14 montres absolument cultes dans les films à connaître !

montres au cinema UNE

Le monde du cinéma et celui des montres sont intimement liés. Comme on l’a évoqué en se penchant sur les collections de plusieurs acteurs, il est plus que fréquent de découvrir des garde-temps aux poignets des individus évoluant dans ce secteur, que ce soit à l’écran ou sur les tapis rouges. Aujourd’hui, ce sont les montres qui font partie intégrante de certains films cultes qui nous intéressent. Lorsque le travail des accessoiristes est si pointu que la montre d’un acteur crève l’écran, on se rend compte de l’importance qui est données aux détails et à la cohérence des personnages. Voici certaines de nos montres préférées au poignet de personnages de légende.

Omega Speedmaster Professional 145.022 dans Apollo 13

Apollo 13 Omega Speedmaster

On en a parlé dans une vidéo sur le sujet :  la Omega Speedmaster a prouvé sa fiabilité au monde entier à plusieurs reprises, incluant la mission Apollo 13. Il est donc assez logique que l’on retrouve ce chronographe à l’origine destiné aux pilotes de course au poignet des acteurs dans le film éponyme de cette mission lunaire pour le moins périlleuse. On rappelle rapidement que la Omega Speedmaster est la seule montre mécanique qui fut certifiée par la NASA pour les astronautes. Elle équipait donc déjà les passagers de la mission Apollo 11 en 1969 et elle fut la toute première montre sur la lune au poignet de Buzz Aldrin, Neil Armstrong aillant laissé la sienne à bord du module lunaire lors de son expédition sur le satellite naturel de la terre. 

La montre portée par les astronautes de l’époque et par les acteurs dans le film est une référence 145.022, la première Speedmaster équipée du calibre 861, remplaçant le calibre 321 qui entraînait les précédentes versions. À partir de 1969, on pouvait lire le sur fond de boîte de ces chronographes de 42 millimètres de diamètre : « The first watch worn on the moon », comprenez « La première montre portée sur la lune ». Ces montres sont équipées d’un verre en hésalite, une version du verre en plexiglas propre à la marque suisse. Ce matériau était choisi pour les montres des astronautes en raison du fait qu’il ne présente pas de risque de coupure lorsqu’il se brise.

De très nombreuses versions de la Speedmaster ont été proposées par Omega depuis, mais cette référence 145.022 se trouve d’occasion le plus souvent entre 5 000 et 8 000 euros selon son état.

Casio CA53W Twincept Databank dans Retour vers le Futur

Marty McFly Casio Calculette

La saga de Retour Vers le Futur a marqué plusieurs générations. Tout le monde se souvient de Doc et Marty dans leurs aventures qui prenaient place à plusieurs époques différentes. Les gadgets en provenance de toutes ces époques ont joué un rôle important dans le film et c’est le cas de la montre que porte Marty avant même de se lancer dans le voyage dans le temps : une Casio CA53W Twincept Databank, aussi appelée la Casio calculatrice. Cette montre offre donc une fonction de calculette en plus des habituelles options de calendrier, d’alarme et de chrono que l’on retrouve sur la quasi-totalité des Casio. Elle permet également d’afficher un second fuseau horaire, pratique pour les voyageurs. Elle est devenue une veritable icône de la pop-culture en grande partie grâce à ce chef-d’oeuvre cinématographique.

La marque japonaise propose maintenant une réédition de ce modèle au look vintage réussi. Elle se trouve à quelques dizaines d’euros seulement et si vous voulez en savoir plus, nous avons un article entier sur le sujet.

Jaeger LeCoultre Reverso Grande Date Power Reserve dans Batman Begins et The Dark Knight

Bruce Wayne JLC Reverso

On passe à un héros un peu plus sombre que l’ami Marty McFly en se penchant sur le poignet de Bruce Wayne dans Batman Begins en 2005 et The Dark Knight en 2008. L’homme qui se cache derrière le justicier de l’ombre est un milliardaire orphelin fan de technologie qui vit dans un manoir. Une sorte de Tony Stark en un peu plus dépressif en somme. D’ailleurs même en terme de garde-temps, les deux alter-égos de super-héros semblent avoir des goûts en partie similaires. Pour en savoir plus sur les montres de monsieur Stark, allez voir notre article sur sa collection, vous y trouverez entre autres une Jaeger LeCoultre Reverso Grande Taille, qui est également clairement présente au poignet de l’homme chauve-souris en version Grande Date lorsqu’il n’est pas en service.

Cette montre garde l’esprit de la première Reverso lancée en 1929, notamment avec sa forme rectangulaire, mais aussi et surtout avec sa fonctionnalité : son boîtier peut se retourner sur lui-même de manière à protéger la face de la montre contre les chocs. On peut donc dissimuler la face de cette pièce pendant les instants d’action avant de lui faire reprendre son style habituel pour le quotidien. Avec un concept pareil, quelle montre correspondrait mieux à ce personnage qui vit une double vie et qui dissimule son visage lorsqu’il entre en action ?

On peut aussi noter que des années plus tôt, en 1995, le Batman joué par Val Kilmer dans Batman Forever portait lui aussi une Jaeger Lecoultre.

Rolex Submariner 6538 dans James Bond

James Bond Submariner 6538 two lines

On reste dans les héros de la pop-culture avec l’espion le plus connu de la planète : James Bond. Sean Connery qui l’incarne dès le début des années 60 porte une Rolex Submariner 6538 dans James Bond 007 contre Dr. No en 1962, dans Bon baisers de Russie en 1963, dans Goldfinger en 1964, et dans Opération Tonnerren en 1965. Cette montre fut tellement souvent associée au personnage de Ian Flemming qu’elle est surnommée la « James Bond », comme on l’explique dans notre article à propos des surnoms non-officiels des Rolex les plus iconiques. Elle est aussi considérée comme l’une des montres vintage les plus célèbres du monde, toutes marques confondues.

Produite pendant quelques années seulement dans la seconde moitié des années 50, c’était la première Submariner à afficher la certification « Chronometer » sur son cadran dans sa version « four lines », qui proposait donc 4 lignes d’inscriptions sur le cadran à 6h. Sean Connerie portait lui une version « Two Lines », sans cette inscription « Chronometer », montée sur un bracelet en nylon. Pour en savoir plus, allez voir notre article sur toutes les montres de l’espion depuis son premier opus jusqu’à celui qui n’a cessé d’être reporté en raison de la situation sanitaire.

Hamilton Ventura dans Men In Black

Men In Black Hamilton Ventura

Dans Men In Black en 1997, la Hamilton Ventura est  mise en avant en tant que partie intégrante du costume réglementaire des agents secrets en charge des affaires extraterrestres. La Ventura originale à la forme si particulière fut lancée en 1957 et faisait partie des première montres électriques à piles plus de 10 ans avant l’arrivée du quartz. La version de Will Smith et Tommy Lee Jones semble être une version à quartz faisant partie des très nombreuses rééditions proposées par la marque au fil des années. À partir de là, la Hamilton Ventura va suivre les agents en question dans tous les films de la saga.

Will Smith Hamilton Ventura Chrono

En 2002, Will Smith porte une Ventura chrono à Quartz. En 2012, pour Men In Black III, les agents ont opté pour une Hamilton Ventura XXL d’un nouveau genre au cadran revisité. Celle-ci est entraînée par un calibre H-10 sur une base ce ETA C07.111, lui même développé sur une base de ETA 2824-2. Elle est sortie en édition limitée à 999 exemplaires et annonçait un prix catalogue aux alentours de 1 200 euros.

MIB Agent M Hamilton Ventura quartz

En 2019, pour Men In Black : International, l’agent M est vue avec une Hamilton Ventura, cette fois-ci à quartz dans un format plus raisonnable et un design plus proche de l’originale. Prix catalogue avoisinant les 800 euros. L’agent H, joué par Chris Hemsworth, porte lui une autre version automatique.

Seiko Giugiaro 7A28-7000 dans Aliens

Seiko Giugiaro 7A28-7000 Aliens

Aliens est sorti en 1986 et a lui aussi marqué plusieurs générations. Il s’agit de la suite d’Alien sorti en 1979, véritable monument du cinéma qui a donné des cauchemars à des millions de spectateurs partout sur la planète.

Dans le film de 1986 donc, on trouvait une superbe sélection de garde-temps. Celui qui a le plus attiré l’attention est sans aucun doute la Seiko Giugiaro 7A28-7000 au poignet de Ellen Ripley, jouée par Sigourney Weaver. 

Cette montre fut lancée en 1983 et était le fruit de la collaboration entre Seiko et le designer de voitures italien Giorgetto Giugiaro. Elle était entraînée par la calibre Seiko 7A28 qui est reconnu comme l’un des tous premiers mouvements de chronographe analogique à quartz au monde. La montre au style agressif et très futuriste pour l’époque gagna beaucoup en popularité grâce au film de James Cameron et il est très difficile de trouver des versions en bon état aujourd’hui tant les possesseurs de ces petits bijoux les ont porté pendant des années.

Seiko M516 Voice Note dans Ghostbusters

Ghostbuster Seiko Voice Note

On reste chez Seiko et les chefs-d’oeuvre du milieu des années 80 avec Ghostbusters en 1984. En guise de montre pour l’attirail des spécialistes en fantômes, on retrouve cette Seiko M516 Voice Note. Comme son nom le laisse deviner, la Voice Note était dotée d’une fonction de dictaphone, un outil qui s’avère très utile dans la chasse aux fantômes si l’on en croit Bill Murray et son équipe. En 1984, il s’agissait évidemment d’un exploit et cette Seiko était la première montre commercialisée dotée de cette fonction, qui permettait d’enregistrer des messages de seulement 8 ou 4 secondes.

Comme pour la Seiko d’Aliens, cette référence est quasiment impossible à trouver en bonne condition aujourd’hui. Il s’agit d’une veritable pièce de collection qui s’échange entre passionnés pour des sommes au-dessus de 1 000 euros alors que son prix catalogue lors de sa sortie était de 195 dollars, ce qui représentait déjà une belle somme pour l’époque.

Hamilton Khaki Pilot Day Date dans Interstellar

Hamilton Khaki Pilot Day Date Interstellar

Interstellar a fait un veritable carton lors de sa sortie en 2014 et pour un film dans lequel la notion de temps qui passe est si centrale, il est normal de se pencher sur ce que l’on trouve au poignet d’un des personnages principaux. C’est la Hamilton Khaki Pilot Day Date que porte Matthew McConaughey qui nous intéresse aujourd’hui. Une montre de pilote aux inspirations vintage élégantes avec une indication de jour en toutes lettres dans un guichet à 12h et une date à 6h. Elle offre des dimensions résolument modernes avec un boîtier en acier de 42 millimètres de diamètre monté sur un bracelet en acier lui aussi.

C’est le calibre automatique H-40 sur une base d’ETA2834-2 qui l’entraîne et qui offre 80 heures de réserve de marche. La montre est équipée d’un verre saphir et d’un fond transparent, elles est étanche à 100 mètres et elle annonce un prix catalogue d’environ 770 euros.

Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual dans Doctor Strange

Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual Doctor Strange

Encore un film dans lequel la notion de temps est primordiale : Doctor Strange, sorti en 2016. On passe donc sur un nouveau héros, mais il semble que plusieurs d’entre eux se soient concerté quant au choix de montres puisque c’est à nouveau une Jaeger LeCoultre que l’on retrouve à son poignet. L’histoire ne dit pas s’il a tiré son inspiration de chez Tony Stark ou de chez Bruce Wayne, mais on a notre petite idée…

Cette Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin Perpetual est une pièce assez exceptionnelle que l’on voit entre autres tourner dans le remontoir à montres du personnage joué par Benedict Cumberbatch. Son boîtier en acier mesure 39 millimètres de diamètre pour seulement 9,2 millimètres d’épaisseur, des dimensions impressionnantes lorsqu’on sait que la montre renferme un calibre automatique manufacture JLC 868/1 qui offre une complication de quantième perpétuel et de phase de lune. On le rappelle, le calendrier perpétuel prend en compte non seulement les mois de 30 et 31 jours, mais aussi les années bissextiles. On peut d’ailleurs observer ce beau calibre fonctionner à travers le fond en verre saphir. Cette dress-watch élégante de haut-vol est montée sur un superbe bracelet en cuir noir et annonce un prix catalogue aux alentours de 18 500 euros.

Rolex dans Le Loup de Wall Street ?

Dicaprio Loup de Wallstreet Tag Heuer Series 1000

Le Loup de Wall Street est sorti en 2013 et a rappelé au monde les capacités d’acteurs du grandiose Leonardo Dicaprio. Pendant le film, on le voit jeter dans la foule une montre en or ressemblant comme deux gouttes d’eau à une Rolex GMT en or jaune. Il indique d’ailleurs qu’elle coute 40 000 dollars, ce qui correspondrait à ce modèle. En réalité, il s’agit d’une Tag Heuer 1000 Series, une montre de plongée en or qui a fait du bruit lors de sa sortie mais qui coutait bien moins cher que les Rolex.

En revanche, on a pu voir une Rolex Daytona en or jaune au poignet de Jonah Hill, ainsi qu’une Rolex Datejust 36 millimètres Rolesor au poignet de Matthew McConaughey, dont tout le monde se souvient grâce à scène sur-réaliste au restaurant, chantant en se frappant la poitrine.

 

La Seiko d’American Psycho

American Psycho Seiko SGF204

Cette Datejust Rolesor est aussi souvent associée au personnage principal d’American Psycho, mais attention il semblerait qu’il s’agisse d’une erreur et que la montre en question soit en réalité une Seiko SGF204, une pièce au design très proche de la Datejust. En effet sur certains plans, on peut desceller l’absence de cyclope et la présence d’un guichet de jour et de date à 3h. Le film est en réalité tiré d’un livre dans lequel le personnage porte bel et bien une Rolex. Cependant, Rolex aurait refusé d’être associé au psychopathe ultra-violent pour l’adaptation au cinéma. La phrase du livre qui disait « Don’t touch the Rolex », a donc été remplacée par un plus général « Don’t touche the watch » à l’écran.

