Tudor Black Bay 58 GMT : la sortie tant attendue ?

Tudor-black-bay-58-gmt
Partager avec vos amis :

Une Tudor Black Bay 58 GMT, c’était le rêve d’un certain nombre de collectionneurs et amoureux du modèle. C’est désormais réalité avec cette sortie à l’occasion des Watches and Wonders 2024.

La Tudor Black Bay 58 est un modèle historique de la marque et représente presque un must have pour certains. De même, la Black Bay GMT et sa fonction si recherchée fait partie des grandes réussites de Tudor. Mais voilà, l’épaisseur et le diamètre de celle-ci pouvait en rebuter quelques-uns. C’est pourquoi Tudor a choisi de réunir les deux et de proposer la lecture de deux fuseaux horaires en simultané avec des proportions contenues au poignet. Voyons tout de suite ce que propose cette nouvelle Black Bay GMT de chez Tudor.

Deux fuseaux horaire pour un boitier aux dimensions contenues

Tudor-black-bay-58-gmt-portee

Crédit : Tudor

La majorité de ceux qui possèdent une Black Bay 58 considèrent ses proportions comme quasiment parfaites. Ajouter la fonction GMT ne change rien, c’est donc 39mm de diamètre, 12,8mm d’épaisseur et 47,8mm de corne à corne que l’on retrouve. Pour les autres spécifications, la couronne est également vissée et offre une étanchéité de 200m à la montre.

Tudor-black-bay-58-gmt-2024

Crédit : Tudor

L’entre-corne est de 20mm, ce qui permet d’en venir aux deux bracelets avec lesquels on peut obtenir cette montre. Un bracelet en acier trois maillons classique de chez Tudor ou un bracelet rubber noir. Les deux disposent de la boucle T-Fit, qui permet un ajustement rapide et sans outil de son bracelet.

L’esthétique Tudor Black Bay

Tudor-black-bay-58-gmt-bracelet

Crédit : Tudor

Penchons-nous désormais sur ce qui est nouveau sur le modèle, autrement dit les caractéristiques de la montre GMT. Car oui, l’intérêt premier de ce modèle, c’est de pouvoir bénéficier de deux fuseaux horaires et de pouvoir les lire simultanément. Tout d’abord, on découvre une lunette en acier bidirectionnelle, avec un insert en aluminium rouge (bordeaux selon la marque) et noir. Elle est graduée sur 24h avec des tons dorés. Ces mêmes tons dorés, que l’on retrouve également sur le cadran, sur les index, la minuterie des secondes ou encore les aiguilles. Le tout s’associe à un cadran noir, et cela n’est pas sans rappelé l’esprit du modèle Black Bay 58 d’origine.

Un calibre certifié COSC et METAS

Pour animer cette montre, ce n’est autre que le calibre manufacture MT5450-U. Ce calibre, qui intègre évidemment la fonction GMT inhérente à ce modèle, est certifié COSC et METAS. Il est à remontage automatique et dispose d’une réserve de marche de 65h. Elle maintient une précision d’entre -2 et +4 secondes par jour et offre une résistance contre les chocs et le magnétisme.

Pour s’offrir cette Tudor Black Bay 58 GMT, il vous faudra compter 4630€ pour la version sur bracelet en acier et 4420€ pour la version avec le bracelet rubber.

Cette sortie va certainement ravir bon nombre de fans de Tudor et de sa Black Bay 58. Et pour ceux qui pourraient être déçus par le coloris du modèle, on imagine que cette sortie laisse présager de futures déclinaisons, vous ne pensez pas ?

Dernière modification de l’article le 09/04/2024

Romain Barrier

Je vois l’horlogerie comme un art. Mon intérêt pour celui-ci passe notamment par son histoire, qu’il s’agisse d’une marque, d’un modèle ou encore un personnage marquant. Mêlant l’Histoire et l’horlogerie, j’ai un petit faible pour les montres militaires, de la field watch à la montre de pilote. Et une fois l’histoire racontée, je n’oublie pas l’essentiel, contempler l’œuvre elle-même. Admirer un cadran ou un mouvement, comme on peut admirer un tableau, une sculpture ou encore une architecture…”


Partager avec vos amis :
Partager:
Written by Romain Barrier
Je vois l'horlogerie comme un art. Mon intérêt pour celui-ci passe notamment par son histoire, qu'il s'agisse d'une marque, d'un modèle ou encore un personnage marquant. Mêlant l'Histoire et l'horlogerie, j'ai un petit faible pour les montres militaires, de la field watch à la montre de pilote. Et une fois l'histoire racontée, je n'oublie pas l'essentiel, contempler l'œuvre elle-même. Admirer un cadran ou un mouvement, comme on peut admirer un tableau, une sculpture ou encore une architecture..."