Featured image

Continuons notre tour d’horizon des métiers d’arts de l’horlogerie avec la gravure. 

Comme nous l’avons évoqué dans l’article sur le guillochage, la région liégeoise (en Belgique) est réputée dans le monde entier pour sa longue tradition en armurerie. Les origines de cette tradition remontent au XV° siècle. Il est amusant de constater que la production d’armes s’organise alors de manière très similaire à ce qui se fait dans la tradition horlogère suisse : des ateliers indépendants, travaillant pour des fabricants, et des ouvriers travaillant à domicile en sous-traitance. L’expertise se transmettait souvent de père en fils.

Très rapidement, la gravure sur armes se développe en parallèle, puisqu’elle a au départ pour but d’atténuer les reflets du soleil sur le métal poli. Cette tradition se perpétue aujourd’hui par la présence à Liège d’une école d’armurerie et de gravure sur armes (l’école Léon Mignon).

Holland & Holland RBaptiste

Fusil de chasse Holland & Holland gravé par Roland Baptiste

Profession Graveur

Ce qui nous amène à Roland Baptiste, graveur d’armes de chasse, et de montres. Lui-même fils de graveur d’armes, Roland est formé à l’école d’armurerie de Liège, mais apprend surtout le métier avec son père. Il s’installe à son compte, préférant le travail sur mesure plutôt que la production en série des grandes entreprises. Il travaille ainsi pour des maisons d’armurerie réputées telle que Holland & Holland et Rigby.

Etant par ailleurs amateur de belles montres, il décide voici une dizaine d’années de se faire plaisir et crée un bijou qu’il peut porter au poignet. En théorie cela s’appelle une montre, sauf celle-ci n’en est pas une. C’est juste une pièce de métal gravée qu’il porte au quotidien. Elle présente un guichet à 6h montrant un pseudo disque horaire. L’idée lui plaît, et il décide de se lancer dans la production d’une vraie montre : c’est ainsi que naît la Royale. Sa décision de développer la gravure sur montre est aussi motivée par la volonté de diversifier sa clientèle, et d’ouvrir d’autres horizons que la seule chasse.

Roland Baptiste RBaptiste

Roland Baptiste avec au poignet la première Royale, qui n’était en fait pas une montre

Les montres

Cette première montre, produite en un exemplaire unique, lui sert de porte-drapeau de son savoir-faire.

RBaptiste Royale

La Royale, avec son disque tournant. La lecture de l’heure se fait comme sur une montre mono-aiguille

Ensuite, il va développer la Baron, une montre 3 aiguilles et date, de forme plus traditionnelle, dont le boitier est produit en Suisse. Equipée d’un calibre ETA 2824 modifié, elle présente un diamètre de 43,5 mm, ce qui en fait une montre assez imposante.

RBaptiste La Baron

La Baron, avec date, et boitier cannelé

Enfin, la dernière née est la Vicomte, une montre 3 aiguilles dont les cornes sont intégrées dans la carrure du boitier, et qui est décorée de quelques incrustations d’or. Ce modèle fait 42 mm de diamètre, et est également motorisé par un ETA 2824 modifié. Le boitier est produit en Belgique.

RBaptiste Vicomte

La vicomte, avec les cornes intégrées dans la carrure

RBaptiste Vicomte incrustations d'or

Les incrustations d’or sur le cadran de la Vicomte

Calibre ETA 2824

Le mouvement ETA 2824, un moteur fiable et éprouvé

Le projet

Le travail du graveur commence par la définition d’un projet. Roland Baptiste dispose pour chaque modèle d’un design spécifique, mais une personnalisation est souvent demandée. Pratiquer une technique ancienne n’empêche pas d’utiliser des techniques modernes. Roland Baptiste utilise une impressionnante tablette grand format pour affiner son dessin. Après accord du client sur le design, le dessin est imprimé et appliqué sur la pièce à graver. L’encre sur le métal sert alors de guide, et le travail de gravure proprement dite peut alors commencer.

gravure RBaptiste

On distingue ici les traits laissés par l’encre et ceux déjà gravés par le burin.

Le travail de gravure

Anciennement, le graveur utilisait un marteau et un burin appelé « échoppe » pour graver sur l’acier. Aujourd’hui, la technique de l’échoppe pneumatique s’est imposée parce qu’elle permet un dessin plus fluide et plus précis tout en gardant le contrôle manuel. Cela fonctionne comme un marteau piqueur miniature : l’air comprimé assure la frappe du burin sur l’acier, et le graveur contrôle le mouvement du burin sur la pièce. Il peut également régler la vitesse et l’amplitude de frappe. Le graveur dispose d’une grande diversité de burins, qui lui permettent de jouer sur le type de traits : une pointe à 90° créera une gravure assez étroite qui ne laissera pas pénétrer la lumière, ce qui donnera un trait noir. Par contre une pointe de 160° donnera un trait brillant puisque la lumière pourra se refléter dans toute la profondeur de la gravure.

Atelier Roland Baptiste RBaptiste

Roland Baptiste dans son atelier, décoré de scènes de chasse et d’animaux empaillés

Nous avons également discuté de la généralisation de la gravure par fraisage ou par Laser. Roland Baptiste ne dénigre pas ces techniques, elles ont leur utilité pour des productions en série et donnent des résultats intéressants. Mais la gravure à la main aura toujours ce petit supplément d’âme, ces fines imperfections qui rappellent que le travail a été fait par une main humaine.

Made in Belgium

Tout au long de notre rencontre, Roland a insisté sur son souhait d’avoir un produit autant que possible « Made in Belgium ». Seuls les mouvements ETA et les boitiers de la Baron sont fabriqués en Suisse, et certains bracelets en France. L’assemblage est réalisé en Belgique.

Les clients

Qui sont les clients « montres » de Roland Baptiste ? Au départ ce sont des chasseurs, possédant éventuellement une arme gravée par Roland, et qui souhaitent avoir en plus une montre gravée. Les relations commerciales se font d’ailleurs souvent via les armuriers. Mais il compte également dans sa clientèle des particuliers. Les montres sont aussi distribuées dans quelques magasins mais le client peut aussi prendre contact directement avec Roland Baptiste, ce qui renforce le caractère « sur mesure » de son travail. Il vend également en Asie via un contact particulier à Hong-Kong.

Roland Baptiste RBaptiste art nouveau

Roland Baptiste s’inspire aussi de l’art nouveau pour diversifier ses thèmes de gravure

Conclusion

Cette rencontre nous a permis de faire la connaissance d’un homme attachant, très sincère dans ses convictions, et attaché à sa région. Son expertise de graveur lui a permis de développer une collection de montres intéressantes qui dégagent une authenticité certaine. Certes, les modèles sont souvent inspirés du monde de la chasse et des animaux sauvages, mais la technique pourrait également s’appliquer à d’autres univers, il suffit peut-être de mettre Roland Baptiste au défi…

 

Pour en savoir plus :

https://rbaptiste.com/

Instagram : rbaptiste_engraver_watchmaker

Share:
MichelOnTime
Written by MichelOnTime
Géographe-urbaniste de formation, j'ai attrapé le virus de l'horlogerie très tardivement avec l'acquisition de ma première "belle" montre, une IWC Portofino Automatic. J'ai une collection assez éclectique (Speedmaster, Black Bay, Seiko, Baume & Mercier...), avec un focus particulier sur les Tissot T12, une appellation peu connue et créée à l'occasion de la sortie du film de Cousteau "Le monde du silence" en 1956. Au-delà des aspects techniques de l'horlogerie, j'aime beaucoup rencontrer des créateurs de marques moins connues et les faire connaître à travers mes deux pages Facebook "Montres intéressantes et abordables", et "Belgian Watch Brands". Je suis très heureux de participer à ce nouveau projet de LeCalibre.com.