Citizen « Bullhead » Challenge Timer 67-9020 dans Once Upon a Time in Hollywood

Brad Pitt Once Upon a Time in Hollywood Citizen Bullhead Challenge Timer 67-9020

Once Upon a Time in Hollywood est le chef-d’oeuvre de Quentin Tarantino sorti en 2019 qui rassemble pour la première fois de l’histoire deux monuments du secteur : Leonardo Dicaprio et Brad Pitt. Le résultat est explosif et le film est un veritable régal, mais on peut relever quelque chose d’étrange concernant un garde-temps en particulier. À plusieurs reprises, on découvre Brad Pitt portant une superbe montre dorée sur un bund. Il s’agit d’une Citizen Challenge Timer 67-9020 « Bullhead ». Ce surnom Bullhead qui signifie « tête de taureau » fait référence aux deux boutons poussoirs à 11h et 1h qui font penser à des cornes de bovin.  La montre est entraînée par un calibre 8110, un mouvement de chronographe Flyback automatique très efficace. Cette pièce à la forte personnalité fut largement sous-estimée lors de sa sortie, ce qui en fait une montre parfaite pour le personnage joué par le génie Brad Pitt dans le film en question.

Mais alors qu’y a t’il d’étrange dans tout cela ? Tout simplement la temporalité. Le film se déroule en 1969, mais la Citizen dorée n’est sortie qu’en 1972. S’agit-il d’une erreur dans un film d’un réalisateur connu pour porter une attention toute particulière aux détails ? Ou plutôt d’un clin d’oeil à la poignée de passionnés d’horlogerie qui remarqueront cet anachronisme ? Ou encore d’une façon de montrer que le film se déroule dans une réalité parallèle ? Faites-moi penser à demander à Quentin lors de notre prochain rendez-vous pour que l’on puisse éclaircir ce mystère.

Heuer Monaco dans Le Mans

Steeve Mcqueen Tag Heuer Monaco

Passons à un classique parmi les classiques, la célèbre Heuer Monaco au poignet de Steeve McQueen dans Le Mans en 1971. Il s’agit d’une référence 1133B entraînée par le célèbre calibre 11, l’un des tous premiers mouvements de chronographe automatique de la planète. Le film ne fut pas très bien accueilli par le public de l’époque mais la montre devint plus tard une pièce iconique en raison de son histoire. De très nombreuses versions de la Monaco virent le jour au fil des années, mais le cadran bleu reste encore aujourd’hui un classique tout de suite associé au « King Of Cool ».

La dernière des 6 montres utilisées sur le plateau de tournage du film fut d’ailleurs vendue aux enchères à New York en 2020. Il s’agissait de la montre offerte par Steve McQueen à son mécanicien personnel qui a lui aussi participé au film. Le prix de départ était de 160 000 dollars mais son acquéreur a finalement dépensé la modique somme de 2 208 000 dollars. Cela en fait la Heuer la plus chère jamais vendue.

Lancet en or dans Pulp Fiction

Pulp Fiction Cpt Koons Lancet

Pour finir, on se penche sur ce qui est pour moi la plus incroyable « Watch Story » de tous les temps : celle que l’on découvre dans le monologue de Christopher Walken dans Pulp Fiction en 1994. L’acteur joue le rôle du capitain Koons, vétéran de la guerre du Vietnam. Dans cette scène, il rencontre le fils de son ancien compagnon de bataille et lui remet une montre de famille, transmise de génération en génération depuis son arrière-grand-père. Il lui explique entre autres que son père a dû cacher la montre pendant ses 5 ans de captivité à Hanoi et sans rentrer dans les détails, disons qu’il n’avait pas de poche pour la dissimuler. Après la mort du père, c’est son compagnon de cellule qui a dû prendre le relai et cacher la montre à son tour pendant 2 ans, encore une fois dans un endroit qui n’est d’habitude pas utilisé pour cacher quoi que ce soit.

Sympa comme cadeau hein ?

Quant à la montre, il semble qu’il s’agisse d’une version en or d’une Lancet à remontage manuel, une pièce produite en 1918 pour répondre aux besoins des soldats lorsque les montres-bracelets n’en étaient qu’à leurs balbutiements. La montre choisie pour le film correspond donc parfaitement à l’histoire du capitaine qui raconte qu’elle fut achetée à la fin de la première guerre mondiale. On voit donc bien que Tarantino fait très attentions aux détails, ce qui rend encore plus mystérieuse l’histoire de la Citizen…

Partager: