Tudor Black Bay 54 : renaissance de la légendaire 7922 des années 50 !

tudor-black-bay-54-test-avis

Comme toutes les années durant les Watches and Wonders, Tudor dévoile un nouveau modèle dans l’une des lignes de sa gamme. C’était le cas aux Watches and Wonders 2022 avec la Tudor Black Bay Pro, c’est de nouveau le cas en 2023 avec la renaissance d’une Black Bay de 1954 à travers cette Black Bay 54 qui vient donc s’ajouter à la collection Black Bay déjà existante.

Tudor nous a habitué au fait de proposer des garde-temps “vintage inspired” pensés directement à l’aide de modèles historiques de la marque fille de Rolex. En effet, chaque garde-temps de la ligne Black Bay est inspiré des premières montres de plongée de la maison horlogère Tudor. De l’esthétique aux caractéristiques techniques en passant par les proportions et les détails, chaque Tudor Black Bay prend source directement dans une plongeuse Tudor qui a marqué l’histoire.

D’ailleurs, cette Tudor ne déroge pas à la règle car nous allons le voir, elle reprend tous les codes de la Tudor Black Bay référence 7922 de 1954. Oui, tous les codes, même jusqu’au nom du modèle dont le “54” vient bien évidemment de l’année 1954.

 

Tudor Black Bay 54 & la référence 7922 de 1954 : retour vers le passé

tudor-black-bay-54-snowflake

Il faut remonter en 1954 pour comprendre les origines de cette nouvelle Black Bay 54 présentée aux Watches and Wonders 2023 avec la référence historique 7922.

Comme nous l’avons dit, tout l’esprit de la ligne Black Bay se doit d’être ancré dans l’histoire la marque. Tudor réitère la tradition avec cette Black Bay 54 toute fraîche qui est probablement le modèle de la collection Black Bay le plus proche de la pièce historique dont il s’inspire.

tudor-7922

La Tudor 7922 sortie en 1954. Crédit romainrea.com

La Tudor de 1954 dont est tirée cette BB54 portait en réalité le nom d’Oyster Prince Submariner référence 7922, elle fût la toute première montre de plongée produite par la marque. À cette époque, cette référence 7922 était l’une des rares montres de plongée modernes à être disponible sur le marché. Tout de suite, elle a su prouver sa robustesse, sa fiabilité et sa précision puisqu’elle a été adoptée par une poignée de plongeurs professionnels ainsi que par les Marines françaises et américaines.

Cette Oyster Prince Submariner de 1954 disposait d’une couronne vissée appelée “petite couronne” du fait de ses proportions. Malheureusement en 1954, le fameux triangle rouge de la maison Tudor ne se trouvait pas encore sur la lunette tournante à 12h… Quelques années plus tard, ce détail rouge deviendra en quelque sorte la signature de la marque.

tudor-black-bay-54-boitier-cadran

Petit point important sur la Tudor référence 7922 : elle possédait une aiguille des heures de type “Mercedes” typique des premières montres de plongée de la marque fille de Rolex où à l’époque, les pièces utilisées sortaient directement des usines de la marque à la couronne. Le logo était aussi à l’époque celui de la rose de Tudor (voir photo au dessus).

Vous l’aurez compris, cette nouvelle Black Bay 54 reprend l’identité visuelle de la légendaire Oyster Prince Submariner de 1954. Voici donc un liste des éléments distinctifs de la référence 7922 que l’on retrouve sur cette réédition :

  • Les proportions générales du garde-temps de plongée.
  • Un boîtier de 37 millimètres de diamètre en acier inoxydable.
  • Une lunette unidirectionnelle en acier inoxydable graduée pour 60 minutes ne possédant pas de graduation à la minute.
  • La “petite couronne”.
  • L’aiguille des minutes est biseautée à sa base.
  • L’aiguille des secondes centrale de type “lollipop”.
  • Des détails dorés sur le cadran.
  • Le bracelet en acier inoxydable à 3 maillons style “riveté”.

Toutefois, même si la Black Bay 54 reprend certains codes esthétiques et techniques de l’historique Tudor référence 7922, elle n’en reste pas moins une adaptation remise au goût du jour. Nous allons voir de suite que cette BB54 transmet tout le savoir-faire horloger moderne de la marque au bouclier, tant d’un point de vue esthétique que technique.

Tudor Black Bay 54 : Réinterprétation moderne de la Oyster Prince Submariner 7922

avis-tudor-black-bay-54

Les montres de la ligne Black Bay dont la nouvelle Tudor Black Bay 54 fait partie proposent toutes des designs tout droit sortis des années 50 où les premières plongeuses Tudor on fait leur apparition.

Sur cette Black Bay 54 fraîchement dévoilée, on retrouve bien évidemment la célèbre aiguille des heures surnommée “Snowflake” qui est apparue pour la première fois sur un garde-temps de la marque en 1969. Finalement, l’identité de la marque est parfaitement retranscrite en proposant une montre au style néo-vintage, inspirée du passé, mais bel et bien ancrée dans le présent.

  1. Des codes esthétiques emblématiques de Tudor : Cette Tudor Black Bay 54 honore à la perfection l’identité visuelle de la marque. C’est notamment le cas grâce à l’aiguille des heures “Snowflake” ou bien grâce au cadran noir satiné-soleillé légèrement bombé avec des détails dorés.
  2. Un calibre Manufacture Tudor MT5400 de compétition : moteur de cette BB54, le Calibre Manufacture MT5400 possède une mécanique de pointe. Ses finitions sont dignes de la Manufacture Tudor avec son rotor en tungstène monobloc ajouré et satiné, des détails sablés, des surfaces polies et des décorations faites au laser. Grâce à sa nouvelle Manufacture du Locle terminée en 2021, Tudor propose un calibre extrêmement robuste et précis en affichant une tolérance de 6 secondes (-2/+4) après avoir été testé lorsque la montre est assemblée. De plus, le mouvement manufacture MT5400 possède une réserve de marche d’environ 70h, la montre est donc “weekendproof” : on peut poser sa montre le vendredi soir et la récupérer le lundi matin sans avoir à la remonter.
  3. Un bracelet T-fit  : deux types de bracelets sont proposés avec cette Tudor Black Bay 54, un bracelet en acier et un bracelet en caoutchouc. Pour l’option bracelet acier, il est entièrement satiné, style riveté pour un côté résolument vintage et possède trois maillons. On apprécie le fermoir équipé du système d’ajustage rapide de Tudor : Le “T-fit”. Ainsi, vous aurez la possibilité d’ajuster la longueur de votre bracelet en une fraction de seconde, sans un seul outil. Concernant l’option bracelet caoutchouc noir, la Tudor Black Bay 54 propose trois tailles différentes, toutes équipées du fermoir Tudor “Tfit”. La petite cerise sur le gâteau : vous pouvez demander à faire couper votre bracelet en caoutchouc Tudor afin qu’il soit parfaitement à votre taille ! On aime aussi le détail du motif “Snowflake” présent à l’intérieur du bracelet caoutchouc spécialement pour cette BB54, assurant ainsi une meilleure ergonomie et une meilleure tenue.

Tudor Black Bay 54 : La fiche technique

bracelet-t-fit

L’équipe de Le Calibre vous a condensé les différentes caractéristiques de cette nouvelle Black Bay 54 présentée par Tudor sous forme de fiche technique. La voici !

Les différentes références & leur prix

  • M79000N-0001 sur bracelet acier au prix de 3,780€ ou CHF 3650.
  • M79000N-0002 sur bracelet caoutchouc au prix de 3,570€ ou CHF 3450

Le boîtier

  • Boîtier en acier inoxydable de 37 millimètres de diamètre alliant des finitions polies et satinées. Épaisseur de 11,25 millimètres, corne à corne de 46 millimètres.
  • Lunette tournante unidirectionnelle graduée 60 minutes (sans graduations des minutes) en acier inoxydable avec insert en aluminium.
  • Couronne en acier inoxydable vissée ornée de la rose Tudor en relief.
  • Fond de boîte vissé.

Le cadran

  • Cadran noir satiné-soleil légèrement bombé & détails dorés.
  • Aiguilles “Snowflake” recouvertes de matière luminescente Swiss Super-Luminova Grade A.
  • Glace saphir bombée pour le côté vintage.

Le calibre et les fonctionnalités

  • Mouvement : Calibre Manufacture MT5400 mécanique à remontage automatique bidirectionnel par le rotor produit par Kenissi.
  • Certification : COSC, calibre officiellement certifié chronomètre suisse par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres. Tolérance de 6 secondes par jour (-2/+4), une fois la montre assemblée.
  • Fonctions : Aiguille des heures, minutes et secondes au centre avec dispositif stop seconde pour une mise à l’heure précise.
  • Réserve de marche : environ 70h, le garde-temps est donc “weekendproof”.
  • Oscillateur : balancier à inertie variable, microréglage par vis, spiral amagnétique en silicium et fréquence de vibration de 28,8000 alternances par heure (4Hz).
  • Empierrage : 27 pierres.

Le bracelet

  • 1ère option de bracelet : acier inoxydable à trois maillons “style riveté” avec finition polie et satinée, équipé du fermoir à ajustage rapide Tudor “T-fit”.
  • 2ième option de bracelet : caoutchouc noir, lui aussi équipé du fermoir à ajustage rapide Tudor “T-fit”.

L’étanchéité

  • Étanchéité : 200 mètres.

Notre avis sur cette Tudor BB54

tudor-black-bay-54

Cette nouvelle Tudor Black Bay 54 que nous avons eu la chance de prendre en main lors des Watches and Wonders 2023 est probablement notre plus gros coup de cœur chez Tudor cette année. La marque reste fidèle au fait de proposer des garde-temps directement inspirés de modèles ayant fait son histoire… Et ça, pour des passionnés comme nous, c’est tout ce qui compte.

En plus de dévoiler de belles montres “vintage inspired”, Tudor maîtrise l’art de les moderniser tant du point de vue des codes esthétiques que des caractéristiques techniques. Avec son savoir-faire acquis durant toutes ces années auprès de Rolex, la maison horlogère ne cessera jamais d’étonner et de plaire avec ses nouveautés.

Cette Tudor Black Bay 54 inspirée de la Oyster Prince Submariner référence 7922 est le compromis parfait entre : héritage, savoir-faire, esthétisme, technicité et prix ! D’ailleurs, nous en avons fait une vidéo à chaud sur notre chaîne Youtube Montre Ton Calibre lors des Watches and Wonders 2023, allez checker ça !

 

tudor-black-bay-54-fond-de-boite

Dernière modification de l’article le 18/04/2023

Emilien
Étudiant en double-diplôme emlyon business school & École des Mines, le virus de l’horlogerie m’a contaminé pendant mes études en classes préparatoires. J’aime collectionner les montres, mais aussi apprendre, partager et échanger ! Vous pouvez également me retrouver sur Instagram sous le pseudo @montrestories !
Partager:
Written by Emilien
Étudiant en double-diplôme emlyon business school & École des Mines, le virus de l'horlogerie m'a contaminé pendant mes études en classes préparatoires. J'aime collectionner les montres, mais aussi apprendre, partager et échanger ! Vous pouvez également me retrouver sur Instagram sous le pseudo @montrestories !