, composé de carrés pour les dizaines de minutes et de graduations classiques pour les minutes repose sur la partie inclinée du cadran. Sur le partie plane, on peut y lire les minutes, de 5 en 5, les dizaines étant sérigraphiées en très gros chiffres, comme sur le compteur original. La partie centrale du cadran est elle en relief, et texturée toujours dans un souci de fidélité à l’original. L’aiguille rétrograde reprend la forme de celle parcourant l’odomètre de la Mini, avec une base hypertrophiée et une forme très fine.

Le guichet d’heure sautante est comme incrusté dans la partie centrale relevée du cadran, et est encadré d’acier satiné. Le disque est blanc, les heures sérigraphiées en noir. Entourant ce guichet, on trouve 2 pierres précieuses, à l’endroit où, sur l’élément Smiths se trouve l’ampoule d’alerte moteur et celle de feux de route. La « jauge » de réserve de marche épouse au plus près la lunette, sans fioriture, et laisse voir le concave du cadran. Il est amusant de constater qu’en jouant légèrement sur la taille du disque d’heure sautante, Reservoir arrive à positionner différemment le guichet de cette dernière, afin de s’adapter au mieux au design de la montre. Le diable se niche dans les détails parait-il…

Arrêtons-nous quelques instants sur ce nouveau boitier. Il mesure 39mm, alors que le reste de la collection repose sur une boite de 43mm, et il diffère également en terme de design. Les cornes sont courbes, et non plus droites, et la couronne est plus fine et non crantée. Elle est recouverte d’une fine surmoulure en caoutchouc dans sa partie centrale, pour une meilleure préhension. Elle est vissée, comme sur tous les modèles de la collection. En acier brossé, il est monté sur un bracelet cuir noir à surpiqures vertes, sur cette Longbridge British Racing, et fermé par une boucle déployante en acier brossé gravé du logo de la marque. L’ensemble de la gamme est proposé au tarif de 3750€.

RESERVOIR_LONGBRIDGE

Longbridge Club

Pour les réfractaires au vert, Reservoir propose cette version Club à cadran noir. Identique dans les grandes lignes, elle n’en diffère que par quelques menus détails chromatiques tels que les carrés des dizaines de minutes, les indications de 5 minutes, et l’aiguille de la réserve de marche marrons clairs, et le bracelet marron. C’est mon combo préféré dans cette gamme.

reservoir Longbridge Club

Lady Longbridge

Comme son nom le laisse entendre, Reservoir a pensé aux femmes en designant cette version. Mais pourquoi seraient-elle les seules à pouvoir s’approprier cette version à cadran crême ? Certes, les bracelets cuirs disponibles au choix de la cliente sont plutôt pastels et colorés (vert pistache par exemple), mais rien n’interdit aux hommes de s’accorder un petit plaisir fantaisie, ou de monter cette jolie déclinaison sur un bracelet d’une couleur moins exotique.

reservoir Lady Longbridge

 

Univers aéronautique

C’est dans le monde de l’aviation que Reservoir est allé chercher l’inspiration pour sa gamme Airfight. Nettement plus typé que les autres modèles de la collection, ils séduiront sans doute les clients à la personnalité extravertie, ou à la recherche d’une montre spectaculaire.

Airfight Propeller

Sur le papier, cette gamme ne me séduisait guère. Trop trop ! Trop noire, trop voyante, trop typée, trop designée… Le luxe de détails que j’appréciais tant sur d’autres gammes me semblait ici surjoué. Et puis vint la rencontre.

Le boitier acier de 43mm en impose, et le noir n’arrange rien à l’affaire. Il est monté sur un bracelet canvas noir à surpiqures blanches fermé par une boucle triple déployante noire. Tiens, c’est sympa ce combo ! Et cohérent. Le cadran ? Noir bien sûr ! Mais travaillé, très bien travaillé. Texturé, du relief, des chiffres appliqués. Enormes, hypertrophiés, caricaturaux presque ! Et ce guichet d’heure sautante, en point d’orgue, encadré de hachures. Et cette aiguille baton qui semble léviter au-dessus de tout ça.

