OW Mk1 detail triangle

Vous connaissez déjà l’histoire de Ollech & Wajs, mais connaissez-vous les nouvelles montres sorties depuis notre article voici deux ans ?

Une nouvelle génération dans le respect du passé

Dans un précédent article, nous avons retracé l’histoire d’Ollech & Wajs, ou OW, cette marque suisse peu connue du grand public, mais très appréciée des connaisseurs. Son ADN peut se résumer comme suit : des montres solides et précises, des mouvements éprouvés, dans des boites robustes avec des cadrans simples et efficaces, et des prix contenus par rapport aux modèles équivalents de la concurrence. Dans une montre OW, pas de fantaisie, pas de fioritures inutiles qui pèsent sur le budget, mais bien des complications utilitaires.

Ce chronographe « Early Bird » est un bel exemple des caractéristiques d’OW : trois aiguilles, un cadran gradué sur 24h utile pour les pilotes, et une lunette 24h tournante pour un second fuseau horaire.

Ollech & Wajs

Early Bird, montre de pilote de la guerre du Vietnam, avec cadran 24h (Crédit OW)

En conclusion de cet article, j’annonçais la reprise de la marque par un collectionneur passionné, et je dévoilais les premières images du modèle annonçant la nouvelle génération initiée par le repreneur. Deux ans plus tard, il est grand temps de faire le point sur les nouveaux modèles qui ont été produits depuis lors.

OW-Pilot MK1 1956

En 2017, Charles P. rachetait la marque à Albert Wajs, et après presque deux ans de gestation, sa première création se voulait être une transition entre le passé et l’avenir. C’est une série spéciale conçue à partir des stocks rachetés à A. Wajs. Produite en seulement 56 exemplaires, elle a été vendue uniquement à des collectionneurs et amis de la marque. Elle reprend l’ADN d’Ollech&Wajs : une montre de qualité, résistante, sobre, de diamètre raisonnable, pour un prix abordable.

Ollech & Wajs mk1

La Mk1, la transition entre le passé et le futur de OW (Crédit MichelOnTime)

Le caractère Swiss Made de la montre a été un fil conducteur dans sa conception.

  • Le boîtier vient du stock de A. Wajs
  • Le mouvement Swiss Made est un ETA 2824-2
  • La montre est assemblée dans le Jura suisse
  • Le verre est un plexi, comme l’étaient souvent les verres des montres avant les années 80.
  • La montre est livrée avec un bracelet cuir venant d’une tannerie de Toscane, et un NATO fabriqué au Pays de Galles, sur une machine suisse dans une ancienne mine de charbon (ça ne s’invente pas!)

Avec un look classique de montre militaire des années 50, la couleur de son cadran varie selon l’éclairage entre l’anthracite et le gris ardoise. Les aiguilles bâton sont couvertes d’un SuperLuminova beige assez discret, comme les index. Seul l’index triangulaire à 12 h a un revêtement orange vieilli, comme la pointe de la trotteuse

J’apprécie le style dépouillé et sobre du cadran, les deux touches d’orange qui tranchent avec le cadran, et la finesse de la lunette. Avec ses 38mm hors couronne, le boîtier peut sembler petit de nos jours, mais c’était une taille tout à fait normale pour une montre d’homme dans les années 50-60. Pour rappel la première OW en 1959 faisait 36,5 mm de diamètre.

Ce modèle est aujourd’hui un collector, ses 56 exemplaires ont été acquis par des passionnés, et la probabilité d’en trouver sur le marché de seconde main est assez faible.

Ollech & Wajs pilot watch

Mk1, détail de l’index et de la pointe de l’aiguille des secondes (Crédit MichelOnTime) Les « Pilot watches »

Les origines historiques

Les deux premiers modèles à avoir été mis sur le marché dans le courant de 2019 s’inspirent clairement de l’aviation. D’abord par leur nom, P-101 et P-104, mais également par le cadran très lisible avec des index bien marqués, une lunette fonctionnelle, une couronne large facile à manipuler. Ces deux modèles partagent les mêmes caractéristiques techniques que nous détaillerons plus loin.

