Zenith Defy : De nouveaux modèles et un retour aux sources

Zenith-defy-extreme-diver-nouvelle-collection
Partager avec vos amis :

La collection Zenith Defy existe depuis 1969 et représente une part importante des modèles de la marque. La marque dévoile ses nouvelles pièces pour les Watches and Wonders 2024.

Si en 2023, c’était la collection Pilot qui était à l’honneur, c’est au tour de la Defy d’être complétée par 3 nouvelles venues : la Extreme Diver, la Skyline Chronograph et la Revival A3648, réédition de la première Defy sortie en 1969. Entre retour aux sources et éditions plus modernes, découvrons les dès maintenant, direction les étoiles !

Zenith Defy Revival A3648 : la genèse d’une collection iconique

Zenith-defy-revival-a3648-archive

Crédit : Zenith (archive)

Si la plupart des modèles de la collection Defy lancés par Zenith au cours des dernières années sont inspirés de la référence A3648, aucune réédition à proprement parler n’avait encore vu le jour. C’est désormais le cas avec cette Revival qui reprend les traits et certaines spécifications de l’époque, considérés comme avant-gardistes en 1969, le tout amélioré par l’ajout de quelques caractéristiques plus modernes.

Caractéristiques :

  • Diamètre du boîtier : 37mm
  • Epaisseur du boîtier : 15,5mm
  • Etanchéité : 600m
  • Calibre: Zénith Elite 670 à remontage automatique
  • Fonctions: Heures, minutes, secondes, date
  • Réserve de marche : 50h

Une des premières montres bracelets Zenith

 

Zenith-defy-revival-a3648

Crédit : Zenith

On retrouve donc ce qui fait de cette montre un modèle emblématique avec ces spécifications. Tout d’abord, un boîtier octogonal de 37mm et sa lunette à 14 côtés, signature de la pièce originelle. Elle est placée au-dessus d’une lunette rotative unidirectionnelle en acier, avec un insert en saphir. Les pièces d’époques comportaient un insert en plexiglas, moins résistant face aux rayures. Son apparence ne change quant à elle pas, avec les mêmes inscriptions noires sur fond orange, ce qui fait le charme et l’attrait de cette montre.

Autres points qui restent inchangés sur cette Defy Revival, sa couronne vissée est toujours placée à 4h30 et son étanchéité est toujours aussi impressionnante avec ses 600m. Un exploit à l’époque et qui est loin d’être anodin aujourd’hui. Cela représente 1969 pieds après conversion, un symbole notable pour la collection née en 1969.

Rien n’est laissé de côté sur cette réédition, et le bracelet en fait partie. Il a été dessiné à partir de celui de la référence d’origine, un bracelet en acier à 5 maillons avec une boucle déployante. A noter que celle-ci dispose d’une extension pour permettre de porter la montre avec une combinaison de plongée facilement.

Un cadran fidèle à l’originel

Zenith-defy-revival-a3648-2024

Crédit : Zenith

Le charme incontesté du contraste entre le noir mat et le orange vif qui fait le succès de ce modèle est évidemment présent sur le cadran. L’intérieur est donc noir et laisse place à une large minuterie des secondes orange et blanche. Sur celle-ci sont appliqués des index bâtons blancs, encadrés à 3,6,9 et 12h. Enfin, un guichet de date à 4h30 est subtilement intégré à cet anneau orange de la minuterie des secondes. Les aiguilles sont oranges et blanches également, et comportent du Super-LumiNova blanc à émission de lumière verte, tout comme les index.

Zenith Defy Extreme Diver : une plongeuse parée à toutes les situations

Zentih-defy-extreme-diver

Crédit : Zenith

Zenith continue sa lignée de modèles plus modernes et de réinterprétations pour sa collection Defy en ajoutant cette Extreme Diver. Elle porte bien son nom et comporte tous les attributs de solidité et de fiabilité qu’une montre de plongée professionnelle nécessite. Le tout avec une esthétique intéressante et fidèle à l’esprit Defy. Deux références sont disponibles, l’une noire et l’autre bleue.

Caractéristiques :

  • Diamètre du boîtier : 42,5mm
  • Epaisseur du boîtier: 15,5mm
  • Etanchéité : 600m
  • Calibre : Zenith El Primero 3620 SC à remontage automatique

Un boîtier robuste adapté à la plongée

Zenith-defy-extreme-diver-2024

Crédit : Zenith

Tout en gardant à l’esprit le modèle Defy d’origine, le boîtier de cette Extrême Diver veut mettre la barre au dessus en termes de robustesse. Le boîtier angulaire et la lunette dodécagonale fixe sont toujours présents, mais le reste change pour un modèle plus moderne. Ce boîtier mesure 42,5 mm de diamètre et est composé de titane avec une finition brossée. Un matériau choisi pour sa résistance, et notamment face à la corrosion du sel marin. Cela offre également un atout de légèreté au poignet. C’est une montre pensée pour être une plongeuse professionnelle, et peut être utilisée pour la plongée à saturation grâce à la valve à hélium dont elle est équipée.

Au-dessous de cette lunette fixe atypique, une lunette en céramique, unidirectionnelle bien sûr, permet une bonne prise en main en toutes conditions grâce à ses bords crantés et rainurés. La couronne est logiquement vissée, surdimensionnée et protégée.

Un cadran à haute lisibilité

Zenith-defy-extreme-diver-cadran

Crédit : Zenith

Comme pour le boîtier, le cadran se doit de répondre à certaines normes pour les montres de plongée professionnelles. C’est pourquoi les aiguilles et les index sont surdimensionnés, pour une lisibilité accrue. Cette lisibilité est possible également dans le noir et au fond de l’eau grâce au Super Luminova appliqué sur les aiguilles, les index, mais aussi les chiffres et le triangle de la lunette. Le bout de la trotteuse est également luminescent pour servir d’indicateur de marche. Les couleurs de luminescence utilisées sont le orange, le bleu et le vert, permettant de distinguer notamment les heures, les minutes et les secondes.

Le motif du cadran reprend celui des modèles Defy de ces dernières années, avec des étoiles à quatre branches gravées, avec une finition soleillée. On retrouve un guichet de date à 3h, reprenant la couleur du cadran.

Un calibre manufacture

Zenith-defy-extreme-diver-fond-de-boite

Crédit : Zenith

Chose plutôt rare sur ce type de montre, le fond de boite est ouvert et permet de regarder le calibre. Celui-ci n’est autre que le El Primero 3620-SC, un calibre manufacture à remontage automatique. Il est décoré et arbore une belle étoile ajourée, signe de la collection, sur la masse oscillante. Il dispose également d’une réserve de marche de 60h.

Ce modèle peut être monté sur trois bracelets différents. Le premier, en acier à trois maillons, le deuxième en caoutchouc de la couleur assortie au cadran ou enfin le dernier fabriqué à partir de filet de pêche recyclé.

Zenith Defy Skyline Chronograph : une complication très attendue

Zenith-defy-skyline-chronograph

Crédit : Zenith

Troisième nouveauté, la Defy Skyline Chronograph, pièce jusqu’ici manquante à la partie sport chic de la collection. C’était presque une anomalie de ne pas encore avoir une Defy Skyline dans cette configuration là. C’est désormais chose faite, avec trois coloris différents disponibles.

Caractéristiques :

  • Diamètre du boîtier : 42mm
  • Etanchéité : 100m
  • Calibre: Zenith El Primero 3600
  • Réserve de marche : 60h

Zenith Defy Skyline Chronograph : le modèle moderne de la collection

Zenith-defy-skyline-chronograph-2024

Crédit : Zenith

Le boîtier reprend certains codes de la Defy, avec sa forme octogonale et sa lunette si particulière. Ce jeu entre les formes géométriques et les finitions brossées et polies utilisées lui confèrent un style plus sport chic que jamais. Les deux poussoirs s’inscrivent dans le même esprit et épousent le boîtier parfaitement.

Côté cadran, on note tout d’abord que trois couleurs sont disponibles : le noir, le bleu et l’argenté. Ils ont tous trois la particularité d’être soleillé et d’arborer le motif étoilé si cher à la collection et à la marque. Ensuite on retrouve trois compteurs légèrement surdimensionnés qui, de manière originale, se chevauchent. Ils indiquent les minutes et les secondes écoulées ainsi qu’une petite seconde. Un guichet de date se loge à 4h30, en référence à l’identité de la collection. Enfin, le rehaut avec échelle des dixièmes de seconde comprend la même forme dodécagonale que la lunette.

La montre est proposée montée sur un bracelet intégré en acier à 3 maillons. Un second bracelet en caoutchouc à motif étoilé de la même couleur que le cadran noir et bleu, et vert pour le cadran blanc. Ils disposent tous d’une boucle déployante en acier.

Le calibre El Primero 3600

zenith-defy-skyline-chronograph-fond-de-boite

Crédit : Zenith

Calibre né en 1969, comme la collection Defy, le El Primero anime logiquement cette montre. C’est plus précisément le calibre El Primero 3600, qui propose la fonction de chronographe. C’est un calibre à haute fréquence, 36000 alternances par heure et qui détient une réserve de marche de 60h. Il est à remontage automatique, et on peut s’en rendre compte grâce au fond de boîte ouvert qui permet de voir la masse oscillante en forme d’étoile.

Les prix pour ces nouveautés Zenith Defy sont de 8000€ pour la Revival A3648, 11800€ pour la Extreme Diver et enfin 13900€ pour la Skyline Chronograph. Bon nombre de collectionneurs seront ravi de la sortie d’une réédition historique d’une part et des modèles plus modernes d’autre part.

Dernière modification de l’article le 10/04/2024

Romain Barrier

Je vois l’horlogerie comme un art. Mon intérêt pour celui-ci passe notamment par son histoire, qu’il s’agisse d’une marque, d’un modèle ou encore un personnage marquant. Mêlant l’Histoire et l’horlogerie, j’ai un petit faible pour les montres militaires, de la field watch à la montre de pilote. Et une fois l’histoire racontée, je n’oublie pas l’essentiel, contempler l’œuvre elle-même. Admirer un cadran ou un mouvement, comme on peut admirer un tableau, une sculpture ou encore une architecture…”


Partager avec vos amis :
Partager:
Written by Romain Barrier
Je vois l'horlogerie comme un art. Mon intérêt pour celui-ci passe notamment par son histoire, qu'il s'agisse d'une marque, d'un modèle ou encore un personnage marquant. Mêlant l'Histoire et l'horlogerie, j'ai un petit faible pour les montres militaires, de la field watch à la montre de pilote. Et une fois l'histoire racontée, je n'oublie pas l'essentiel, contempler l'œuvre elle-même. Admirer un cadran ou un mouvement, comme on peut admirer un tableau, une sculpture ou encore une architecture..."