Mais détaillons la plus méthodiquement. Le cadran donc, est divisé en 2 parties. Le segment dévolu à l’affichage des minutes est en relief, surélevé par rapport au centre de la montre. On y trouve d’énormes chiffres appliqués, et luminescents. C’est une des particularités de cette gamme. Les dizaines de minutes sont sérigraphiées en blanc et en plus petit, et non luminescentes. La partie centrale est texturée de jolie manière, symbolisant peut-être le tarmac d’une piste d’aéroport ? Le guichet d’heure sautante est encadré par des hachures, comme on retrouve sur les avions aux endroits sensibles. Impossible de le louper ! Un petit bémol, les heures ne sont pas luminescentes, c’est une petite déception. Au contraire de l’aiguille, dont la majeure partie l’est alors que l’axe et le contrepoids sont traités en noir mat.

Il est clair que la lisibilité est le point fort de cette gamme ! Et tous ces détails, toutes ces références aéronautiques, tout ce travail de design paye, car la montre est cohérente, sans fausse note. Et la magie opère. Difficile, je pense, de la porter au quotidien. Mais par contre, ce sera assurément un vrai plaisir de la passer au poignet le week-end venu. Ce qui sera possible en échange de 3750€.

Allez, une petite critique quand même : ce traitement noir et blanc est un peu triste. Heureusement, Reservoir a la solution.

RESERVOIR_AIRFIGHT_PROPELLER

RESERVOIR_AIRFIGHT_PROPELLER

 

RESERVOIR_AIRFIGHT_PROPELLER_2

 

Airfight Jet

Cette Jet est encore plus séduisante que la Propeller à mes yeux. Quitte à jouer l’outrance, autant pousser tous les curseurs au maximum. Avec ses touches de jaune, la montre est plus chaleureuse, encore plus voyante. Cette couleur se retrouve sur les surpiqures du bracelet, sur les dizaines de minutes, et sur les hachures encadrant le guichet d’heure sautante.

Comme c’est le cas de la GT Tour, la Jet intègre un quantième, à droite de la réserve de marche. Celle-ci apparaît en jaune. Autant je trouve que ça déséquilibre le cadran de la GT Tour, autant elle ne me gêne pas sur ce modèle. C’est ma référence préférée dans cette gamme. Elle sera à vous contre 3925€.

RESERVOIR-AIRFIGHT-JET

Airfight Titane

Le titane est un métal rare très utilisé en aviation. Une déclinaison titane de l’Airfight est donc très cohérente. Léger, anallergique, résistant à la corrosion, ce métal ne possède que des qualités. De plus, sa teinte grise très particulière, plus foncée que l’acier convient à merveille aux montres baroudeuses, qualificatif qui convient parfaitement à cette Airfight. Les caractéristiques étant identiques au modèle Propeller, je ne reviendrai pas dessus. Son tarif : 4300€

Airfight Titane lecalibre

reservoir watch cadran

 

Univers (sous-)Marin

C’est l’univers des submersibles qui a été la source d’inspiration pour la gamme Tiefenmesser (qui signifie profondimètre en allemand). Forte de 3 modèles, elle diffère des autres gammes par un mode différent d’affichage de la réserve de marche, des bracelets en cuir vieilli et un look plus industriel.

Tiefenmesser

Je ne vais pas m’étendre sur le boitier, en acier brossé, il est identique à celui de la GT Tour.

Nous nous retrouvons ici en présence d’un très beau cadran blanc. Ce n’est pas la couleur dominante chez Reservoir, seulement 4 modèles en sont équipés. Nous trouvons les 2 autres dans la gamme Supercharged. Cette couleur atténue un peu la présence de la montre, et convient parfaitement à cette Tiefenmesser. Le segment des minutes est parcouru d’un chemin de fer assez massif, et les minutes sont sérigraphiées de 5 en 5. Les dizaines de minutes, comme souvent sont en chiffres plus gros, noirs, alors que les intermédiaires sont plus petits et bleus. Nous retrouvons d’ailleurs ce bleu dans le guichet d’heure sautante.

L’aiguille de minute rétrograde est en acier bleui, et ce traitement offre de jolis reflets en fonction de la lumière. Le guichet d’heure sautante est ici simplement encadré d’un fin trait noir. Quand à la réserve de marche, elle s’affiche grâce à 5 trous percés, derrière lesquels se déplace un segment rouge.

Point de relief ou de texture sur le cadran dans la gamme Tiefenmesser, mais un jeu sur les couleurs, le design, la forme de l’aiguille très cequevousvoulezmétrique (manomètre, profondimètre, baromètre…) qui colle parfaitement avec l’univers industrialo-submersible de référence.

La montre est montée sur un superbe bracelet en cuir vieilli riveté, avec surpiqures contrastées, fermé par une boucle déployante. J’ai été très séduit par ce modèle affiché à 3750€. Il aurait pu figurer dans mon top 3 chez Reservoir. Aurait pu ? Oui. Car Reservoir a eu l’excellente idée d’en proposer une version bronze !

reservoir Tiefenmesser

montre Tiefenmesser

 

Tiefenmesser Bronze

Ce modèle est le seul à adopter un boitier en bronze dans la collection Reservoir. Ce qui est logique, les autres gammes ne s’y prétant guère, le bronze étant un métal que l’on a beaucoup utilisé dans la construction maritime pour ses propriétés de résistance à la corrosion.

Sa couleur chaude, mais pas ostentatoire, combiné avec les touches de bleus évoqués plus avant font de la Tiefenmesser Bronze un modèle d’élégance, d’équilibre et de cohérence stylistique. Le cadran, ainsi que son aiguille sont repris de la Tiefenmesser, mais prennent une toute autre dimension une fois abrités dans ce boitier. C’est beau ! C’est très très beau !

Et puis le bronze est une matière « vivante », qui s’oxyde avec le temps, et change de teinte, mais pas de manière uniforme. Alors cette patine va faire vivre la montre. Et si vous voulez retrouver sa teinte d’origine, de l’huile de coude et les produits appropriés lui rendront l’aspect du neuf. Le bracelet en cuir vieilli, bombé est juste parfaitement cohérent avec le look de la montre. Notons que le fond de boite vissé est en titane sur ce modèle. 4100€ pour ce qui est, sans doute un peu paradoxalement, à mes yeux la plus belle réussite de cette collection.

Tiefenmesser Bronze

Tiefenmesser Bronze avis

Tiefenmesser Bronze test

 

Tiefenmesser Sea Hornet

La Tiefenmesser Sea Hornet joue la carte du contraste. Toute de noire vêtue, du boitier au cadran en passant par le bracelet et sa boucle déployante, toutes les indications, ainsi que l’aiguille sont jaunes. Jaune, le chemin de fer, jaunes les chiffres, jaune le nom de la marque et du modèle, jaune le guichet d’heure sautante, jaune l’aiguille, jaune l’indicateur de réserve de marche, jaunes les surpiqures du bracelet.

250 amateurs pourront prendre possession de ce modèle très typé contre 3750€.

RESERVOIR_TIEFENMESSER_SEA_HORNET

 

Luxe de détails, détails de luxe

Tous les modèles de la collection sont livrés dans une superbe boite en bois laqué avec un fermoir représentant le logo de la marque.

A l’intérieur, outre la montre, bien sûr, on y trouve un 2ème bracelet Nato, un jeu de pompes supplémentaires puisque les bracelets d’origine sont tous équipés de pompes démontables sans outils, et d’un petit guide expliquant le méthodologie de lecture de l’heure, qui est propre à Reservoir Watch. Une plaque en acier gravé rappelle par ailleurs le nom du modèle.

reservoir watch coffret

coffret montre reservoir watch

packaging GT Tour

Mais la grande force de cette jeune marque, française, rappelons-le, c’est la cohérence stylistique, et la personnalité que chaque modèle est capable de dégager. Sur la base d’un seul mouvement et de seulement 2 boitiers, Reservoir est capable de proposer 16 modèles, tous réellement différents. Le soin apporté aux détails permettant d’ancrer un modèle dans une gamme et une gamme dans un univers confine à l’obsession, et je soupçonne certains designers d’être psycho-rigides pour avoir poussé les curseurs aussi loin ! Je suis sarcastique, mais la vérité est que l’observation minutieuse de chaque modèle me rend admiratif d’une telle maîtrise dans le soin du détail.

J’ouvrais cette présentation de la marque en faisant référence à Bell & Ross. Les points communs sont nombreux : marque française, mouvement et fabrication suisse, un parti pris stylistique et marketing puissant… Je ne peux que souhaiter à Reservoir le même succès, et nul doute qu’en interne, la réussite de la marque à l’esperluette est bien présente dans les esprits…

Aucune fausse note à déplorer, des finitions d’excellentes factures, et des tarifs plutôt raisonnables pour une montre à heure sautante et minute rétrograde, Reservoir propose avec sa collection 2018-2019 une sérieuse alternative à des marques reconnues quand viendra l’heure de choisir son prochain instrument de mesure du temps.

Dans le cadre de la préparation de cet article, j’ai pu rencontrer Francois Nakkachdji et François-Marie Neycensas. J’en ai profité pour poser quelques questions.

Interview de François-Marie Neycensas, responsable marketing et digital

LeCalibre : Quand et comment est né RESERVOIR ?

RESERVOIR : Aux origines : François Moreau a fondé RESERVOIR au printemps 2016. Nées de la passion d’aventuriers du temps et de la mesure, les montres RESERVOIR puisent leur ADN dans les compteurs anciens, à l’heure où l’instrumentation mécanique de précision se mettait au service des hommes, au ciel, sur terre et sur mer.
François Moreau aime à raconter : «Tout petit, j’étais déjà fourré derrière le volant de l’automobile de mon père à regarder les aiguilles du compteur de bord. Je démontais des jauges pour voir comment ça marchait. Je ressens la même émotion quand je suis à l’intérieur d’un cockpit».

Cet ex-banquier d’affaires, lassé du secteur financier, a fini par succomber à sa passion, celle des compteurs anciens et de l’horlogerie.

Le hasard fait parfois si bien les choses… C’est par différents réseaux que dans le courant de l’année 2017 il fait la rencontre successive de François Nakkachdji, ancien de chez Rolex en charge du développement commercial en Chine du Sud, de Guillaume de Bonvouloir, ancien de chez Tag Heuer lui aussi passionné d’horlogerie et en quête d’aventure, et la mienne, ancien de chez Nestlé, communicant rompu au marketing et au digital. L’histoire, François Moreau avait déjà commencé à l’écrire. À nous quatre, nous allons pouvoir la ficeler et passer du compteur à la montre tout en restant fidèles aux codes qui sont propres à ces passeurs de temps.

En quelques dates :

  • Courant Automne 2016 : première levée de fonds de 1.1 millions € auprès d’investisseurs privés internationaux
  • Mars 2017 : première participation à Baselworld : Première présentation de la collection 2017/2018 avec 9 modèles et 4 lignes
    (GT Tour, Supercharged, et lancement du site internet, suivi par une douzaine de salons professionnels (Couture à Las Vegas, QP à Londres)
  • Juin 2017 : levée additionnelle de 1.3 millions € via une plateforme de «crowdfunding» auprès de 80 investisseurs privés internationaux (plus grosse levée de fonds raizers.com)
  • Automne 2017 : distribution via des agents et distributeurs dans plus de 20 pays à date.
  • Mars 2018 : seconde participation à Baselworld : présentation d’une nouvelle ligne et extensions autour de la collection 2018/2019
    avec 16 modèles

Bios des quatre associés :

François Moreau bio

François Nakkachdji

François-Marie Neycensas bio

Guillaume de Bonvouloir bio

 

LeC : Quelle est l’évolution, dans les grandes lignes, des ventes ? Quels sont les modèles les plus vendus ? Sur quels marchés êtes-vous présents ?

RESERVOIR : Démarrage des ventes en Octobre 2017 au Printemps Haussmann (Paris), Colette (Paris) et boutique en ligne. Depuis, ouverture des points chez Nous (Paris), Les Montres (Paris), Maier Horloger (Lyon), Bellini (Aix-en-Provence) et Lili Brooks (Saint-Tropez). A l’international, ouverture de points de ventes à Monaco, en Angleterre, aux Etats-Unis, en Espagne, en Italie, en Belgique et en Suisse. Les ventes des collections sont également bien réparties à date entre les différentes lignes de montres, mais aussi entre ventes physiques et directes via internet.

LeC : Maison horlogère française, coeur suisse, pourquoi ne pas avoir osé le 100% french made comme Pequignet ou comme Lip et Yéma tendent à le faire ?

RESERVOIR : Chaque maison horlogère possède sa propre histoire et sa propre conviction. Celle de la maison RESERVOIR est d’associer la créativité parisienne, symbole de Luxe à la française au savoir-faire horloger suisse, ces deux savoir-faire étant également reconnus à l’échelle mondiale. Maison horlogère française, RESERVOIR est née de la passion d’hommes pour les compteurs anciens, qu’ils égrènent le temps, comptent les tours ou dénombrent les kilomètres. C’est à Paris, capitale du luxe et de la créativité, que la maison s’installe pour donner vie à ses collections horlogères inspirées de la fonctionnalité et de l’esthétisme d’objets du passé. Quant à leur manufacture, les montres sont conçues et assemblées à la main en Suisse à La Chaux-de-Fonds, dans le respect du savoir-faire artisanal.

LeC : Le business model serait-il calqué sur une autre marque française embarquant des mouvements suisses, à savoir Bell&Ross ?

RESERVOIR : La maison RESERVOIR s’est associée avec une société suisse Télôs Watch de développement horloger qui est spécialiste de l’architecture des mouvements avec de grandes complications. Nous avons créer un nouveau module horloger qui fonctionne via le mouvement ETA 2824-2 et qui est composé de 124 pièces. Ce module a bien sûr été breveté par la suite.

 

LeC : La collection 2018 offre une belle cohérence, et pourtant tous les modèles ont leur propre personnalité grâce à des design, finitions et détails superbement bien pensés. Le design et la création sont-ils faits en France ?

RESERVOIR : La création est faite à Paris sous l’impulsion de François Moreau et avis des trois autres associés, suscitant débats et discussions permettant de satisfaire aux exigences de chacun. Des premiers jets sont alors élaborés et finalisés par un «designer» maison, puis transmis à un cabinet de «design» horloger basé en Suisse, en vue d’une traduction en dessins techniques.

LeC : Quelles sont les belles surprises auxquelles on peut s’attendre dans les mois à venir pour diversifier cette collection et toucher d’autres clients ?

RESERVOIR : Le plan produit regorge d’innovations aussi bien mécaniques, dans la plus grande tradition horlogère –par exemple un modèle «diver», que stylistique, pour s’aventurer sur de nouveaux segments illustrant des compteurs vintages.

LeC : La collection Longbridge est vraiment superbe et sa taille plus contenue de 39mm suit une tendance à un retour à des tailles plus modestes, plus élégantes, plus féminines aussi. Est-ce un marché important pour RESERVOIR ? Avez-vous une demande importante de la part d’une clientèle féminine que l’on sait de plus en plus connaisseuse ?

RSERVOIR : La collection Longbridge propose en effet les premiers modèles RESERVOIR en diamètre de 39mm, par rapport au 43 mm concernant la collection actuelle. L’idée fut d’abord de s’adapter à certains poignets masculins plus fins, qui est la clientèle initiale de la maison. Mais, c’est aussi de toute évidence une manière de proposer une offre à destination d’une clientèle féminine. La demande d’une clientèle féminine existe, mais nécessitera du temps pour y répondre d’un point de vue d’une marque telle que RESERVOIR dédiée en priorité aux hommes.

LeC : Avec une telle inspiration automobile, des partenariats sont-ils attendus ?

RESERVOIR : La maison RESERVOIR a été sollicitée en effet pour élaborer des partenariats avec des marques automobiles, et reste à l’écoute de possibilités en ce sens autour d’un partage des mêmes valeurs et esprit.

Je tenais à remercier l’équipe Reservoir pour son accueil et sa disponibilité, ainsi que Gentlemen 1919 pour leur patience lors de mon petit shooting photo. Un grand merci également à Thierry Gasquez de Passion Horlogère pour son invitation.

 

Richard.S pour LeCalibre.com