Ollech & Wajs p-101 et p-104

Les P-101 et P-104 côte à côte (Crédit MichelOnTime)

La P-101

La P-101 est directement inspirée du McDonnell F-101 « Voodoo », le premier avion de chasse en service à avoir atteint les 1000 MPH en 1956 (tiens tiens, vous avez dit 1956 ?). Il a été produit en un peu moins de 900 exemplaires et est resté en service jusqu’au début des années 80. Conçu initialement pour accompagner le B-36 (le précurseur du fameux B-52), le Voodoo a finalement été utilisé comme chasseur-bombardier puis comme avion de reconnaissance.

Ollech & Wajs F-101A

Le F-101A, prototype des premiers exemplaires livrés en 1956 (source Internet)

La P-101 sur bracelet cuir (crédit OW)

La P-104

La P-104 s’inspire du Lockheed F-104 Starfighter. Mis en service en 1958, il a été produit à plus de 2500 exemplaires et utilisé par de nombreux pays jusqu’en 2004, soit une longévité de service de 46 ans.

Ollech & Wajs F-104

Le Lockheed F-104 Starfighter, ici la première version construite en série à partir de 1958 (source Internet)

p-104

La P-104 dans ses habits de nuit (crédit OW)

Caractéristiques communes des P-101 et P-104

Les deux modèles partagent plusieurs caractéristiques.

Le diamètre du boitier est de 39,5 mm, et l’épaisseur est de 12,5 mm verre compris. Les cornes sont assez longues et effilées avec pour résultat une hauteur de corne à corne de 49,5 mm, ce qui est assez important, mais la finesse des cornes rend le port de la montre tout à fait confortable.

Ollech & Wajs p-101

Détail de la P-101 montrant la finesse corne (crédit OW)

Le boitier est en acier brossé inoxydable 316L, étampé, usiné et brossé dans le Jura suisse. Le fond et la couronne sont vissés, ce qui permet d’atteindre une étanchéité de 30 bar (300m). Cela est remarquable pour une montre qui n’est pas directement destinée à la plongée. On retrouve ici un trait de caractère des anciennes OW, qui ont proposé très tôt des étanchéités rares pour l’époque.

La lunette est tournante dans les deux sens sur les deux modèles. En effet les lunettes ont une fonction liée à la navigation, ce ne sont pas des montres de plongée. Le verre est saphir avec traitement anti-reflet.

Le calibre automatique est un ETA 2824 modifié OW3, avec 25 rubis et une réserve de marche de +/- 38 h. Le rotor est personnalisé et gravé « Ollech & Wajs Zurich 1956 ». Ce détail ne se voit pas puisque la montre n’a pas de fond transparent, et c’est là sans doute la seule concession au caractère purement utilitaire de ces modèles.

Ollech & Wajs 2824-2

Le calibre 2824-2, qui équipe les cinq modèles de la nouvelle génération (crédit OW)

 

Le fond de boîte des deux modèles est orné du logo « OW Zurich 1956 », accompagné des mentions 300M, Pilot, Water Resistant 300m, Stainless Steel et bien sûr Swiss Made.

Ollech & Wajs P-104

Le fond de la P-104 (crédit MichelOnTime)

Les cornes ont une particularité intéressante : outre les deux trous traversants pour les barrettes de bracelet, deux autres trous permettent de placer le bracelet plus près de la boite. En fonction de l’épaisseur du bracelet, cela permet donc de choisir la paire de trous la plus adaptée.

Détail des cornes de la P-101, avec les deux paires de trous pour le bracelet (crédit MichelOnTime)

Dernier petit détail, le remontoir est orné du logo OW gravé.

Ollech & Wajs couronne

Détail de la couronne (crédit MichelOnTime)

Mais les chanceux qui possèdent un des 56 premiers exemplaires ont une autre couronne, marquée du numéro de série.

Ollech & Wajs couronne numero

Détail de la couronne numérotée, pour les plus chanceux (crédit MichelOnTime)

Finalement, plus de 90% des composants sont d’origine suisse, assemblée dans le Jura suisse. Les montres OW sont garanties trois ans contre tout défaut de fabrication.

Avec ces deux modèles, OW réussit à retrouver l’ADN des premières montres des années 50 et 60 sans tomber le moins du monde dans le plagiat ou la simple copie. La comparaison de la P-101 avec cette OW Diver de 1959 montre de nombreux points communs : cornes fines et longues, lunette utilitaire, index bâtons bien lisibles, trois aiguilles et dateur. Et pourtant, l’une est une montre de pilote, l’autre une plongeuse.

Ollech & Wajs zurich

La P-101 dans le détail

La principale caractéristique de cette P-101 est la neutralité des couleurs de son cadran et de sa lunette : fond gris anthracite mat, aiguilles en acier brossé, SuperLuminova jaune pâle. Les index des points cardinaux sont en acier tandis que les autres sont simplement peints sur le cadran. La lunette en acier recouvert de PVD noir présente en alternance les index de 1 à 12 gravés et des bâtons peints. La lunette tourne dans les deux sens, sans les « clics » habituels des plongeuses, mais sans pour autant tourner de manière incontrôlée.

Ollech & Wajs 1956

L’aiguille des minutes vaut le détour : une large aiguille bâton en acier brossé avec un design quadrillé, en forme d’échelle. La luminescence du cadran (le « Lume ») est un peu en retrait par rapport à ce que l’on pourrait attendre d’une montre de pilote : seules les aiguilles et les index cardinaux sont recouverts de ce SuperLuminova jaune pâle, et sa luminescence est assez faible. Est-ce un problème ? Ce ne l’est pas pour moi, qui n’ai pas un besoin fréquent de cette fonction. Ça pourrait l’être pour quelqu’un travaillant la nuit par exemple. Mais comme indiqué au début de la description, cette couleur jaune pâle fait justement le charme de ce modèle, associés au cadran gris anthracite. Et c’est une des différences avec le modèle suivant, la P-104.

La P-101 est livrée avec un bracelet en cuir fabriqué en Italie.

Ollech & Wajs bracelet cuir

Le bracelet en cuir italien qui équipe la P-101 (crédit MichelOnTime)

Mais elle peut aussi être équipée d’un bracelet métallique, dit « à grains de riz ». Les premiers exemplaires de ce bracelet comportaient des imperfections qui ont été corrigées rapidement. Pour l’avoir eu en main, je trouve que ce bracelet est très agréable au toucher et très confortable à porter.

Ollech & Wajs p-101

La P-101 équipée du bracelet “grains de riz” (crédit OW)

Le bracelet “grains de riz”, disponible sur les montres de pilotes et les plongeuses (crédit OW)

La P-104 dans le détail

Au contraire de la P-101, la P-104 affiche clairement ses couleurs : cadran noir, aiguilles et index d’une couleur orange bien nette, ni trop rouge, ni trop jaune, le contraste de ces deux couleurs saute aux yeux. Après quelques clignements d’œil, le regard est attiré par la lunette graduée extérieure, puis par la règle graduée intérieure située au pourtour du cadran. Ce sont là les seules différences concrètes entre la P-101 et la P-104, et pourtant ces deux modèles paraissent complètement différents.

L’index à 12h est un large triangle, les index à 3h et 9h sont identiques à ceux de la P-101, excepté la couleur, en revanche il n’y a pas d’index à 6h sous le dateur, l’espace est occupé par la lunette intérieure.

La principale caractéristique technique de ce modèle, ce sont ses deux règles graduées. La première se trouve sur le pourtour du cadran, et la seconde sur la lunette. A première vue, l’indication « km » sur la graduation intérieure pourrait laisser penser qu’il s’agit d’un tachymètre, mais pourtant il n’en est rien, ce sont les deux parties d’une règle à calcul, que seuls les pilotes sont (censés être) capables d’utiliser. La lunette peut être tournée dans les deux sens puisqu’il ne s’agit pas d’une lunette pour plongeur.

La P-104 est livrée avec un bracelet NATO aux couleurs assorties à son cadran. Elle peut également être livrée avec le bracelet acier « grains de riz ».

Ollech & Wajs P-104

La P-104 avec son bracelet NATO assorti (crédit OW)

 

Ollech & Wajs xamlam

Ma P-104 personnelle montée sur bracelet Xamlam fait main (Crédit MichelOnTime)

Les « Dive watches »

Les deux nouvelles montres de plongée résultent de la même démarche que celle des P-101et P-104 : deux modèles techniquement identiques, mais au design et aux couleurs bien distincts. Commençons par un rappel historique.

