La Royal Oak a 50 ans ! Histoire et versions anniversaires

Royal Oak 50 ans anniversaire

2022, c’est peut-être le début de la troisième guerre mondiale, mais c’est surtout le 50ème anniversaire de la Royal Oak !

C’est aussi le premier épisode des Watches & Wonders en physique à Genève mais ça, on en parle dans un autre article. Il y a 50 ans, les dirigeants de chez Audemars Piguet lançaient leur nouvelle création au design révolutionnaire créé en une nuit par le visionnaire Gerald Genta 2 ans auparavant.

Alors pour fêter cette moitié de centenaire, on va jeter un œil rapide sur l’histoire de la création de cette pièce emblématique, puis on se penchera sur les différentes versions anniversaires sorties en début d’année 2022.

Royal Oak: la situation de départ

Audemars Piguet au Brassus 1969

Audemars Piguet au Brassus 1969

Pour comprendre 1972, il faut remonter quelques années plus tôt. À la toute fin des années 60, Audemars Piguet n’avait jamais aussi bien fonctionné. Ils produisaient environ 5 500 montres de très haut de gamme par an qu’ils vendaient avec leur propre réseau de distribution. Leur production se divisait en plus de 230 références dont une grande partie de pièces uniques et le reste produit en très petites quantités, le plus souvent moins de 50 pièces.

Mais Georges Golay, alors PDG de la marque depuis 1945, décida qu’il était temps de passer la seconde. Début 1969, après un an de discussions, il signait un contrat de collaboration avec un géant de l’horlogerie suisse : la SSIH, Société Suisse pour l’Industrie Horlogère, qui gérait plus de 20 marques et qui distribuait plus de 4,6 millions de montres par an dans plus de 15 000 points de vente. Audemars Piguet garde son indépendance totale, mais bénéficie du soutien des agents de la SSIH pour distribuer ses pièces de très haut de gamme partout sur la planète.

En 1970, monsieur Golay rencontre justement ces agents, Carlo de Marchi, Charles Dorot et Charles Bauty. Ces trois agents ont une influence considérable sur le monde de l’horlogerie de l’époque et sont surnommés “les trois mousquetaires”. Georges Golay lui-même a déclaré dans une interview du début des années 80 que c’était sur les conseils de ces trois mousquetaires que l’idée de la Royal Oak avait germé.

Les trois businessmen avaient alors expliqué à George que la mode de l’or dans les montres de luxe allait passer et qu’il fallait se pencher sur l’acier pour correspondre aux modes de vie de l’époque. Ils avaient également avancé l’idée d’une montre polyvalente pouvant aller avec un costume comme avec une tenue plus décontractée voire sportive pour s’adapter encore une fois au quotidien de l’homme moderne de l’époque. Ils ont certainement également ajouté qu’il fallait que la montre puisse être produite en grandes quantités pour correspondre au réseau de distribution gigantesque de la SSIH qu’ils représentaient.

Le pari du PDG visionnaire

George Golay Gerald Genta

George Golay et Gérald Genta. Source : The Hour Glass

Beaucoup de ces conseils vont à l’encontre des activités et des valeurs du Audemars Piguet de l’époque, mais George Golay est un visionnaire et un businessman de haut vol. Il voit en ces demandes une occasion parfaite de proposer une montre révolutionnaire, ce qui ferait écho à la révolution que la société internationale était en train vivre avec les 30 glorieuses, mais aussi à celle que l’horlogerie était en train de subir avec le doute planant au-dessus de l’horlogerie mécanique et au-dessus du devenir du quartz, qui on le rappel à vu le jour en 1969. Dans un contexte si instable, le pari de la nouveauté est risqué, mais monsieur Golay décide de le relever.

Pour limiter le risque financier, il décide tout de même de convaincre les distributeurs de s’engager à précommander les montres avant leur production, en se basant sur des dessins. Pour ce faire, il décide de faire confiance à un ami designer : Gérald Genta qui travaille de temps en temps dans le secteur de l’horlogerie, par exemple en 1954 en dessinant la célèbre Pôle Routeur de chez Universal Genève, mais aussi avec Oméga et Audemars Piguet à plusieurs reprises. D’ailleurs Genta et Golay s’entendaient très bien, d’un point de vu personnel comme professionnel. Ils portaient même la même montre, une superbe 5233.

En 1970, Genta a 38 ans et il collabore avec Audemars Piguet  sur plusieurs projets de design, mais il participe aussi à l’accueil des clients dans les salons et il supervise même l’installation des montres en vitrine pour le Baseworld ( qui ne portait pas encore ce nom) et d’autres salons. Il est donc à Bâle le 10 avril, la veille de l’ouverture du salon, lorsqu’il reçoit un coup de téléphone de son ami Golay dans l’après-midi.

Dans une interview des années plus tard, il expliquait se souvenir précisément du coup de téléphone, lors duquel George lui aurait dit :

“- Monsieur Genta, nous avons une distribution qui nous demande une montre de sport en acier mais qui n’existe pas. Il me faut le dessin pour demain matin.

“Un truc de fou!”

Dessin Royal Oak Genta

Genta raccroche et se met au travail. Dans la même interview, il explique que son cerveau avait transformé « une montre qui n’existe pas » en « une montre dont l’étanchéité n’existe pas ». C’est ce détail qui lui aurait rappelé un scaphandrier qu’il avait vu pendant son enfance sur le Pont de la Machine à Genève. Il se souvient alors des boulons et du joint de caoutchouc autour de la vitre du scaphandrier qui étaient là pour protéger la vie de l’homme sous l’eau. C’est comme cela qu’il aurait eu l’idée de cacher un mouvement haut de gamme dans un boîtier faisant penser à ce scaphandrier.

L’idée du bracelet intégré ultra complexe faisait elle aussi écho à la demande de « pièce qui n’existe pas ». C’est aussi pendant cette nuit qu’il eut l’idée du cadran bleu cobalt fumé et soleillé, guilloché au motif clous de Paris, des aiguilles et des index en forme d’anneaux allongés, de la forme du boîtier, des vis, et de tout le reste…

Il expliquait d’ailleurs que la forme octogonale s’était imposée d’elle-même en raison des 8 vis à placer sur la lunette de façon harmonieuse et que les têtes de vis hexagonales incrustées dans la lunette avaient elles aussi une utilité technique, pour qu’elles puissent rester complètement fixes lorsque l’on verrouillait les vis depuis le fond de boite. Même lui a avoué que penser à tout cela en une nuit, c’était, je cite : « Un truc de fou ! »

Un truc de fou peut-être, mais un truc de fou qui marqua le monde de l’horlogerie tout entier et à tout jamais. Le dessin était donc prêt pour le Baseworld de 1970 ce qui permis à monsieur Golay de le présenter aux distributeurs et de sécuriser environ 800 précommandes pour pouvoir se lancer dans les prototypes. C’est d’ailleurs Genta lui-même qui s’est occupé du projet de prototypes alors qu’il se contentait d’habitude de s’occuper du design. Et 2 ans plus tard, au même salon de Bâle, la 5402, première version de la Royal Oak, fut enfin dévoilée au public.

Le reste de l’histoire avec les rumeurs concernant les inspirations pour la forme, la recherche du nom qui arrivera un an et demi après le dessin, les stratégies marketing, la recherche de fournisseurs pour le cadran, le bracelet, le boîtier et le reste est elle aussi complètement dingue et vraiment passionnante. Il est d’ailleurs bien probable que l’on vous propose un article plus complet sur la question d’ici peu… En attendant, faisons un bond de 50 ans et découvrons les pièces de 2022 qui fêtent le jubilé de la montre qui a changé le court de l’histoire de la marque et de celle de l’horlogerie moderne.

Les pièces anniversaires de 2022

Royal Oak 16202

Royal Oak 16202 jumbo 2022

On vient donc d’assister à l’apparition de la référence 16202, la deux aiguilles qui vient remplacer la 15202 qui avait été introduite en Mars de l’an 2000 à l’occasion du SIHH, donc il y a 22 ans. À l’époque la production pour l’année s’élevait à 300 pièces : 250 en acier et 50 en or jaune. Elle réinterprétait en grande partie les codes de la 5402 de 1972, avec un esprit plus moderne pour entrer dans le nouveau millénaire, tout en gardant le diamètre de 39 millimètres de la pièce originale.

Sur cette 15202, le cadran passait au motif “Grande Tapisserie”, réinterprétation de la “Petite Tapisserie” de 1972, mais la pièce reviendra à ses origines en 2012 avec la nouvelle version de la 15202 qui garde la même référence, mais qui ré-adopte la “Petite Tapisserie” et la célèbre couleur d’origine appelée “Bleu Nuit Nuage 50”, ainsi que le logo AP à 6h.

C’est d’ailleurs en 2012, pour les 40 ans de son lancement, que la Royal Oak est redevenue un véritable phénomène. Depuis, la 15202 est restée la référence la plus proche du modèle d’origine, gardant précisément le même format, précisément la même couleur, le même guillochage, les mêmes matériaux et le même esprit. En parallèle, comme vous le savez certainement, de très nombreuses références ont vu le jour en différentes tailles, dans tous les matériaux, avec de nombreux choix de finitions, de sertissage, etc.

Pour revenir à la 16202 de 2022, comme on peut le voir sur le site, elle rend hommage à la 5402 de 1972. On garde donc ce format de 39 millimètres et ce cadran guilloché « Petite Tapisserie », dans la couleur originale “Bleu Nuit Nuage 50”.
Le mouvement, lui, a évolué. On découvre le nouveau 7121 avec une masse oscillante anniversaire en or découpée de manière à écrire « 50 ans », qui devrait être réservée aux pièces produites en 2022 exclusivement.

Ce calibre est plus large et plus épais que le 2121 de la 15202, mais on reste sur du 39 millimètres de diamètre pour 8mm d’épaisseur pour le boîtier. L’alternance du calibre a aussi augmenté pour gagner en précision. Il passe donc de 19 800 à 28 800 alternances par heure et la réserve de marche passe de 40 h à un plus confortable 55 h. Il est aussi plus robuste, notamment grâce à un système antichocs protégeant le balancier, et il se dote d’une option de changement de date rapide. Oui oui, vous avez bien lu, la 15202 n’avait pas de changement de date rapide jusqu’en 2022…

Ses index et ses aiguilles sont en or gris et appliqués et sont traités avec un matériau luminescent, respectant le style de 1972.

Le bracelet est en acier lui aussi et équipé d’une boucle déployante et son prix catalogue est de 31 200 euros.

Pour rappel, en 1972, la 5402 étaient vendue 3 300 francs suisses… Comme vous le savez, ce n’était pas la même époque et c’était déjà le prix d’une montre en or, ce qui a fait partie de la genèse de la Royal Oak affichée comme la première montre en acier au prix de celles en or.

Royal Oak 16202

En ce qui concerne les variations de cette 16202, on en trouve une en platine avec un cadran soleillé vert fumé, même format, même caractéristiques mais un prix non communiqué. On en découvre aussi une en or jaune avec cadran guilloché « Petite Tapisserie » couleur or jaune fumé, toujours même format et même calibre avec un prix catalogue de 68 300 euros, mais aussi une version en or rose, toujours avec les mêmes caractéristiques mais avec un cadran couleur gris anthracite fumé, au même prix.

Royal Oak Squelette 16204

Royal Oak squelette 50ans

Dans le même format, on a aussi eu droit à des nouvelles versions squelettées entrainées par le nouveau calibre manufacture 7124, les 16204. L’une est en acier et affiche un prix de 87 500 euros, et la seconde est en or rose avec le même calibre à un tarif non dévoilé.

Royal Oak 37mm 15550

Royal Oak 37mm 2022

En parallèle, on a aussi découvert de nouvelles pièces 3 aiguilles en 37 millimètres de diamètre pour 8,9 d’épaisseur, les 15550. Elles sont disponibles avec différentes couleurs de cadran dans un boîtier en acier, en or rose, mais aussi en version bi-ton acier/or rose. Des références ont aussi leur lunette sertie de diamants pour apporter un peu de joaillerie et encore un peu d’exclusivité dans le mixe. Là aussi, c’est un nouveau calibre qui les entraine, le 5900 et ses 60 heures de réserve de marche doté de la même masse oscillante anniversaire que la 39 mm.

Royal Oak Chronographes

Royal Oak Chronographe 2022

Les Royal Oak Chronographes ont aussi subi quelques changements. Ils restent disponibles en 38 millimètres et en 41 millimètres, mais les boîtiers et les bracelets ont été légèrement retravaillés, le logo a été modifié et les couleurs également, avec notamment le retour du bleu nuit emblématique. Pas de nouveaux calibres pour cette gamme.

Royal Oak Tourbillon 26730

Royal Oak tourbillon 26730

Pour finir, autre nouveauté : les 26730, nouvelles références de Royal Oak Tourbillon. Elles gardent le calibre 2950 dévoilé en 2020, mais adoptent de nouvelles couleurs. Personnellement  j’adore la version en titane au cadran microbillé bleu fumé.

Royal Oak Tourbillon Volant Squelette Automatique 26735

Royal Oak Tourbillon Volant Squelette Automatique 26735

Il y a aussi la 26735 Tourbillon Volant Squelette Automatique avec le nouveau calibre 2972, un 2950 squeletté pour l’occasion.

Il s’en est passé des choses en 50 ans ! Alors, laquelle de ces Royal Oak 50 ème anniversaire est votre préférée et laquelle allez-vous vous offrir ?

Partager: