Blancpain: Plus de 280 ans d’expérience de la passion horlogère

Blancpain est considérée comme la manufacture d’horlogerie la plus ancienne du monde entier, rien que ça. Les débuts de cette marque de prestige remontent à 1735, en Suisse, dans un petit village du nom de Villeret. Au fil des années, et malgré certaines périodes d’inactivité, Blancpain a su s’imposer dans le monde de la haute horlogerie, et fait partie aujourd’hui encore des maisons les plus respectées de la planète. Penchons-nous ensemble sur l’histoire et la réussite de ce nom d’exception.

Des débuts modestes avant l’industrialisation

blancpain

C’est Jehan-Jacques Blancpain qui est à l’origine de cette success-story incroyable. Il y a plus de 280 ans donc, Jehan-Jacques ouvre son atelier d’horloger à l’étage de sa maison dans le Jura bernois. Atelier qu’il inscrivit au registre de propriété de sa commune, ce qui marque les débuts officiels de sa marque pionnière dans l’industrie. Les montres de monsieur Blancpain rencontrent très vite un succès d’abord local, puis régional. A cette époque, le modeste entrepreneur ne se doutait certainement pas du succès international qui l’attendait dans le futur…

blancpain origines

La transmission du savoir-faire de Jehan-Jacques à sa descendance va permettre de développer la marque Blancpain en tant que business familial fleurissant. En 1815, 80 ans après la création du premier atelier de Jehan-Jacques, c’est son arrière-petit-fils, Frédéric-Louis Blancpain, qui est à la tête de l’entreprise, et c’est à ce moment-là que la décision est prise de moderniser les techniques de productions afin d’être capable de produire des montres en série. Le petit atelier modeste et traditionnel de Blancpain se transforme alors en une unité industrielle performante et ultra-contrôlée, toujours dans le village de Villeret. Quelques années plus tard, l’entreprise devint même la plus importante du village.

En 1865, l’entreprise continue sur sa lancée et ouvre une usine plus grande, sur deux étages, au bord d’une rivière qui traverse le village. Ce choix n’est pas anodin, puisque l’entreprise utilise l’énergie hydraulique pour alimenter l’usine en électricité et ainsi optimiser sa productivité et ses coûts de production.

Des innovations exclusives et des choix récompensés

Frédéric-Louis est également responsable de certaines innovations technologiques de haut vol qui ont changé l’histoire de l’horlogerie dans son ensemble. Par exemple, c’est lui qui a mis en place le remplacement du dispositif à roue de rencontre par un échappement à cylindre. Une grande première à l’époque, qui est clairement à l’origine de certaines technologies d’aujourd’hui dans le monde de l’horlogerie.

En alliant ce type d’innovation avec des choix stratégiques, tant au niveau industriel comme nous l’avons évoqué plus haut, qu’au niveau politique en se concentrant sur les produits haut de gamme, l’entreprise Blancpain va réussir à sortir son épingle du jeu et à rester en activité pendant le développement industriel de mi-dix-neuvième siècle qui força de nombreux autres acteurs du secteur à fermer leurs portes. La concurrence américaine était rude, en partie en raison des avancées dans le processus de production industrialisée qui avaient eu lieu outre-Atlantique. Les acteurs suisses qui tentaient de se battre sur le même terrain ont eu beaucoup de mal à tenir le coup. Mais les produits de luxe de Blancpain continuaient à plaire, ce qui a maintenu l’entreprise à flots.

Des associations internationales et d’autres innovations

blancpain femme

La première association notable de Blancpain remonte à 1926, lorsque la marque décida de faire équipe avec l’horloger britannique John Harwood, qui était à l’origine du premier brevet de montre-bracelet automatique. John Harwood travaillait en parallèle avec la marque Fortis pour le développement de ces montres d’un genre nouveau, qui furent la base de nombreuses recherches qui ont modelé l’horlogerie telle que nous la connaissons aujourd’hui.

En 1930, Blancpain adapte ce système automatique à une montre-bracelet plus petite et plus élégante, et présente au monde, en collaboration avec Léon Hatot, un bijoutier et horloger français, la “Rolls”, la première montre-bracelet automatique féminine de la planète.

De grands changements, et de grands clients

En 1932, deux ans après le lancement de la “Rolls”, Frédéric-Émile Blancpain décède alors qu’il occupait le poste de directeur de la marque. Sa fille unique refuse de prendre la relève, et laisse Betty Fietcher et André Léal racheter l’entreprise. Les deux nouveaux propriétaires faisaient partie des collaborateurs de Frédéric-Émile, et ils l’avaient épaulé dans ses fonctions de directeur pendant des années. Ils décidèrent dont de continuer sur la lancée de Blancpain en respectant les mêmes règles de qualité, de tendance à l’innovation, et de vision à long terme. L’identité de la marque est sauve, mais son nom doit changer pour des raisons légales puisqu’aucun membre de la famille ne fait partie de ses dirigeants. Elle est donc renommée “Rayville S.A. succ. de Blancpain”. C’est madame Fietcher qui restera à la tête de l’entreprise jusqu’en 1950, avant de passer le flambeau à Jean-Jacques Fietcher, son neveu. Ils parviennent ensemble à prouver au monde de l’horlogerie que ce changement de nom n’affecte en rien les caractéristiques des montres produites, et ils font grandir l’entreprise petit à petit.

En 1953, ils reçoivent une demande d’un client un peu particulier. C’est l’armée française qui leur demande de leur produire une montre à la précision extrême et à la fiabilité sans faille pour équiper les plongeurs de combat. En réponse à cette demande, Jean-Jacques Fietcher fait produire la Fifty Fathoms, qui deviendra une référence absolue dans le monde de la montre de plongée, si bien qu’elle fut portée par le célèbre Jacques-Yves Cousteau avec son bonnet rouge !

blancpain-fifty-fathoms

En 1956, Blancpain lança la Ladybird, une sorte d’évolution de la Fifty Fathoms en plus petite. Tous ces succès firent du bruit dans le monde de la haute horlogerie, et la marque grandissait à vue d’œil. À la fin des années 50, la production de l’entreprise atteignait déjà les 100 000 montres par an.

Pour continuer de grandir, les dirigeants de la marque décident de rejoindre la SSIH: Société Suisse pour l’Industrie Horlogère, ce qui leur permet d’avoir accès à bien plus de moyens et à de nouvelles technologies. Ils augmentent leur production et dépassent les 220 000 montres produites pour l’année 1971.

L’arrivée du Quartz et la deuxième vie de Blancpain

On en a souvent parlé sur notre site, les années 70′ et l’arrivée des premières montres à quartz destinées au grand public ont fait l’effet d’une bombe dans l’industrie de l’horlogerie toute entière. Il a fallu prendre des décisions drastiques pour tout le monde, y compris chez les fabricants suisses qui ont également du faire face à la chute importante du dollar par rapport au Franc suisse et au choc pétrolier de 1973. Les ventes s’essoufflent, certaines maisons ferment, d’autres s’adaptent. La SSIH tient le coup, mais décide en 1983 de vendre Rayville-Blancpain. C’est le fils de Frédéric Piguet, Jacques Piguet, qui rachète la marque avec un collègue, Jean-Claude Biver. Ensemble, ils décident de ne pas de se laisser abattre par le développement des montres à quartz, et continuent à produire des montres-bracelet automatiques avec des complications de plus en plus exclusives. Ils iront même jusqu’à communiquer sur leur décision de ne jamais produire de montre à quartz, comme on le voit sur la publication ci-dessous:

blancpain pub

Blancpain continuent donc à faire ce qu’ils savent faire de mieux: des montres de luxe automatiques aux calibres haut de gamme. Ils mettent un point d’honneur à respecter l’aspect traditionnel de la marque, et se mettent en tête de faire vivre la passion de l’horlogerie traditionnelle et de la manufacture de haute qualité dans un monde qui tendrait pourtant vers les nouvelles technologies et l’industrialisation de plus en plus de choses.

Pari réussi pour la nouvelle Blancpain S.A. qui prouve au monde que les traditions et le savoir-faire sont plus importants que tout le reste. Entre autres, Blancpain présenta au monde une des montres les plus compliquées du monde : la 1735. Il semblerait que le calibre de cette dernière soit si complexe qu’il faudrait un an à un maître horloger pour l’assembler…

De nos jours

blancpain dirigeants

Blancpain continue de faire rêver en nous proposant des montres qui allient à merveille la classe et le savoir-faire d’antan avec les matériaux et les tendances d’aujourd’hui. Elle fait maintenant partie du groupe “Swatch Group”, et c’est Marc A. Hayek qui dirige la marque depuis le début des années 2000. C’est lui qui est à l’origine de gros investissements pour développer la production, mais aussi la distribution internationale de Blancpain. Certains anciens modèles comme la célèbre Fifty Fathoms ont été remis au goût du jour tout en respectant leurs origines, et de nouveau garde-temps véhiculant des valeurs de la maison horlogère la plus ancienne du monde sont proposés régulièrement. Tous sont accueillis avec excitation et envie par le monde des collectionneurs, des amateurs de montres et des connaisseurs du monde entier.

Quelques modèles phares

La Fifty Fathoms

blancpain fifty fathoms

Depuis son premier lancement en 1953 pour les nageurs de combat de l’armée française, la Fifty Fathoms a bien évolué tout en gardant son identité. Elle est utilisée par de nombreux plongeurs professionnels qui lui font confiance pour leurs missions et explorations des fonds marins.

Une des dernières en date est la X Fathoms et son calibre 9918B. Elle est équipée d’un profondimètre mécanique, d’une lunette tournante unidirectionnelle pour empêcher aux plongeurs des erreurs d’utilisation qui pourraient être dangereuses, mais également d’un compteur de 5 minutes rétrograde, d’un indicateur de profondeur sur deux échelles, et d’une option de mémoire de profondeur maximale avec poussoir de remise à zéro sécurisé. Tout est fait sur les différentes versions de la Fifty Fathoms pour permettre aux utilisateurs de plonger en toute sécurité, tout en offrant un design extrêmement travaillé et apprécié.

👉 Voir les prix de la Blancpain Fifty Fathoms

Le Brassus

blancpain compliquation

C’est le nom d’un hameau de la vallée de Joux, dans laquelle se trouve l’usine Blancpain. Cette collection est constituée des montres les plus compliquées de la marque, à l’instar de la 1735 dont nous parlions plus haut. Toutes ces montres sont faites avec les matériaux les plus rares et les plus précieux qu’il soit, offrent des designs raffinés et élégants, et proposent des complications incroyables. Les mouvements sont entièrement ou partiellement visibles, de manière à ce que l’on puisse admirer l’étendue du savoir-faire inimitable des horlogers de chez Blancpain. Le mécanisme Carrousel, oublié pendant des années, a été remis au goût du jour dans cette collection d’exception.

Villeret

blancpain classique

Comme on l’a vu en préambule, Villeret est le nom du village dans lequel tout a commencé pour Blancpain. Il est donc logique que cette collection propose des modèles qui reflètent clairement la simplicité et l’élégance des designs, tout en apportant des caractéristiques techniques de très haut vol. C’est par exemple dans cette collection que l’on retrouve une montre avec une complication indiquant le calendrier chinois traditionnel…

Toutes les montres de cette collection expriment une pureté emplie de traditions, qui font presque penser à un hommage à Jehan-Jacques Blancpain et à ses descendants qui ont créé l’identité de la marque, qui ont fait vivre un savoir-faire unique, et qui nous ont transmis des valeurs intemporelles.

👉 Voir les prix de la Blancpain Villeret

Blancpain : Le mot de la fin

blancpain suisse

On l’aura compris, Blancpain joue la carte de la tradition avant tout, du savoir-faire transmis de génération en génération, et de la complication à outrance. Il s’agit d’une marque considérée comme noble, qui fait régulièrement parler d’elle en bien sur les salons. Elle s’adresse à un public relativement averti, amoureux de l’horlogerie d’antan, sans pour autant oublier les évolutions et les avancées technologiques plus récentes. Avec son aspect de “Maison horlogère la plus ancienne du monde”, Blancpain tente de faire subsister une image de la haute horlogerie qui tend à se modifier avec les années, une image de petite manufacture, qu’il est parfois compliqué de répandre en étant devenu un gros fabricant en usine contrôlée aux côtés d’autres géants de l’industrie.

blancpain marketing

Blancpain axe son marketing sur sa vision en adéquation avec l’Art de vivre, et se rapproche de certains autres secteurs qui s’y rattachent comme par exemple celui de la restauration, en faisant un parallèle entre les mouvements d’un horloger et ceux d’un chef Suisse. Ils s’intéressent également au secteur de la mécanique de luxe comme on peut le voir dans leur partenariat avec la marque Lamborghini. Ces points et bien d’autres montrent que la stratégie de Blancpain reste très axée sur le concept de tradition et de savoir faire hors du commun, en y ajoutant un aspect de plaisir et divertissement et toujours en gardant le produit au centre de tout. Blancpain est une marque fière de ses origines, qui rend hommage à ses ancêtres à travers ses différents garde-temps, et qui semble vouloir nous insuffler des valeurs fortes en rapport avec la transmission d’un savoir, avec l’importance des racines et du passé dans notre monde d’aujourd’hui, et avec une certaine simplicité qui permet de se démarquer du reste…