Rappel historique

Avant de parler des deux modèles suivants, il est nécessaire de « replonger » dans le passé pour rappeler l’histoire de la Caribbean.

Sortie en 1964, la Caribbean a été la première montre de plongée étanche à 1000m, soit bien avant la Seamaster 1000 de Omega sortie en 1971. Elle était équipée d’un boitier étanche d’une pièce, breveté par Paul Jenny en 1963. Le boitier étant monobloc, le mouvement était introduit par le haut. Le système était tel que l’utilisateur pouvait démonter facilement le boitier, par exemple pour changer le verre, tout en préservant l’étanchéité.

Détail du système breveté par Paul Jenny (crédit OW)

Mais Jenny ne disposait pas des moyens nécessaires à la production de montres finies, il s’associe alors avec Ollech & Wajs qui reçoit en contrepartie le droit de vendre la Caribbean en son nom dès le début du projet. D’autres marques suivront. A la même époque, la Rolex Submariner ne pouvait descendre qu’à 200m. La Caribbean était proposée avec différentes lunettes : pour indiquer le temps de plongée écoulé ou le temps de décompression, ou une lunette GMT 12h.

La Caribbean version Ollech & Wajs a été utilisée par Alberto Novelli, pionnier italien de la plongée, qui a inspiré Enzo Maiorca, le fameux « Enzo aka Jean Reno » du film « Le grand bleu ». Alberto Novelli a été recordman de la plongée avec scaphandre à 131 m en 1959, puis recordman de plongée en apnée dynamique à 41m en 1956, 1956 qui est par coïncidence la date de la création de Ollech & Wajs.

On voit Alberto Novelli sur cette photo portant la Caribbean 1000, en compagnie de Cesare Olgjai, avec qui il a partagé le record de plongée en scaphandre en 1959.

La Caribbean 1000, avec les plonegeurs Alberto Novelli et Cesare Olgjai (crédit OW)

Autre exemple du professionnalisme de la Caribbean, en 1968, la Global Marine Inc., concurrent américain de la COMEX en Californie et spécialisée dans les travaux sous-marins, a testé une Caribbean 702 dans les pires conditions de travail possibles (63 plongées, jusque 120 m de profondeur, séjours en caisson hyperbare, chocs thermiques résultant d’une température extérieure de -33°C).

Dans un courrier daté du 6 mars 1968 retrouvé dans les archives d’OW, Robert D. Howard, Diving Supervisor chez Global Marine, atteste de l’excellente résistance de la Caribbean qui a continué à fonctionner sans le moindre problème après quatre mois d’usage intensif.

Pour en finir avec ce chapitre historique, le nom Caribbean est actuellement propriété de la famille Jenny, toujours active dans les montres de plongée à travers la marque Doxa, rachetée en 1997. C’est pour cette raison que Ollech&Wajs ne peut plus faire référence à la Caribbean pour ces deux nouveaux modèles, même si l’histoire prouve à souhait la légitimité de l’héritage.

Caractéristiques communes des deux plongeuses

La première caractéristique commune aux deux nouvelles plongeuses est bien sûr leur étanchéité à 1000m. Et cette étanchéité est atteinte sans devoir utiliser un boitier monobloc, grâce à trois caractéristiques :

  • une couronne vissée équipée de 3 joints d’étanchéité,
  • un fond vissé renforcé,
  • un verre bombé sensiblement plus épais, comme le montre l’illustration ci-dessous.

Comparaison des épaisseurs de verre : en haut le profil de la P-101, en bas celui de la C-1000 (crédit OW)

Une autre caractéristique frappante de ces deux plongeuses, c’est leur diamètre tout à fait contenu. En effet le marché regorge de montres de plongée aux dimensions généreuses, avec des diamètres de 44, voir 46 mm. Au contraire, les dimensions du boitier de ces deux plongeuses sont identiques à celles des P-101 et 104 : 39,56 mm de diamètre hors couronne, et 49,50 de haut. Le boitier est également en acier brossé inoxydable 316L, étampé, usiné et brossé dans le Jura suisse. La couronne a également une largeur généreuse de 6,1 mm. Notons que contrairement aux deux montres de pilote, les cornes ont juste une paire de trous traversants pour le bracelet.

S’agissant ici de montres de plongée, la lunette tourne de manière unidirectionnelle.

Le calibre est le même que celui utilisé dans les P-101 et 104 : ETA 2824-2.

En résumé, ces deux plongeuses ont des caractéristiques assez similaires aux deux pilot watches, et pourtant elles sont totalement différentes au poignet. Passons en revue ces particularités.

La C-1000 dans le détail

La C-1000 est assez fidèle à son illustre devancière : mêmes dimensions, cadran sobre, noir, ponctué d’index luminescents, lunette fine, pas de doute, au premier regard la filiation est évidente. Les différences sont plus subtiles : les cornes sont plus longues et droites, le dateur s’est déplacé à 6h pour laisser la place à la mention « C-1000 », les aiguilles sont plus massives, et reprennent la typologie des P-101 et 104, l’aiguille des secondes en particulier est sensiblement plus présente sur le cadran.

On est ici clairement dans la version sobre du binôme « plongeuses ».

Ollech & Wajs C-1000

La C-1000 aux côtés de la Caribbean 1000 des années 60 (crédit OW)

La C-1000 est livrée avec un bracelet RAF noir, mais peut aussi être livrée avec un bracelet caoutchouc ou le bracelet grains de riz mentionné plus haut.

Ollech & Wajs c-1000

La C-1000 sur bracelet caoutchouc (crédit OW)

L’Ocean Graph dans le détail

Historiquement, les montres dites « Caribbean » commercialisées par Jenny, OW ou les autres marques sous licence ont également été déclinées dans différentes couleurs, comme le jaune, l’orange, le rouge, ou le bleu. Pour cette nouvelle génération d’OW, c’est le bleu qui a été retenu.

Ollech & Wajs ocean graph

Ocean Graph sur bracelet perlon (crédit MichelOnTime)

De nouveau, les caractéristiques techniques de cette Ocean Graph sont quasiment identiques à la C‑1000, et pourtant c’est une toute autre montre : cadran bleu, index et aiguilles orange au lieu du vert pâle, large lunette colorée reprenant les tables de décompression pour les plongeurs, et même le bracelet bleu et blanc en perlon qui contraste avec le NATO RAF noir de la C-1000.

Je voudrais mettre en évidence une particularité que je trouve intéressante : la finesse apparente de la lunette de la C-1000 comparée à celle de l’Ocean Graph. Ce n’est pourtant qu’une impression, puisse les dimensions sont les mêmes. Et cela s’explique par le fait que la lunette de la C-1000 est biseautée, et que le pan incliné est en acier apparent, tandis que l’insert minéral est noir. Ce petit détail donne l’impression que la C-1000 est sensiblement plus fine que l’Ocean Graph.

Ollech & Wajs lunette

Comparaison de la lunette de la C-1000 (en haut à gauche) et de l’Ocean Graph (en bas à gauche), et détail de la lunette et de l’insert de la C-1000 puis de l’Ocean Graph (crédit MichelOnTime)

Pour ceux que cela intéresse, le site Internet OW détaille la façon d’utiliser les tables de décompression.

Les tables de décompression sur la lunette de l’Ocean Graph (crédit OW)

 

Le positionnement sur le marché

Les montres OW se positionnent clairement sur le marché du Swiss Made avec un rapport qualité prix très intéressant.

Rappelons tout d’abord que ces montres sont à plus de 90% Swiss Made, hors bracelets et emballages qui proviennent pour leur part de différents pays européens (Italie, Grande-Bretagne, Slovénie).

Pour rappel, le label Swiss made impose, entre autres critères, que minimum 60% du prix de revient soit généré en Suisse. Dans le cas des montres OW, le niveau de « Swissness » est bien supérieur à 60%, puisque 90% des composants sont d’origine suisse, et ce qui ne l’est pas (essentiellement bracelets et emballages) n’est certes pas ce qui coute le plus cher dans une montre.

Le site Internet reprend les prix des modèles, les voici arrondis :

  • Moins de 900€ pour la P-101
  • Moins de 1000€ pour la P-104
  • Moins de 1400€ pour la C-1000
  • Moins de 1450€ pour l’Ocean Graph
  • Et vous pouvez ajouter 130€ pour le bracelet acier.

Que ce soit pour les montres de pilote ou pour les plongeuses, ces prix sont très concurrentiels sur le marché du Swiss Made. Par exemple, j’ai fait quelques recherches de prix sur Internet pour des montres de plongée étanches à 1000m : les prix varient entre 1.800€ et 11.000€. Je pense donc que les montres OW sont vendues à des prix tout à fait concurrentiels. Et c’est particulièrement le cas pour les deux plongeuses à 1000m, parce que c’est une caractéristique très rare qui se paye d’habitude très cher.

Conclusion

Quatre ans après la reprise de la marque, et deux ans après la sortie du premier modèle, la gamme de la nouvelle génération compte déjà cinq montres, cinq modèles bien différents, mais qui partagent un même ADN, c’est indéniable.

Au fil de ces deux dernières années j’ai pu suivre la genèse des P-101, P-104, C-1000 et Ocean Graph, et j’ai toujours été épaté par la passion qui anime Charles P. à chaque étape du déroulement des projets. Quand on pense que le projet est abouti, il revient à la charge avec telle ou telle amélioration, mais en gardant toujours à l’esprit le fait que la montre doit continuer à offrir un très bon rapport qualité prix.

La Pilot MK1 1956 est une petite perle, c’est en quelque sorte un message à l’héritage OW et qui lui dit « Merci de m’autoriser à faire vivre cet héritage, et voici comment je compte le faire. »

Le binôme de « pilot watches » propose deux modèles bien différents : la P-101 est sobre et sage, tandis que la P-104 est plus colorée et enjouée.

Même principe pour les deux plongeuses : la C-1000 est l’héritière directe de la Caribbean, et l’Ocean Graph reprend l’esprit des modèles plus colorés qui ont suivi.

Personnellement, ma préférence va à l’Ocean Graph. Je la trouve vraiment épatante. Lors de plusieurs rencontres avec Charles P., j’ai eu la chance de voir évoluer les différentes nuances de bleu du cadran au fil de la conception du modèle, et je peux vous dire que le bleu qui a été retenue est un vrai coup de cœur.

Voici la photo d’un prototype (à gauche), et le modèle définitif.

Ollech & Wajs oceangraph

Evolution de l’Ocean Graph, du stade de prototype au modèle final (crédit MichelOnTime)

Et le futur ?

Logiquement Charles P. s’attaque maintenant à un autre pan de l’histoire d’OW : les chronographes. Le premier chronographe OW est sorti en 1963, il était équipé d’un calibre Valjoux 92. Par la suite, plusieurs chronographes ont suivi, comme le Navichron, l’Astrochron, le Selectron, et, pour changer des suffixes en -chron, la Silvernight qui détonne par rapport aux autres modèles avec sa lunette acier.

OW silvernight

La Silvernight, de 1969 (crédit OW)

Gageons que Charles P. saura trouver son inspiration dans le riche patrimoine de la marque pour nous proposer un chronographe digne de ses prédécesseurs.

Une photo de famille pour terminer

Ollech & Wajs differentes generations

La photo de famille des cinq OW de la nouvelle génération (crédit MichelOnTime)

Partager:
Written by MichelOnTime
Passionné d'horlogerie depuis une dizaine d'années, je m'intéresse autant aux marques qu'aux montres, et suis toujours à la recherche de nouvelles marques. Au-delà des aspects techniques et esthétiques de l'horlogerie, j'aime beaucoup rencontrer les créateurs de marques moins connues, comprendre leur démarche, et les faire connaître. Difficile de vous dire quelles sont mes marques préférées, disons IWC, Tudor, mais aussi Seiko, Ollech & Wajs et Gavox, et beaucoup d'autres. Je porte un intérêt particulier aux Tissot T12, une appellation peu connue et créée à l'occasion de la sortie du film de Cousteau "Le monde du silence" en 1956.