CODE41 NB24: le chronographe sport mécanique de demain?

chronographe nb24-code41

Aujourd’hui, on se penche à nouveau sur une marque suisse que l’on suit de près depuis ses débuts en 2016: CODE41. La maison lausannoise se lance dans une nouvelle aventure pour bien commencer 2021 et nous propose le chronographe NB24. Par le passé, nous avons eu l’occasion de parler de leurs origines avec leur première pièce qu’était la ANOMALY-01, puis d’évoquer leur première montre à mouvement manufacturé appelé X41, et enfin de tester leur projet DAY41 qui se voulait tout d’abord féminin avant de devenir un projet de montre sans genre. Aujourd’hui, on suit leur évolution et on se penche sur ce nouveau garde-temps sportif. Ce dernier a vu le jour en collaboration avec la communauté de CODE41 par l’intermédiaire de sondages à tous les niveaux de la création, comme la marque en a l’habitude. Ce projet a d’ailleurs mobilisé bien plus de gens que les précédents et il est temps de nous faire notre propre avis à travers un test complet.

Avis CODE41 NB24
  • Look
  • Polyvalence
  • Fonctionnalités
  • Rapport Qualité/Prix
3.5

Résumé

Avantages et inconvénients

Ce que j’ai aimé :

  • La masse oscillante périphérique
  • Un look sportif mécanique fort
  • Une montre qui vit au poignet !

Ce que j’ai moins aimé :

  • Un diamètre imposant pour un design si fort
  • Une masse oscillante bruyante ?

CODE41 chronographe NB24: Les origines

CODE41 NB24 face 1

Le projet d’un chronographe trotte dans la tête de la marque lausannoise depuis plusieurs années. Il semble que tout ait pris un tournure concrète en 2017, lors d’un échange avec le pilote paraplégique Nigel Bailly concernant sa passion pour l’automobile et ses plans de participer aux 24 Heures du Mans.

Nigel est accro à la mécanique et à la vitesse depuis son plus jeune âge. Il commence la motocross à 6 ans et c’est un accident dans cette discipline en compétition à ses 14 ans qui est à l’origine de son handicap. Suite à cela, il s’est réorienté vers le karting pour continuer à exercer sa passion, puis il a passé la vitesse supérieure et s’est lancé le projet fou de participer aux 24 Heures du Mans. Il est finalement parvenu à intégrer une équipe et il sera sur la grille de départ de cette course légendaire en juin 2021.

CODE41 s’est donc associé avec le passionné pour mener à bien son projet et la marque lui dédie ce chronographe qui va jusqu’à reprendre ses initiales et son histoire dans son nom: le NB24, pour Nigel Bailly aux 24 Heures du Mans. Après 9 mois de développement, on peut maintenant découvrir le produit fini. Les précommandes ont d’ailleurs officiellement commencé ici le 27 janvier.

 

chronographe NB24: l’aspect technique

CODE41 Chrono NB24 fond 1

Toujours en suivant les préférences de leur communauté, CODE41 a opté pour un mouvement de chronographe automatique exclusif, spécialement développé pour l’occasion en collaboration avec l’entreprise suisse Concepto. Il s’agit d’une manufacture lancée en 2006 et qui emploi aujourd’hui plus de 120 personnes, s’annonçant comme “L’alliée des marques horlogères créatives, audacieuses et raffinées“.

Chez LeCalibre, c’est la première fois que l’on teste une montre équipée d’un mouvement en provenance de cette manufacture. Difficile donc de se prononcer sur la durabilité et la fiabilité de ce dernier. En revanche, c’est toujours un plaisir pour nous de voir que l’industrie horlogère en Suisse comme ailleurs ne se résume pas à des entreprises centenaires, et que des projets récents et sérieux voient le jour.

Concepto annonce en tous cas être équipé de machines d’exception et d’outils les plus modernes qu’il soit, le tout géré par des experts dans leurs spécialités de manière à répondre le plus efficacement possible aux différentes demandes.

calibre nb24 front

C’est donc un calibre appelé le NB24, né de la collaboration entre CODE41 et Concepto, qui entraine la montre. Il a entre autre autres la particularité d’être doté d’une masse oscillante périphérique placée du côté du cadran, qui est donc visible lorsque l’on consulte l’heure.

Lors de notre test, on s’est rendu compte que les mouvements de cette masse oscillante étaient assez bruyants et que l’on pouvait même la sentir bouger lors de certains mouvements brusques du bras. Personnellement, je trouve qu’il s’agit d’un point original et plutôt positif, qui permet en quelques sortes de ressentir la montre vivre au poignet. Cela m’a rappelé mes tests de certaines pièces entrainées par le célèbre ETA Valjoux 7750, connu pour sa robustesse et que l’on sent lui aussi vivre sur les montres de taille raisonnable. Il peut d’ailleurs être intéressant de noter que le NB24 se base sur l’architecture du 7750, mais avec tous ses composants fabriqués en interne chez Concepto.

calibre nb24 back

Au niveau des matériaux, il existe deux versions: le NB24 Titane, au boîtier en titane de grade 5, bien plus léger que l’acier tout en gardant une haute résistance aux chocs et autres intempéries, et le NB24 AeroCarbon, un carbone aéronautique à haute densité produit en France et encore deux fois plus léger que le titane. Celle que nous avons eu entre les mains pour ce test est la version titane, qui offre un rendu visuel proche d’un boîtier en acier avec des finitions alternant entre le brossé et le brillant.

Dans les deux cas, on retrouve des verres saphirs de part et d’autre du garde-temps. Un protégeant le cadran et un autre sur le fond de boîte, ce qui nous laisse admirer le calibre exclusif sous plusieurs angles différents. Le tout annonce une étanchéité à 100 mètres, pas de problème donc si vous avez l’habitude de garder votre montre au poignet pour aller faire quelques longueurs. Appréciable pour une montre sportive.

Un design cohérent

CODE41 NB24 3

La NB24 reste cohérente avec le reste des collections de CODE41 et adopte un design très engagé qui met la mécanique au centre du produit, notamment avec l’option d’un cadran squelette et l’utilisation de vis imposantes en plusieurs endroits. Pour cette pièce qui fait une référence directe au sport mécanique à proprement dit, le rendu industriel est encore plus engagé et certains détails m’ont même fait penser à un tableau de bord de voiture de course.

Avec un diamètre à 42 millimètres, identique par exemple à celui de leur ANOMALY-01, cette montre est imposante et loin de passer inaperçue. En épaisseur, elle mesure 13,7 millimètres. Elle ne pourra donc pas se glisser sous toutes les chemises.

Comme je l’avais évoqué il y a peu lors de notre test de la DAY41 en 37 millimètres,  42 millimètres pour une pièce si chargée au niveau design et graphique me semble un peu surdimenssionné au premier abord. Mais encore une fois, il s’agit d’un jugement personnel et de nombreux amateurs ne jurent que par des garde-temps au diamètre imposant. De plus, après l’avoir porté plusieurs jours, j’avoue avoir vraiment apprécié l’expérience et je me suis surpris à reconsidérer les “gros” diamètres.

En tout cas, cette montre sait se faire remarquer et fait d’après moi partie des pièces que l’on appelle “conversation starter“. Cela signifie qu’il y a de grandes chances pour que les gens que vous rencontriez fassent un commentaire sur ce que vous portez au poignet, qu’ils soient complètement étrangers à l’horlogerie, débutants dans le secteur ou amateurs confirmés.

On l’a expliqué, la masse oscillante de ce chronographe se trouve en périphérie du mouvement et n’est visible que du côté du cadran, en plus d’un disque rotatif à 3h indiquant les minutes du chronographe, et d’un deuxième à 9h indiquant les secondes classiques. Je trouve que cette façon d’indiquer les secondes qui passent est une réussite. Le disque rotatif visible dans sa quasi-totalité est en mouvement perpétuel, ce qui ajoute une dimension originale et agréable pour un cadran encore plus vivant. La date, elle, se lit dans un guichet à 6h.

À travers le fond de boite, on peut observer l’arrière du calibre sur lequel on découvre une pièce fixe imitant la forme d’une masse oscillante centrale classique. Cette partie semble bien être un clin d’oeil au cadran de la ANOMALY-01 qui était doté d’une pièce similaire.

Au niveau des couleurs, la marque a annoncé 4 variantes pour la version AeroCarbon et 4 de plus pour la version en titane, pour lesquelles vous aurez le choix entre de nombreux bracelets différents. Pour notre test, nous avons opté pour le bracelet en cuir de veau noir et aux coutures rouges avec boucle déployante. Un mariage sympa qui ajoute une touche de couleur, que l’on peut intensifier avec un rappel en optant pour la version aux aiguilles à l’extrémité rouge. L’option du bracelet en titane est certainement aussi une alternative intéressante qui changera en grande partie l’aura du garde-temps, mais avec un prix annoncé à 230€, on trouve cela un poil exagéré et on reste sur du cuir.

Un calibre exclusif

CODE41 NB24 fond 2

Pour revenir rapidement sur le calibre NB24 exclusivement développé pour l’occasion, il s’agit d’un mouvement de chronographe automatique doté de 35 rubis, battant à 28 800 alternances par heure et offrant 48 heures de réserve de marche. La marque indique une marge d’erreur entre -5 et +5 secondes par jour, ce qui représente une précision digne de calibres de Haute Horlogerie. En guise de comparaison, l’un des critères de certification “Chronomètre” par le COSC est une tolérance de -4 à +6 secondes par jour. On retrouve donc la même amplitude de 10 secondes de marge pour une certification reconnue entre autres pour ses hautes exigences.

Ce mouvement squeletté a bénéficié de différentes finitions sur ses différentes parties. On reconnait en certains endroits les célèbres Côtes de Genève, alternant avec des finitions brossées, mat, polies, etc.

CODE41 insiste également sur le fait que la complication de chronographe soit l’une des plus pointues du secteur et que les entreprises capables de les manufacturer de A à Z sont rares. Dans le cadre du label TTO appuyant sur la transparence des prix et des provenances, la marque assure que ce calibre suisse coûte 1 051 euros à produire, sur un coût de production total de la montre annoncé à 1 468€ . Pour en savoir et rentrer dans les détails de ces coûts, allez donc jeter un oeil à la page dédiée au NB24 sur leur site.

Notre avis sur le Chronographe CODE41 NB24

CODE41 NB24 chrono face 3

Depuis son lancement, CODE41 a un cap et s’y tient. À travers leurs différents modèles, les membres de l’équipe de cette marque lausannoise expriment leur propre vision de l’horlogerie moderne et s’inscrivent dans une volonté d’innovation à plusieurs niveaux. Le fait de se lancer dans des projets incluant des calibres exclusifs développés en collaboration  avec des acteurs suisses prouve leur volonté de s’orienter vers une image de spécialiste tout en se démarquant à leur manière du reste des acteurs du marché. L’aspect collaboratif de leurs projets continue de plaire et l’absence d’intermédiaires tout comme les efforts de transparence liés à leur label TTO permettent de créer des liens solides avec leur communauté.

Ce nouveau chronographe NB24 s’inscrit lui aussi parfaitement dans leur logique et respecte leurs engagements, tout en affirmant leur volonté de s’orienter vers des montres de qualité supérieure, différentes des autres et reconnaissables au premier coup d’oeil. Cette pièce en impose et l’assume clairement. Son aspect sportif industriel est original et ne fait pas dans la dentelle. Comme souvent chez CODE41, on adore, ou on déteste.

Les finitions du calibre, du boîtier et du mouvement sont travaillées mais restent modestes. On est loin de la précision, du charme et de l’authenticité des finitions des grandes maisons du secteur, mais cela reste tout à fait respectable et dans l’esprit de CODE41.

Quelque-soit la gamme de prix sur laquelle la marque se positionne avec ses différents modèles, elle met un point d’honneur à offrir des garde-temps au rapport qualité/prix intéressant. Comme évoqué, difficile de se prononcer pour l’instant sur la durabilité du calibre exclusif de chez Concepto, mais nous décidons de faire confiance au savoir-faire helvétique, surtout en sachant que l’architecture du NB24 est basée sur celle d’un grand classique qu’est le ETA 7750 et que plus de 80% de la valeur de la montre provient de Suisse.

 

 

Partager: