G-Shock Gravitymaster GR-B300 : Une montre de pilote réussie ?

Gravitymaster GR-B300

La gamme Master Of G Gravitymaster de chez G-Shock s’agrandit, avec la collection GR-B300. Cette montre outil s’inspirant de l’aviation promet de combler les lacunes de la série GR-B200 qui avait eu un peu de mal à trouver son public. La nouvelle Gravitymaster arrive avec un boîtier plus compact, un cadran entièrement analogique et toujours autant de fonctionnalités. Voici notre test/avis vous la présentons !

Un design inspiré des avions

Gravitymaster-inspire-des-avions

G-Shock a voulu s’inspirer de l’aviation et surtout des avions de nouvelle génération pour cette Gravitymaster GR-300. Il faut beaucoup d’imagination pour voir un avion sur cette montre, qui ressemble surtout à beaucoup d’autres G-Shock, mais il y a plusieurs rappels au monde de l’aviation. Le design est également plus moderne, plus avant-gardiste, à l’image des avions actuels.

La GR-B300 est munie d’un boîtier qui allie carbone et résine bio, avec une Structure Carbon Core Guard. Le carbone est un matériau qu’on trouve sur les fuselages d’avion, à la fois léger et très résistant, il assure une excellente résistance aux chocs sur notre montre.

Plus compact que sur la GR-B300, le boîtier reste tout de même relativement imposant, avec 59 mm de large, pour 54.7 mm de haut et 15.7 mm d’épaisseur. La montre est légère, seulement 71 grammes, donc toujours agréable à porter.

La lunette apporte un look plutôt agressif, les boutons sont en revanche très discrets, plats et de la même couleur que le reste du boîtier, à l’exception de celui en bas à gauche, en fibres de carbone. Ils sont dotés d’une texture antidérapante qui s’inspire des bandes de signalisation de danger sur les avions.

Le bracelet est en résine bio, percé de trous sur ces deux parties, avec une boucle à double passant. Il s’intègre parfaitement à ce boîtier avec son côté sport, moderne et agressif. Il est surtout bien souple et très confortable. Le fond de boîte est en acier et la montre est étanche à 200 m.

Un cadran entièrement analogique

gravitymaster-GR-B300-cadran

C’est le principal changement notable par rapport à la série GR-B200. Il n’y a plus le moindre écran digital, mais plusieurs sous-cadrans, ce qui à mon avis ajoute de l’attrait à cette montre. On note tout d’abord un excellent contraste entre les index et les aiguilles blancs, et le fond du cadran gris/noir. Cela permet une très bonne lisibilité, indispensable pour les pilotes.

À 9 h, un sous-cadran en forme de moteur d’avion à double bobine nous permet de voir si l’alarme ou le chrono sont activés. Il sert aussi d’indicateur de niveau de batterie. C’est plutôt esthétique et très ergonomique. Le sous-cadran à mini indique le mode utilisé et celui à 6 h sert de second fuseau horaire. Enfin, un guichet de date est présent entre 4 h et 5 h.

3 versions de la G-Shock Gravitymaster GR-B300

Le fabricant japonais propose 3 versions de sa GR-B300 :

  • GR-B300-1AER : Presque entièrement noire, avec des index blancs et une trotteuse rouge.
  • GR-B300-8A2ER : Boîtier et bracelet gris avec des index blanc et turquoise, ainsi que des aiguilles et des sous-cadrans turquoise.
  • GR-B300-1A4ER : Boîtier et bracelet noir avec des index blanc et orange, des aiguilles blanches, une trotteuse orange et des sous-cadrans orange.

G-Shock explique s’être inspiré des cockpits d’avion pour la sélection des couleurs. Personnellement, j’ai un faible pour la version noire et blanche, plus sobre que les deux autres modèles, mais le mariage des couleurs me semble assez réussi sur l’ensemble de la collection.

Des fonctionnalités nombreuses

G-Shock Gravitymaster GR-B300 fonctionnalites

La G-Shock Gravitymaster GR-B300 intègre le Tough Solar, qui permet à la montre de se recharger grâce à la lumière de soleil. C’est un bon point, puisque la GR-B200 avait été critiquée pour sa faible autonomie. Ici, il ne devrait pas y avoir de problème, d’autant plus que l’autonomie avec une charge complète est estimée à 5 mois en utilisation classique et 18 mois avec la fonction d’économie d’énergie activée.

La montre est équipée du Bluetooth, qui permet depuis l’application G-Shock Connected de régler l’heure et l’alarme, mais aussi le second fuseau horaire. Une autre application est en cours de développement, elle permettra de synchroniser la montre à votre mobile, pour gérer un carnet de bord facilement. En appuyant sur un simple bouton, tout en usant du GPS du smartphone, il sera possible de mémoriser l’heure et la position géographique sur une carte.

Bien sûr, on retrouve de nombreuses fonctionnalités habituelles chez G-Shock, avec l’alarme, le chrono, le minuteur, et évidemment le Super Illuminator qui permet de lire l’heure dans le noir. Comme toutes les Master of G, c’est une véritable montre-outil, complète et complexe.

Caractéristiques techniques

  • Dimensions du boîtier : 59 × 54.7 × 15.7 mm
  • Poids : 71 grammes
  • Matériaux : Carbone et résine bio
  • Verre : Minéral
  • Étanchéité : 200 m
  • Recharge par énergie solaire (Tough Solar)
  • Structure Carbon Core Guard
  • Bluetooth : Oui
  • Prix : 299€

G-Shock Gravitymaster GR-B300 : Notre avis !

g-shock-module-5719

G-Shock propose une nouvelle montre très réussie, plus compacte que les dernières Gravitymaster, mais toujours aussi robustes et bien équipée. Nous apprécions son cadran entièrement analogique, très contrasté, qui offre une excellente lisibilité.

Le design général est réussi, c’est une montre-outil comme seul G-Shock sait les faire, on retrouve tous les marqueurs du géant japonais, avec une certaine modernité supplémentaire. Les clins d’œil au monde de l’aviation sont nombreux, le sous-cadran en forme de moteur est très sympa, en plus d’apporter quelques fonctionnalités utiles.

C’est une montre Master of G à un prix plutôt raisonnable, actuellement à moins de 300€ chez Ocarat notamment. Avec ce petit prix et ce design moderne et harmonieux, on peut imaginer un beau succès pour ce nouveau modèle.

Dernière modification de l’article le 04/06/2024

Mathieu

Depuis que mon grand-père m’a un jour ouvert sa Rolex Oyster Perpetual pour m’expliquer comment une montre pouvait fonctionner sans pile en créant elle-même sa propre énergie, je me suis fasciné pour les montres et leurs complications. Je devais avoir environ 18 ans et encore aujourd’hui, je trouve l’ingénierie toujours aussi intéressante.

Partager:
Written by Mathieu
Depuis que mon grand-père m'a un jour ouvert sa Rolex Oyster Perpetual pour m'expliquer comment une montre pouvait fonctionner sans pile en créant elle-même sa propre énergie, je me suis fasciné pour les montres et leurs complications. Je devais avoir environ 18 ans et encore aujourd'hui, je trouve l'ingénierie toujours aussi intéressante.