Comment reconnaître une mauvaise montre ? (5 points à regarder !)

reconnaitre-une-mauvaise-montre

Dans l’océan de marques horlogères que représente le marché actuel, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver, surtout en tant que néophyte. Alors comment reconnaître une montre au mauvais rapport qualité/prix lorsqu’on commence dans l’horlogerie ? En d’autres termes, quels sont les indices qui doivent nous mettre la puce à l’oreille indiquant qu’une montre est vendue plus chère que ce qu’elle ne vaut ?

Dès que l’on sort des grandes maisons horlogères bien connues, on peut assez facilement se laisser avoir par un bon marketing ou des arguments de vente bien présentés et donc faire de mauvais choix en achetant des montres beaucoup trop chères par rapport à leur valeur réelle. Cela nous est probablement déjà tous arrivé d’acheter une montre et de regretter quelques semaines après en se disant que nous l’avons probablement surpayée. C’est pourquoi aujourd’hui, on vous donne plusieurs points à vérifier afin que vous puissiez acheter en prenant de meilleures décisions.

Pour ce faire, il faudra faire attention à 5 points principaux que l’on va développer ici.

Attention quand même, si une montre qui vous intéresse semble présenter une voire deux des caractéristiques que l’on va découvrir ensemble, cela ne veut pas dire qu’elle est forcément à éviter. En revanche, plus elle présentera de points sensibles et plus il y aura de chances pour que la pièce soit à ranger dans les rapport qualité prix discutables.

Comme toujours, on vous rappelle que le plus important,  c’est que votre montre vous plaise. Les choix horlogers ne répondent pas à des logiques concrètes et ne doivent pas être motivés uniquement par des questions de rapport qualité prix. Une montre, c’est avant tout un achat de plaisir et il est important d’après nous que le processus d’achat en fasse partie… tant que vous faites votre choix en toute connaissance de cause et en étant informé au mieux.

1: Le look et le design

mauvaise-montre-design-207153

Le premier point important à étudier sur une montre, c’est son design.

Premièrement, un design trop simpliste ou sans visible effort de réflexion cache souvent une montre de basse qualité. Lorsqu’une entreprise ne prend pas le temps ou l’énergie de faire travailler des équipes sur le design d’un garde-temps, on peut logiquement s’attendre à ce qu’il y ait aussi peu de budget dans le reste.

Il convient en revanche de faire la différence entre une absence de travail de design d’une part et un design travaillé et volontairement épuré d’autre part. Dans le premier cas, une montre n’a pas besoin de surcharger son design pour qu’il soit efficace et inversement, un design compliqué peut très rapidement devenir vulgaire, avec un rendu bas de gamme.

Pour illustrer ce propos on peut prendre l’exemple d’une Nomos Tangente 101,  une pièce ronde en acier de 35 millimètres de diamètre. Le boîtier est en acier finement poli et la couronne logotée offre un rendu sérieux. Son cadran plaqué argent blanc est galvanisé, un procédé consistant à immerger un métal dans un bain de zinc en fusion. Cela offre ici un rendu minimaliste du plus bel effet. On trouve une petite-seconde en profondeur à 6h dans un sous-cadran guilloché avec soin et des heures joliment peintes alternant entre les index bâtons et les chiffres arabes à la police travaillée, ainsi que des aiguilles bleuies dans les règles de l’art. Ce design sans fioriture inspire le classicisme, la modestie, le savoir-faire et l’élégance du style Bauhaus.

En parallèle, si l’on se penche sur une Daniel Wellington Classic Roselsyn, on découvre également une pièce ronde basique mais cette fois-ci avec un cadran blanc mat sans finition particulière, des aiguilles en acier au rendu bas de gamme, un boîtier poli à la chaîne, des index en applique toutes les 5 minutes et une couronne bombée polie standard.

nomos-vs-daniel-wellington.jpg

Daniel Wellington Classic Roselyn VS Nomos Tangente 101

On est donc en présence de deux exemples de design qui misent sur la sobriété, le premier avec élégance et savoir-faire qui permet de lui donner sa propre identité, le second avec négligence et techniques bon-marché que l’on pourrait retrouver dans le catalogue d’une usine ou de montres publicitaires.

Le design est un secteur complexe qui requiert des études sérieuses, des phases de recherche importantes et des compétences profondes, notamment en termes de calculs, de cohérence et d’équilibre. Certaines entreprises décident donc de réduire leurs coûts en commandant des montres toutes prêtes dans des usines qui les fabriquent à la chaîne et se contentent d’ajouter leur nom ou leur logo sur le cadran.

Mais le design est aussi une question de point de vue et les goûts et les couleurs ne se discutent pas. C’est pourquoi il peut parfois être difficile de faire la différence entre un design simple, original et efficace, et un design fait à la va vite, sans savoir-faire ni réflexion.

Les finitions

On inclut également dans cet aspect de look des questions de finitions. L’horlogerie étant entre autres une industrie basée sur la précision, des fautes visibles en termes de finitions sont considérées comme des points rédhibitoires pour des montres chères. Une impression mal centrée, une vis mal positionnée, une surface mal polie ou autres, tous ces points doivent vous faire vous poser de sérieuses questions à propos de la montre voire de la marque dans son ensemble.

Si possible, munissez-vous d’une loupe pour étudier la montre en détail. Michel de la rédaction avait par exemple, lors du test de la Spinnaker Bradner, descellé un petit défaut invisible à l’oeil nu sur la lunette intérieur. Pour une montre qui est vendue entre 300 et 350 euros, ce n’est pas un gros problème en soi. En revanche si l’anomalie était visible à l’oeil nu ou pire encore, si vous descellez ce genre d’anomalie à la loupe sur des montres au dessus de 1,000 euros, alors méfiance, ça n’indique souvent rien de bon pour le reste!

Spinnaker detail petit defaut lunette interieure

Il est possible et relativement peu coûteux de proposer des finitions simples mais de bonne facture, que ce soit en termes de gravure, d’anglage, de précision et j’en passe. C’est pourquoi certaines maisons qui veulent garder des coûts de production et un prix de vente en dessous d’un certain seuil décident de se concentrer sur des finitions simples mais bien exécutées, plutôt que de se risquer à des finitions complexes mais bâclées pour limiter les coûts. Ce genre de décision prouve d’après nous un minimum de respect pour le consommateur et une volonté de proposer un produit à la hauteur des attentes.

Invicta Sea Vulture Men 35033

Des finitions bâclées sont donc pour nous une preuve de manque d’intérêt qui doit faire réagir.  Si l’on prend l’exemple d’une  Invicta Sea Vulture Men 35033, on est en présence d’une pièce en acier finition noire mat avec une lunette ayant subit des finitions grossières, ainsi qu’un cadran mariant plusieurs textures au rendu clairement bon marché. Le tout dans une montre à quartz au prix catalogue de 1095 dollars ? D’après nous, c’est presque une honte.

2: Les caractéristiques techniques

Les caractéristiques techniques d’une montre font évidemment partie des points à prendre en compte au moment de l’achat. D’une manière générale, si les caractéristiques sont floues, difficilement compréhensibles voire absentes de la fiche technique, c’est mauvais signe.

Le mouvement

Cela inclut toutes les informations à propos du mouvement. Si même en cherchant vous ne trouvez aucune information sur le calibre emboîté dans la montre, cela signifie que la marque ne s’intéresse pas à la partie mécanique de l’objet et donc pas forcément à des passionnés. Et si ils ne s’adressent pas à des passionnés, c’est qu’ils savent bien que ces derniers n’achèterons jamais leurs produits.

Avant de rentrer dans les détails, rappelons rapidement la raison de l’opposition du mouvement à quartz et du mouvement mécanique ou automatique.

De manière générale, les mouvements à quartz, entraînés par des piles, sont bien plus économiques à fabriquer que les mouvement mécaniques et automatiques.

C’est entre autres pour cela que les montres d’entrée de gamme sont principalement à quartz. Cela ne veut pas dire qu’il s’agit là de mauvaises montres. Le quartz est une technologie différente, souvent considérée comme moins noble que le mouvement mécanique, mais il est également indéniablement plus précis et à d’autres avantages. Aujourd’hui, on ne compare pas les deux technologies et on rappelle aussi qu’il existe des quartz de luxe comme des mouvements mécaniques de mauvaise qualité. On se penche seulement sur les points qui font qu’une montre devient trop chère pour ce qu’elle est.

Revenons donc sur la fiche technique de la montre. Si les seules informations que partage la marque sur le sujet sont des indications telles que “Mouvement à Quartz”, “Mouvement automatique” ou autres, là aussi on tente certainement de vous cacher la provenance douteuse du calibre, souvent de provenance d’usines asiatiques qui proposent parfois des clones de calibres de grandes marques en cherchant les prix les plus bas et donc avec une qualité bien inférieure.

Une technique de duperie qui revient souvent est de dire “Mouvement à Quartz Japonais” car le Japon est un pays réputé dans l’horlogerie à l’instar de la Suisse. Certains seront issus de ces mêmes usines. D’autres probablement de chez Miyota, leurs calibres sont de bonne facture, simples à ajuster, à entretenir et à utiliser. Mais méfiance, ils proposent aussi des mouvements quartz à 4$ comme le M2025. Celui qu’utilise Daniel Wellington, le 1L22 coute environ 10$. À presque 200€ la montre, vous pouvez vous dire que ce n’est peut être pas le meilleur plan…

 

Le bracelet

orient-mako-kamasu-bracelet

La mauvaise qualité des finitions peut également se faire sentir sur le bracelet de la montre. Tout d’abord, la nature du bracelet donne une indication sur le prix. De manière générale, un bracelet en tissu sera moins cher qu’un bracelet en cuir, qui sera lui-même moins cher qu’un bracelet en acier ou en un autre métal. Il en va de même avec les différents mouvements entraînant les montres et les différents matériaux utilisés, mais nous y reviendrons plus tard.

Que le bracelet soit en tissu, en acier, en cuir en caoutchouc ou autres matériaux, penchez vous sur sa qualité et sur ses finitions. Si vous avez la montre neuve entre les mains et que vous remarquez une fermeture ou une ouverture de boucle hasardeuse, des maillons mal alignés, des coutures non régulières, des défauts de fabrication plus ou moins visibles ou d’autres détails qui attirent l’oeil, ce n’est pas bon signe.

Mais nous reparlerons des bracelets plus tard en vous indiquant comment reconnaitre un bracelet de qualité, mais pour le moment, un peu de technique.

 

Les complications et autres détails

fonction-inutile

Autre point à vérifier dans les caractéristiques techniques : les complications et leur cohérence. Si une montre est indiquée comme montre de plongée mais annonce une étanchéité de 3 ou 5 ATM, c’est qu’il y a anguille sous roche. Même constat pour une montre type GMT qui présente un insert de lunette gradué sur 24h, mais qui ne possède que 3 aiguilles classiques. S’il s’agit d’une pratique qui peut éventuellement se défendre pour les mod, elle est inacceptable sur des pièces de série. Dans la même veine, certaines pièces ressemblent à des chronographes mais n’en sont pas, pourtant on peut y voir une échelle tachymétrique, qui est donc inutile sans le chronographe. Une marque sérieuse n’irait jamais rajouter des informations relatives à une complication sans y ajouter cette dernière.

montre-gmt-impossible

Pensez également à vérifier que la fiche produit possède des détails comme l’épaisseur du boîtier, l’entre-corne, ou autres. Ces informations sont importantes pour les initiés de l’horlogerie. Une fois encore, si vous ne les trouvez pas, cela peut vouloir dire que la marque préfère s’adresser aux non-initiés probablement plus crédules.

Attention aussi aux informations floues de la fiche produit. Par exemple sur quelques Invicta, on peut voir des termes très louches comme “Type de cristal : Flame Fusion”. Est-ce que quelqu’un sait de quoi il s’agit ?

D’après Invicta qui a déposé ce nom en 2008, il s’agirait d’un verre qui allie les avantages du verre saphir et ceux du verre minéral. Il arrive que des marques bien connues déposent des noms comme le Sedna gold de Omega, l’Oystersteel de Rolex ou encore le Lumibrite de Seiko. Connaissant un peu Invicta, je pense plutôt que c’est de la poudre aux yeux.

Méfiez-vous également des discours des marques. Beaucoup ont un manque total de modestie, une fausse confiance en soit appuyée par des vidéos mensongères et une volonté de faire passer des produits pour ce qu’ils ne sont pas.

Par exemple, le concept de “luxe accessible” qui a vu le jour il y a quelques années. Il peut y avoir des entrées de gamme dans le luxe comme par exemple avec des marques comme Cartier ou Tudor, mais ce sont souvent des marques dont la réputation n’est plus à faire. Méfiez vous de celles dont vous n’avez jamais entendu parler et ce encore plus lorsque ces dernières affichent des réductions de 40% voire plus !

 

3: les matériaux

ceramique-matiere

Les matériaux sont également un point important à prendre en compte.

Le boîtier

Concernant le boîtier, la majorité des montres d’entrée de gamme est proposée en différentes matières plastiques ou en acier inoxydable. Cependant l’acier inoxydable est également utilisé sur des montres de moyenne gamme, mais aussi de haut de gamme voire de Haute Horlogerie. On ne peut donc pas se fier uniquement au nom du matériau pour définir la qualité d’une montre.

L’utilisation de  la céramique, du titane, de l’or ou d’autres matériaux plus ou moins précieux et techniques indique en revanche que la marque fait très certainement des efforts et peut être considérée comme un point positif dans la plupart des cas.

 

Le verre de montre

types-de-verres

concernant le verre, les trois types de verre principaux, si on oublie le Flame Fusion :), sont le verre plastique que l’on appelle acrylique ou plexiglas et qui est le moins cher à produire, le verre minéral qui est le plus courant, et le verre saphir qui est le plus résistant aux rayures et le plus cher à fabriquer. En revanche, il est intéressant de noter que des verres acryliques se retrouvent aussi sur des montres haut de gamme. C’est le cas par exemple du verre en Hésalite, un dérivé de plastique propre à Omega, qui est proposé sur certaines Speedmaster pour des raisons techniques en rapport avec le fait que ces montres soient homologuées pour aller dans l’espace.

Beaucoup d’amateurs de vintage aiment le plexiglas car il est léger, très résistant aux chocs, se poli facilement en cas de rayures et donne lieu à moins de reflets que les autres verres.

En plus de la nature du verre, intéressez-vous à sa forme. les verres les plus basiques et les moins chers sont le plus souvent plats et donc plus faciles à produire. Si la montre qui vous intéresse est équipée d’un verre bombé, cela prouve que la maison a fait un effort sur ce point et c’est donc plutôt bon signe.

Si vous voulez en savoir plus sur les différents types de verres, rendez-vous sur notre article sur le sujet.

Le bracelet

nautilus croco

Concernant le bracelet, les matériaux sont aussi important. Pour le cuir, il peut être difficile de reconnaître une bonne d’une mauvaise qualité, mais vous pouvez noter que l’appellation “Genuine Leather” qui se traduit littéralement par “Cuir Véritable” est plus une une preuve d’un cuir d’entrée de gamme qu’un gage de qualité. Cette terminologie veut encore une fois volontairement induire le client en erreur. Renseignez-vous donc dans la mesure du possible sur la qualité du cuir utilisé et sa provenance.

Attention, certaines montres au bon rapport qualité prix sont tout de même vendues sur des cuirs d’entrée de gamme. Il ne s’agit pas d’un point absolument éliminatoire, mais il doit rentrer dans le processus de réflexion, surtout s’il se cumule avec les autres points évoqués. Un cuir trop souple sera souvent signe de mauvaise qualité.

La qualité des bracelets en tissu ou en métal doit aussi être prise en compte, que ce soit en termes de coupe ou de toucher.

4: Le toucher de la montre

En parlant du toucher, maintenant que l’on a regardé son look, ses caractéristiques techniques et ses matériaux, il faudrait peut être songer à “prendre la montre en main” et à la manipuler si cela est possible. Certes il faut avoir l’habitude de manipuler des montres mais vous pouvez obtenir de nombreuses informations juste en jouant un peu avec.

Pour ma part, je regarde principalement :

  • La sensation au remontage (pour une montre mécanique)

Si la couronne fait des accros ou des acoups, si elle se bloque ou si son bruit n’est pas constant, il y a un problème.

  • La sensation lorsque l’on fait tourner les aiguilles

Des aiguilles non-fluides ou qui ont un jeu visible lorsque l’on met la montre à l’heure sont des signes dont il faut se méfier.

  • La sensation lorsque l’on appuie sur les poussoirs

Notamment sur les chronographes, si le bouton saute, a du jeu, bloque ou offre une sensation différente d’une pression à l’autre, ce n’est pas bon signe.

  • Le bruit

Portez une attention particulière au bruit que peut faire une lunette rotative, une couronne lorsqu’elle est actionnée, une pompe ou un maillon de bracelet plié, un mouvement au autre. Un doux bruit clair et fluide est acceptable et peut même être le fruit d’une volonté de la maison, alors qu’un bruit de grincement, de frottement, de pièce qui bouge ou tout autre bruit suspect ne doit pas être sous-estimé.

  • La précision

Regardez si vous avez un “stop second” qui arrête la trotteuse lorsque la couronne est en position 1. Aujourd’hui, pour une montre mécanique au dessus de 350€, il est presque “normal” d’en avoir un. Si ce n’est pas le cas, alors re-vérifiez la provenance du mouvement.

Après avoir réglé l’heure, observez aussi le comportement des aiguilles lorsque l’on replace la couronne dans la position initiale. C’est souvent l’aiguille des minutes qui risque de bouger. S’il faut régler la montre en retard ou en avance pour prévoir un déplacement d’une ou plusieurs minutes au moment de replacer la couronne, le mouvement est certainement de basse qualité.

Le passage de date peut lui aussi vous donner une idée concernant le mouvement. Sur une montre moderne, si le passage est lent et s’étend entre 21h et 3h du matin, alors c’est aussi un signe que le mouvement est d’entrée de gamme. Au dessus de 500€, j’estime que la date doit être changée en moins de 20 minutes.

 

5: Si vous avez un doute… pour aller plus loin

recherches-pour-aller-plus-loin

Jusqu’ici, nous ne vous avons donné que des techniques qui permettent de déceler rapidement une montre trop chère par rapport à son prix, que ce soit par son look, sa fiche technique ou en la maniant. Si vous avez encore un doute et que vous voulez plus loin, il est temps de se lancer dans des recherches.

L’histoire de la marque

Dans un aspect marketing et communication, on peut se pencher sur la marque et son histoire. S’il s’agit d’une maison horlogère connue, vous devriez rapidement avoir accès à des informations en ligne sur sa genèse, sur ses créateurs, sur ses lieux de production, sur des expertises, sur son positionnement etc.

S’il s’agit d’une marque qui est connue de prime abord pour autre chose que de l’horlogerie, méfiez vous. Cela n’est pas obligatoirement un point rédhibitoire car il existe des exceptions encore une fois, mais cela doit tout de même nous pousser à faire plus de recherches. Il existe par exemple de nombreuses marques de prêt-à-porter qui ont décidé d’ajouter des montres à leur catalogue, simplement pour étoffer leur choix d’accessoires. Dans de très nombreux cas, ces montres sont commandées à des usines qui ajoutent simplement un logo à un design qu’ils rendent plus ou moins unique en changeant une couleur ou autres, et sont mises en vente à des prix bien au-dessus de leur valeur simplement en profitant de l’image de marque.

En horlogerie, la notion de temps et d’héritage est très importante pour une marque. Ce sera donc toujours rassurant de voir des marques qui existent depuis longtemps. Dans la mesure du possible, vérifiez la cohérence, la crédibilité et la véracité des histoires racontées par les sites, renseignez-vous par l’intermédiaire de différentes sources sur les créateurs, sur leurs pratiques et sur ce qu’ils défendent réellement.

Cependant, il faut aussi éviter de tomber dans la paranoïa. Il peut y avoir de jeunes micro-brand très sérieuses qui viennent de se lancer et l’ancienneté n’est pas toujours gage de qualité. De plus, attention aux entrepreneurs qui rachètent des anciens noms de marques qui ont disparues pour les relancer et profiter de leur passé. Certains le font dans les règles de l’art comme Nivada, mais pour d’autres c’est tout le contraire. On peut citer par exemple Louis Cottier, ancien horloger à qui on a récupéré le nom alors que visiblement même les descendants disent n’avoir jamais donné leurs accord.

Les avis sur internet

Prenez également le temps d’aller lire les retours clients qui sont par exemple très facilement accessibles sur les sites marchands ou encore sur les réseaux sociaux. Des problèmes de fiabilité récurrents, de nombreux retards de livraison, de promesses non-tenues et autres sont des commentaires qui doivent vous faire réfléchir et vous faire vous demander si le jeu en vaut la chandelle. N’hésitez pas à échanger et demander des avis à d’autres passionnés. On rappel au passage que nous avons aussi un Discord si vous voulez des avis.

Le lieu de vente

Renseignez vous sur les différents points de vente qui proposent la montre. Si une boutique horlogère de renom fait partie des distributeurs de la marque, c’est un bon signe. Si en revanche elle ne se trouve que dans des magasins de prêt-à-porter, des boutiques de gadgets ou sur des présentoirs tournant dans les duty-free, prenez le temps de faire d’autres recherches.

Conclusion

Pour résumer, notre conseil principal avant de vous offrir une montre serait de faire vos devoirs. Quelques recherches et une vraie attention aux détails vous en apprendront beaucoup sur une montre, une collection ou une marque. Encore une fois, l’important est que votre montre vous plaise et que vous l’achetiez en ayant toutes les cartes en main. Alors ne vous laissez pas berner par de bons communicants et de belles promesses, mais faites vous plaisir à votre rythme avec vos moyens et vos goûts sans trop vous soucier de ce que pensent les autres. Après tout, c’est bien vous qui allez la porter, cette montre !

Enfin n’hésitez pas à consulter nos sélections pour être sûr de ne pas faire de faux pas.

 

Partager:
Written by Theophile
Theo - LeCalibre.com. "En horlogerie, la complication n'est jamais loin..."