Atowak Cobra Avis : Une montre surprenante, peut-être un peu trop ?

atowak-cobra-test-avis-lecalibre

Ceux qui nous lisent régulièrement ont sûrement remarqué que nous aimons beaucoup découvrir de nouvelles marques de montres. On apprécie évidemment toujours les classiques, mais c’est parfois chez les nouveaux venus qu’il y a le plus de surprises.

Aujourd’hui, on vous présente la Atowak Cobra, une montre pour le moins originale, qui va forcément attiser votre curiosité. J’imagine qu’elle ne laissera personne indifférent tant son look est surprenant. À la rédaction, certains trouvent le concept super et d’autres sont un peu plus dubitatifs, mais tout le monde à envie de la voir de plus près !

Atowak Cobra : La Note !
  • Look
  • Conception
  • Polyvalence
  • Fonctionnalités
  • Rapport qualité/prix
3.7

Résumé

Avantages et inconvénients

Ce que j’ai aimé :

  • Belle conception avec des matériaux de qualité.
  • Un design très original
  • Un affichage à heure vagabonde qu’on prend plaisir à découvrir
  • Un mouvement sérieux
  • Une belle Superluminova
  • Une montre qui va plaire aux collectionneurs

Ce que j’ai moins aimé :

  • Très lourde avec son bracelet acier
  • Un look qui ne plaira pas à tout le monde

 

Atowak : Un jeune fabricant de montres très originales

test-cobra-heure-vagabonde

Atowak est une société basée à Hong-Kong. C’est une structure internationale qui regroupe différents passionnés d’horlogerie et designers, chinois, américains et brésiliens. La compagnie est très jeune, puisqu’elle a ouvert ses portes en 2020, avec un financement Kickstarter pour lancer sa première collection du nom de “Windows” une montre en forme de radio vintage.

Quelques mois plupart, vient la Ettore, une montre à heure vagabonde s’inspirant des supercars, toujours financée via Kickstarter.  (Nous vous en avions déjà parlé sur notre chaîne Youtube ici).

Désormais, le fabricant hongkongais dévoile la Cobra, elle aussi avec un système d’heure vagabonde, mais qui se passe du financement participatif.

montre-cobra-avis

Le nom d’Atowak signifie “Unique” dans le Code César. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Code César était un système de cryptage basique utilisé par Jules César pour transmettre des messages à ses généraux. C’est un chiffrement par décalage, on obtient le mot Atowak en décalant de 6 lettres, les lettres du mot Unique. Si on fait la même chose pour Le Calibre, on obtient « Rk Igrohxk », c’est déjà moins stylé ?.

Atowak Cobra : Un design très original

montre-serpent-cobra

Lorsqu’on déchiffre le mot Atowak, on comprend assez rapidement l’ambition des designers de la marque. Leur objectif est de créer des montres uniques, qui sortent vraiment de l’ordinaire. Qu’on aime ou qu’on n’aime pas cette Cobra, il faut bien avouer qu’elle se démarque par son originalité.

Son boitier est en forme de tête de cobra, très anguleux, avec une partie du cadran couvert. Il est composé d’acier 316L et de fibre de carbone, avec une partie texturée couvrant la partie supérieure de la montre et rappelant la peau du serpent.

montre-forme-serpent

C’est un gros boitier de 50 mm de long pour 43 mm de large et surtout une belle épaisseur de 16.2 mm. Son poids est également conséquent avec 92 g sans le bracelet, 115 g avec le bracelet cuir et 210 g avec le bracelet acier. Ça commence à faire lourd…

atowak-cobra-avis

Les deux fenêtres donnant accès au cadran et à la lecture de l’heure sont en verre saphir, robustes et résistantes aux rayures. C’était indispensable vu leur positionnement, elles ne sont clairement pas à l’abri à des chocs.

ak-cobra-couronne

Enfin, on note que la couronne est positionnée sur le haut du cadran, derrière la tête du cobra. Ce n’est pas le positionnement le plus pratique, mais c’est sans aucun doute le meilleur choix pour conserver un meilleur équilibre et un design symétrique.

Un cadran à heure vagabonde

avis-atowak-cobra

Le cadran est très orignal, tout comme le type d’affichage. On parle ici d’heure vagabonde. Ce n’est pas une innovation, puisque le premier exemple d’un tel affichage remonte au 17e siècle et que plusieurs horlogers, comme Audemars Piguet ou plus récemment Urwerk ont proposé des affichages de ce type. Ça reste cependant assez rare, surtout dans un boitier si moderne.

Il y a donc trois aiguilles qui pivotent sur elles-mêmes, qui ont 4 faces, chacune indiquant une heure. L’aiguille se déplace sur un arc de 120° au bas du cadran, qui regroupe les index des minutes. Dès qu’une aiguille arrive au bout des index à la 60e minute, une autre apparait au début, à la 1ère minute.

atowak-montre-cobra

Chaque aiguille est munie d’une pointe très affiliée, probablement pour rappeler les crocs du cobra. Les index et les numéros arabes sur les aiguilles sont couverts de Superluminova, pour une lisibilité efficace dans le noir.

La montre Atowak Cobra se décline en 3 versions :

  • Steel Silver : Un boitier et un bracelet acier brillant, des index blancs le jour, puis bleu dans le noir.
  • Carbon Black : Un boitier et un bracelet acier noir, des index orange le jour, puis jaune et bleu la nuit
  • Desert Brown : un boitier et un bracelet acier anthracite, des index couleur sable le jour, puis vert la nuit.

On note que toutes les montres sont également fournies avec un bracelet en cuir et un autre en acier.

Vous pouvez-vous les procurer sur le site de la marque.

Un mouvement japonais

atowak-cobra-fond-de-boite

L’Atowak Cobra est animée par un mouvement Miyota 9039 modifié. C’est un calibre automatique précis et fiable, avec une marge de décalage entre 10 et 30 secondes par jour. Il offre une réserve de marche satisfaisante de 38 h. Le réglage de l’heure est simple et surtout très satisfaisant sur ce cadran. Ça permet de voir en accéléré comment se déplace le mécanisme de cette heure vagabonde et c’est vraiment sympa.

cobra-montre-epaisseur

Caractéristiques techniques

  • Mouvement : Miyota 9039 modifié
  • Réserve de marche : 38 heures
  • Boîtier : Acier 316L et fibre de carbone
  • Verre : Saphir
  • Dimensions boitier : 50mm de long pour 43 mm de large
  • Épaisseur : 16.5 mm
  • Poids : 92 g (boitier seul)
  • Étanchéité : 3 ATM
  • Bracelet : Acier / Cuir
  • Prix : $2,000

Atowak Cobra : Mon avis !

atowak-cobra-test-avis

Ce Cobra ne plaira pas à tout le monde. C’est une montre qui sera dure à porter tous les jours et qui coûte tout de même presque 2000€, mais dans une collection, elle peut devenir une pièce redoutable avec son design et son affichage de l’heure original !

Quoi qu’il en soit, il y a un véritable travail esthétique. La conception est soignée, les finitions sont très sympas et c’est une montre qu’on prend plaisir à découvrir et à manipuler. On s’habitue finalement assez vite à la lecture de l’heure sur ce cadran et la Superluminova est efficace.

Atowak continue donc à produire un travail intéressant. Les montres du fabricant hongkongais font parler et c’est probablement l’essentiel. Je n’ai aucun mal à croire que la Cobra puisse trouver son public, c’est une belle pièce, qui ne laisse personne indifférent !

Dernière modification de l’article le 10/12/2022

Atowak Cobra : La Note !
  • Look
  • Conception
  • Polyvalence
  • Fonctionnalités
  • Rapport qualité/prix
3.7

Résumé

Avantages et inconvénients

Ce que j’ai aimé :

  • Belle conception avec des matériaux de qualité.
  • Un design très original
  • Un affichage à heure vagabonde qu’on prend plaisir à découvrir
  • Un mouvement sérieux
  • Une belle Superluminova
  • Une montre qui va plaire aux collectionneurs

Ce que j’ai moins aimé :

  • Très lourde avec son bracelet acier
  • Un look qui ne plaira pas à tout le monde

 

Mathieu

Depuis que mon grand-père m’a un jour ouvert sa Rolex Oyster Perpetual pour m’expliquer comment une montre pouvait fonctionner sans pile en créant elle-même sa propre énergie, je me suis fasciné pour les montres et leurs complications. Je devais avoir environ 18 ans et encore aujourd’hui, je trouve l’ingénierie toujours aussi intéressante.

Partager:
Written by Mathieu
Depuis que mon grand-père m'a un jour ouvert sa Rolex Oyster Perpetual pour m'expliquer comment une montre pouvait fonctionner sans pile en créant elle-même sa propre énergie, je me suis fasciné pour les montres et leurs complications. Je devais avoir environ 18 ans et encore aujourd'hui, je trouve l'ingénierie toujours aussi intéressante.