swatch 1983

La planète souffre et s’essouffle, tous les voyants sont dans le rouge et les consciences écologiques s’éveillent peu à peu. Dans tous les secteurs, les grandes marques cherchent à prendre un virage écolo, et c’est le cas aussi dans l’horlogerie. Swatch dévoilait il y a quelques jours sa toute première collection de montres composées uniquement de matériaux biosourcés : La Swatch 1983 !

Une première pour le groupe Suisse

Swatch se réinvente et cherche depuis sa création à proposer des montres adaptées à leurs époques. En 1983, le plastique était à la mode et les montres du fabricant suisse, avec leurs bracelets colorés ont connu (et connaissent encore) un énorme succès.

En 1995, la Swatch Solar est proposée, avec son capteur solaire, elle n’a plus besoin de pile. Puis en 1997, la Skin voit le jour et elle devient la montre la plus fine au monde. En 2004, Swatch développe la Paparazzi, une montre connectée avant l’heure qui n’était sortie qu’en Amérique du Nord.

Bref, l’innovation est le cœur du géant suisse, qui devient désormais le tout premier à proposer une montre dont les matériaux traditionnels sont remplacés par des matières biosourcées. Swatch promet donc un virage écologique, avec deux nouvelles matières étonnantes, conçues à base d’extrait de graines de ricin. La qualité reste au rendez-vous, puisque les exigences de la certification Swiss Made sont respectées.

Une collection innovante et un retour aux sources

swatch 1983

Si la nouvelle collection « 1983 » utilise des matériaux innovants, son design reprend trait pour trait celui des premières montres de la marque sorties en 1983. C’est donc un véritable retour aux sources, mais avec une peau neuve, totalement écologique et donc bien encrée dans l’époque actuelle.

On trouve deux boîtiers de taille différentes, 34 mm (Gent) et 41 mm (New Gent) qui se déclinent en 11 coloris. Le bout inférieur de la trotteuse est vert, tout comme le logo de la marque qui apparaît dans le cadran. C’est probablement un clin d’œil au côté écolo de la collection.

Écolo De l’emballage jusqu’aux bureaux

Swatch s’est aussi concentré sur le packaging de la montre pour respecter au maximum sont envie d’écologie. La matière dite « paperfoam » est un mélange composé de fécule de pommes de terre et de tapioca. On ne sait pas encore si le goût est bon, ni même si c’est comestible, mais c’est en tout cas totalement biodégradable.

On ne vous conseille pas de planter vos dents dans l’emballage, mais vous pourrez le recycler sans problème ou bien l’utiliser comme compost pour vos plantes. Il n’y a donc pas le moindre gramme de pollution dans cette montre, et c’est une petite révolution dans le monde de l’horlogerie. On espère forcément que d’autres horlogers se pencheront aussi vers une conception plus éco-responsable.

Le groupe Swatch s’était déjà démarqué l’année dernière en inaugurant le nouveau siège du groupe à Bienne. Les nouveaux bureaux ont une forme étonnante, presque organique, pour s’adapter au mieux à la nature environnante. La structure est entièrement en bois provenant des forêts suisses, et couverte d’éléments en verre ainsi que de panneaux solaires.

Le bâtiment dessiné par l’architecte japonais Shigeru Ban se veut autonome en électricité pour le chauffage et la climatisation, afin de réduire au maximum les émissions de CO2. Ils avaient donc des bureaux respectueux de l’environnement, et ils ont désormais une collection de montres qui appuie encore un peu plus ce virage écologique.

Partager: