LIP, Une maison horlogère Française ancrée dans l’histoire

LC_Banner_728x90_v2
LC_Banner_728x90_v1

LIP a fait partie des grandes maisons horlogères mondiales, et a pendant longtemps représenté le savoir-faire français des montres à l’international. Les valeurs de la marque se basent sur des innovations techniques importantes et sur des efforts permanents pour rester à l’avant-garde du secteur horloger. Avec des origines remontant à plus de 150 ans, l’aventure LIP n’a pas toujours été facile, mais elle s’est inscrite dans l’histoire et continue de surprendre…

Là où tout a commencé

pub montres LIP

Les origines de la marque prennent place à Besançon, en 1867. C’est à cette époque qu’Emmanuel Lipmann décide de monter son propre atelier d’horlogerie, qu’il appelle “Comptoir Lipmann”. C’est sa famille qui lui a transmis la passion de l’art horloger. En effet, son père était vendeur de fournitures horlogères, et de nombreux membres de sa famille étaient impliqués dans l’industrie, notamment en Alsace. Déjà à l’époque, Emanuel est un travailleur acharné et passionné, avec une vision bien à lui de l’esthétique, et cela se ressent sur ses résultats. L’atelier fonctionne à merveille et commence rapidement à prendre de l’ampleur. Son fondateur aura trois enfants, qui seront tous plus ou moins impliqués dans l’entreprise familiale. Sa fille Camille prendra la tête d’une seconde usine, et son fils Ernest travaillera sur l’aspect technique de la production, pendant que leur sœur Jenny se penchera sur le côté administratif de l’organisation pendant un moment. L’entreprise familiale se fait assez vite un nom dans le milieu de l’horlogerie, et est reconnue par beaucoup pour la qualité et l’esthétique novateur de ses produits. En 1893, le Comptoir Lipmann change de nom et devient la “Société Anonyme d’Horlogerie Lipmann Frères”.

Une collaboration brillante

Pub Lip vintage

Au début des années 1900, Ernest Lipmann cherche des solutions pour rendre ses montres lisibles dans l’obscurité, et même dans la nuit. C’est en 1904 qu’il a l’idée de collaborer avec un couple de chercheurs physiciens français qui viennent de découvrir le radium il y a quelques années seulement, et qui ont reçu en 1903 un prix nobel de physique. Ce couple n’est autre que Pierre et Marie Curie, qui inventent donc les premiers cadrans phosphorescents au monde, pour le compte d’Ernest Lipmann. Cette invention verra donc le jour un an après leur prix nobel commun, et deux ans seulement avant la mort accidentelle de Pierre Curie dans un accident de voiture à cheval…

Une marque à part entière, et des innovations à plusieurs niveaux

montre de poche vintage

La société utilise le nom LIP depuis 1896, avec le lancement du “Chronomètre LIP”, mais il faudra attendre 1908 pour que l’entreprise familiale utilise la marque LIP en tant que telle. Deux ans plus tard, en 1910, LIP innove en lançant une campagne de communication, avec des panneaux publicitaires dans les rues et des articles dans les journaux et magazines, pour développer son image de marque et sa notoriété.

En parallèle, la marque propose également une nouvelle stratégie de distribution : ce sont uniquement des distributeurs et vendeurs sélectionnés et exclusifs qui vendent les montres LIP, et les prix de vente sont contrôlés et imposés par la marque. Cela permet à LIP de travailler précisément sur son positionnement, au niveau du prix comme au niveau de la communication, mais également au niveau de la gestion des stocks et de bien d’autres critères importants.

Mais LIP ne s’arrête pas là dans l’innovation : elle décide d’offrir une garantie nationale pour tous ses produits, valable donc sur tout le territoire français. Une grande première vécue comme une révolution dans l’industrie, et qui atteste de la confiance que la marque a en la qualité de ses propres produits.

Une affaire de famille, ravagée par la guerre

Au fil des années, les responsables de l’entreprise changent, mais restent de la famille Lipmann. En 1931, Ce sont James, Lionel, et Fred Lipmann qui tiennent les rênes. Ils font partie de la troisième génération de la famille en charge de la société. Ils ont également vendu des actions à des investisseurs pour augmenter leurs capacités financières et développer leur réseau de distribution, mais c’est bien la famille qui reste majoritairement en charge. En 1933, l’horloger André Donat présentera au monde le calibre T18 qui porte son nom en référence à la taille du mouvement de la montre qui fait 18mm de large. Une prouesse technique à l’époque ! Ce calibre sera un grand succès et sera utilisé pendant de nombreuses années. Il fait partie des calibres de chez LIP qui sont devenus des références, et qui sont aujourd’hui des pièces très recherchées par les collectionneurs.

Les Lipmann étant de confession juive, les temps deviennent dur pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1943, Ernest Lipmann et sa femme, parents de Fred et Lionel, sont d’abord arrêtés, puis déportés à Auschwitz, d’où ils ne reviendront malheureusement jamais. En 1945, la guerre s’arrête, et c’est Fred Lipmann qui se retrouve à la tête de l’entreprise, son frère et son cousin s’étant concentrés sur d’autres projets.

Une persévérance à toute épreuve, et une qualité reconnue par les plus grands

LIP grands hommes

Pour continuer à faire vivre la marque familiale, Fred Lipmann et son entreprise développent des collaborations avec des usines russes. Cela permet à LIP de continuer à se développer, et de créer de nouveaux calibres modernes et très efficaces. À cette époque, LIP fait partie des rares entreprises à maîtriser de A à Z le processus de fabrication des ressorts spiraux des montres, et cela représente un avantage considérable sur les compétiteurs. Fred l’a bien compris, et se sert de cet avantage autant qu’il le peut.

En 1948, le calibre T18 dont on parlait plus haut est toujours en production, et toujours considéré comme une merveille de précision et d’efficacité. Une montre a même pris son nom : la T18. Il s’agit d’un garde-temps à l’image très importante pour la marque, puisque c’est ce modèle que La France a décidé d’offrir à Winston Churchill en guise de remerciement de la part du gouvernement pour les services rendus par la Grande-Bretagne à l’hexagone pendant la Seconde Guerre mondiale. Un symbole historique qui restera gravé à jamais dans l’histoire de LIP, et dans l’histoire de France.

En 1950, plusieurs explorateurs français se lancent à la conquête de l’Himalaya et s’équipent de montres LIP pour cette ascension absolument incroyable, surtout pour l’époque. Les modèles utilisés sont d’ailleurs appelés “Himalaya”, et ils sont équipés de calibres spécialement conçus pour résister aux grands froids. Ces montres sont d’ailleurs en quelques sortes les prémices de la “Sports Watch” telle qu’on la connaît aujourd’hui. Le fait que ces explorateurs fassent confiance aux produits LIP représente un axe marketing important attestant de la solidité, de la robustesse, de la précision et de la qualité des garde-temps de la marque française.

Toujours plus d’innovations et de collaborations

Lip electronic

En 1952, suite à de lourds investissements et à de longues recherches, la marque LIP prouve à nouveau qu’elle fait partie des avant-gardistes, en proposant au monde la première montre électronique, qu’elle appelle sobrement “l’Electronic”. Cette montre a fait un bruit colossal dans l’industrie et dans le monde, si bien qu’elle sera offerte par Fred Lip quelques années plus tard, en 1958, à Eisenhower, alors président des Etats-Unis, ainsi qu’au Général De Gaulle la même année.

En 1954, la marque est à son apogée. Elle emploie environ 1 500 personnes, et fabrique 300 000 montres par an. C’est en grande partie grâce à la persévérance et à la vision en avance sur son temps de Fred Lipmann, dans l’entreprise on le rappelle depuis 1931.

Au début des années 60′, LIP signe des collaborations commerciales avec de très grandes marques de l’industrie comme Blancpain et Breitling. La marque continue à recevoir la reconnaissance de ses pairs pour la qualité et la précision de ses produits, notamment par le biais de récompenses prestigieuses. Son développement continue, avec la présentation du calibre extra-plat R136 en 1963. Il ne mesure que 3,3 millimètres d’épaisseur. Un exploit technique pour l’époque.

Un siècle, et toujours en avance

montres LIP ambassadeur

En 1967, LIP fête son 100ème anniversaire en lançant la Nautic-Ski, la première montre de plongée étanche à 200 mètres de profondeur, et équipée d’une lunette tournante sous le verre pour protéger les plongeurs des accidents d’inattention pendant leurs explorations sous-marines. Il s’agit encore aujourd’hui d’une des montres les plus emblématiques de la marque, attestant d’une précision et d’une qualité sans faille.

Une année plus tard, Fred Lipmann continue dans sa vision avant-gardiste, et travaille sur de nouveaux designs en collaboration avec le prince de Baschmakoff. Ensemble, ils sortent “la De Baschmakoff”, un garde-temps mécanique à affichage digital, le premier de ce type “Made In France”. À cette époque, la marque va signer des collaborations avec plusieurs autres designers qui viennent d’horizons complètement différents. Certaines des montres issues de ces collaborations sont restées gravées dans les mémoires, et sont maintenant très recherchées par les collectionneurs.

De grands changements en perspectives

Lip design calibre

Dès le début des années 70′, les choses se gâtent, notamment à cause de l’explosion de la compétition internationale et de l’arrivée des mouvements à quartz de chez Seiko et autres. En 1971, Fred Lipmann, aussi appelé “Le Fred”, sera remercié par les actionnaires, et écarté de l’entreprise qui avait été créée par son grand-père, et pour laquelle il s’était battu toute sa vie pour en faire ce qu’elle était alors.

En 1973, LIP présente les premières montres à quartz “Made In France”, mais il est trop tard pour remonter la pente. L’entreprise dépose le bilan. Un plan de licenciement général est déposé, qui déclenche une grève dans les différents sites de production, et de grandes manifestations dans de nombreuses villes de France. Malgré plusieurs essais pour remettre l’entreprise à flots, LIP est définitivement liquidée en 1977. Mais les employés ne sont pas d’accord. Ils créent alors des coopératives pour sauver leur entreprise.

Un nouveau départ

LIP montres design

Il faudra attendre 1990 pour que la marque trouve un repreneur. Il s’agit d’un industriel du Gers : Jean-Claude Sensemat qui rachète la marque et gagne  devant Cartier en tant que repreneur au tribunal de Besançon. Il change complètement la stratégie marketing dépassée, et décide de se concentrer sur les montres de premier prix et construit des partenariats en offrant des montres pour chaque nouvel abonnement annuel à des magazines comme Le Nouvel Observateur ou encore Challenge. L’image en prend un coup mais en terme de vente, c’est un succès, et LIP écoule environ un million de montres par an au travers de la grande distribution et de la vente par correspondance. Une action forte à retenir de ce nouveau départ, c’est la réédition de la montre qui avait été offerte au Général De Gaulle des années auparavant comme on l’évoquait plus haut. Jean-Claude Sensemat fut tellement convaincu par cette réédition qu’il décidera d’en offrir une au président américain de l’époque, qui n’était autre que Bill Clinton. Une image forte de renouveau qui amorcera la remise en route de la marque vers la réussite.

En 2002, le président de la marque signe une licence mondiale d’exploitation de la marque LIP avec Jean-Luc Bernerd, qui peut alors commercialiser les montres LIP et qui est en charge de nombreuses décisions stratégiques. Les ventes continuent d’exploser jusqu’à attendre 1,2 millions de montres en 2007. La production est délocalisée à Hong-Kong, et seul le bureau de conception et le service après-vente restent en France. Le nombre d’employés en France a donc été drastiquement réduit à une cinquantaine de personnes seulement.

Un retour aux sources

calibre LIP

En 2014, Philippe Berard, PDG de la Société des montres bisontines (SMB), signe un contrat pour collaborer avec la marque LIP et les commercialiser. Il décide alors de remonter un atelier d’assemblage à Besançon, là où l’histoire de la marque avait commencé plus d’un siècle en arrière. Il présente deux collections de montres LIP Besançon au salon Baselworld de 2015. Une collection se concentre sur les montres LIP qui ont été offertes à des présidents et autres hommes influents du 20ème siècle, alors que l’autre collection regroupe certaines des montres issues de collaborations avec des designers plus ou moins célèbres des années 70′, que nous avons évoqué un peu plus haut.

En 2016, la marque est cédée à Jean-Luc Bernerd, qui en devient donc le président après des années en charge de la licence au niveau mondial.

LIP aujourd’hui

LIP gros plan

Aujourd’hui, LIP propose presque 300 modèles de montres différents, avec une majorité entraînée par des mouvements à quartz, et une soixantaine équipée de mouvements mécaniques. Des affichages digitaux, d’autres analogiques, des modèles très accessibles financièrement, d’autres plus réservés aux passionnés, des styles résolument modernes dans l’air du temps, d’autres bien plus inspirés par l’esprit vintage… On trouve de tout chez LIP. Certaines collections sont plus marquantes que d’autres, mais dans l’ensemble, la marque propose des produits offrant un rapport qualité prix intéressant. Voici un tour d’horizon de leur vaste gamme.

Deux “familles” de collections

Toujours dans l’idée des deux collections présentées au Baselworld 2015 marquant le retour aux sources de la marque après la réouverture d’un atelier d’assemblage à Besançon, la gamme de LIP se sépare en deux :Les montres “Créateurs”, et les montres “Historiques”.

Les montres Créateurs

Cette famille de montres Créateurs renferme, comme son nom l’indique, des montres qui sont issues de collaborations avec des créateurs. C’est principalement dans les années 70′ que LIP a commencé à travailler en étroite collaboration avec des designers en tous genres. Une des idées principales derrière ces collaborations était d’amener du renouveau dans la marque et dans les gammes. C’est pourquoi plusieurs designers sélectionnés par la marque n’étaient pas uniquement impliqués dans le monde horloger. Cela permettait d’amener une vision extérieure et un œil nouveau sur les garde-temps et sur le futur de l’horlogerie, pour continuer à faire vivre le concept de LIP en tant qu’avant-gardiste. Voici quelques-unes des montres Créateurs les plus mémorables :

La De Bashmakoff

LIP montre design

Parmi ces montres Créateurs, on retrouve évidemment la première montre française mécanique à lecture digitale : la De Baschmakoff. Sa première édition remonte à 1968, et c’est François de Baschmakoff qui en est à l’origine. Ce designer n’avait jamais travaillé sur un projet d’horlogerie lorsqu’il a commencé à collaborer avec LIP. C’est le premier designer Freelance avec qui LIP fera équipe, et il influencera grandement la suite des évènements. Sur la De Baschmakoff, les heures et les minutes sont inscrites sur des disques qui tournent pour indiquer l’heure qu’il est à travers une fenêtre rectangulaire sur la gauche du boîtier. La disparition des aiguilles surprend, et cette montre fait partie des plus marquantes de chez LIP.

La Mach 2000

Montre LIP design

Voici une autre montre historique, dessinée par le designer français Roger Tallon. Monsieur Tallon a travaillé entre autres pour Peugeot, pour General-Motors, pour Air France, mais aussi pour la SNCF, sur le projet du TGV. Il était solidaire du combat des employés de LIP au milieu des années 70′, et il est donc entre autres à l’origine de la Mach 2000. Elle fut ensuite déclinée de nombreuses fois, et reste aujourd’hui emblématique d’une époque de LIP.

La Diode et la Big TV

lip vintage

Deux autres montres dans la famille des Créateurs, qui sont elles aussi signées Roger Tallon. Des styles différents, clairement en dehors des codes classiques de l’horlogerie, chacune à sa façon. La Diode offre un affichage digital en couleur au milieu de boîtier carré en acier inoxydable brossé du plus bel effet. Un minimalisme bluffant et efficace, et un esprit résolument vintage.

LIP carre vintage

La Big TV a été revisitée plusieurs fois. Un boîtier carré encore une fois, des formes nouvelles et originales, et un bracelet perforé disponible en plusieurs couleurs. Une pièce intéressante qui vaut le coup d’œil.

Les montres Historiques

Ici, on retrouve des montres qui ont marqué l’histoire de LIP, remises au goût du jour. Certaines de ces montres ont été offertes à des hommes de pouvoir, d’autres représentaient lors de leur sortie des innovations grandioses dans l’industrie à différents niveaux, d’autres encore ont été sélectionnées par des professionnels pour des tâches qui nécessitaient des montres résistant à des conditions hors du commun… LIP s’est démarquée à de nombreuses reprises avec des garde-temps historiques, et leurs versions contemporaines sont maintenant réunies ici. En voici quelques-unes des plus importantes :

Les montres Churchill

LIP winston C

On l’a évoqué plus haut, la montre T18, qui est aussi le nom du mouvement qui l’entraîne, fait partie des plus célèbres de chez LIP. Sa précision et son niveau de technicité étaient absolument grandioses pour l’époque, surtout en prenant en compte le fait qu’elle a commencé à être produite en 1935. Elle était encore en production en 1948, année qui l’a définitivement fait entrer dans la légende, et pas seulement dans le monde horloger. En effet, c’est en cette année que le gouvernement en a offert un modèle à Winston Churchill pour remercier la Grande-Bretagne de son aide tout au long de la Seconde Guerre mondiale.

Avec les années, la T18 a été déclinée en d’autres modèles, notamment la T24 entraînée par un mouvement à quartz, et la T13 Baguette, fonctionnant elle aussi grâce au quartz, mais en plus fine et discrète.

Les montres Général De Gaulle

LIP cadran

On l’a bien évidemment aussi évoqué plus haut, en 1958, la première montre électronique fut offerte par Fred Lip au président américain de l’époque, Dwight Eisenhower, ainsi qu’au Général De Gaulle. Ce dernier le remercia par écrit avec ces mots : « A Monsieur Fred Lip, grâce à qui je mesure les heures qui me sont comptées».

Plusieurs variantes sont maintenant disponibles, certaines avec des mouvements à quartz, d’autres avec des calibres mécaniques. À vous de faire votre choix selon vos goûts et vos capacités financières pour vous offrir une pièce qui raconte une partie de l’histoire du pays…

Les montres Himalaya

LIP montre

Ces montres, conçues pour résister à des conditions extrêmes, ont été choisies par les alpinistes français qui se sont attaqué à l’ascension de l’Himalaya au tout début des années 50′. Leur précision, leur confort de lecture, et leur robustesse à toute épreuve ont bluffé les plus grands explorateurs, qui leur ont fait confiance pendant leurs exploits.

Encore une fois, aujourd’hui, vous aurez le choix entre plusieurs modèles dans cette collection suite à de nombreuses variantes des modèles originaux. Certains dotés de calibres automatiques, qui sont d’ailleurs parfois visibles grâce à des parties transparentes sur les cadrans, d’autres équipés de mouvements à quartz plus discrets. Plusieurs modèles de cette collection offrent aussi des options intéressantes, avec par exemple des complications de chronographe, ou encore une jauge de réserve de marche…

La Nautic-Ski

LIP diver

Sortie en 1967 pour célébrer le centenaire de LIP, la Nautic-Ski était la première montre de plongée française étanche à 200 mètres de profondeur. En 1968, elle fut officiellement lancée en France pour les Jeux olympiques de Grenoble. Ces JO furent d’ailleurs Chronométrés par LIP et Omega. Les versions d’aujourd’hui proposent des options de bracelets perforés du plus bel effet pour ces superbes montres sportives…

La Panoramic

LIP montre minimaliste

Encore une montre de chez LIP qui a marqué les esprits, créée cette fois par le grand Fred Lip en personne. “Le Fred” était considéré comme un génie par certains et comme un fou par d’autres, mais tous s’accordent à dire qu’il a définitivement marqué l’histoire de l’horlogerie. Sur ce modèle sorti à la fin des années 50′, le verre épouse le boîtier, sans lunette pour le maintenir. Une forme novatrice et jamais vue à l’époque, pour un rendu efficace, minimaliste et pour le moins surprenant.