Bovet 1822 : histoire et rencontre passionnante

LC_Banner_728x90_v1
LC_Banner_728x90_v2

Saviez-vous qu’Edouard Bovet était considéré comme l’inventeur du fond de boîte transparent et comme le premier horloger suisse à se rapprocher du marché Chinois dès le début des année 1800 ?Bovet a eu un parcours semé d’embuches mais semble reprendre du poil de la bête dans un secteur bien spécifique depuis quelques années. La maison Bovet est maintenant reconnue pour la qualité technique et esthétique de ses montres qui rentrent dans la catégorie Haute Horlogerie. Découvrons ensemble l’histoire passionnante de la famille Bovet et de la maison horlogère qui porte leur nom, avant de se pencher sur notre rencontre avec leurs équipes lors des Geneva Watch Days 2020, événement durant lequel nous avons également eu la change d’échanger avec MB&F et bien d’autres.

Bovet 1822: les origines

Edouard Bovet

C’est Édouard Bovet, né en 1797 et fils d’horloger à Fleurier dans le canton de Neuchâtel en Suisse, qui sera à l’origine de la maison horlogère Bovet. Après un apprentissage en horlogerie, il décide de se rendre à Londres, alors considérée comme la plaque tournante du commerce horloger pour toute l’Europe ( On rappelle que Rolex tire également ses origines de Londres en 1905). Édouard arrive donc au Royaume-Unis avec deux de ses frères en 1814 et 4 ans plus tard, il décide d’embarquer en direction de la Chine avec quelques montres de poche haut de gamme avec lui dans le but de les vendre sur place et ainsi de créer les premières relations helvetico-chinoises en terme d’horlogerie. Mission réussie puisqu’après près de 4 mois de traversée pour arriver à Canton, il parvient très rapidement à vendre quatre montres de poche pour une valeur total de 10 000 Francs Suisses de l’époque, ce qui représenterait aujourd’hui pas moins d’un million de dollars.

Enchanté par la réussite de ce coup de maître, Edouard Bovet s’installe à Canton et crée en 1822 une structure avec 3 de ses frères: l’entreprise Bovet qui se concentre sur le commerce horloger entre le Royaume-Unis et le territoire chinois. Une usine de fabrication est alors mise en place à Fleurier, leur ville d’origine, et c’est donc de là que vient le “1822” que l’on retrouve associé au nom Bovet aujourd’hui.

Bovet Zodiac 24H, 1850

Bovet Zodiac 24H, 1850
Source: Bovet.com

Les montres de poches Bovet rencontrent un succès considérable en Chine et deviennent même une monnaie d’échange dans certaines parties de la société. Elles sont reconnues comme des pièces fiables, d’une beauté alors inégalée et deviennent l’incarnation du luxe de l’époque. En moins de 30 ans, Edouard Bovet qui s’éteindra en 1849 a donc pu se venter d’avoir créé avec ses frères un véritable monopole dans ce pays au potentiel gigantesque, bien qu’en partie affecté par la guerre de l’opium qui opposa la Chine a l’ Angleterre entre 1839 et 1842.

L’implication de Bovet dans l’Empire du Milieu continuera tout de même après le décès d’Edouard Bovet. On peut le voir par exemple lors de la première exposition universelle en 1855 à Paris à laquelle des montres émaillées de chez Bovet commandées par l’empereur de Chine furent présentées, et avec les collections destinées au marché chinois datant d’après cette date.

bovet 1855

Cependant, 1855 marque également le début du déclin du monopole de Bovet en Chine avec l’arrivée de la concurrence en provenance de France, des Etats-Unis, et du territoire chinois lui-même qui se lance dans la production de montres locales et de contrefaçons de Bovet et autres. En 1864, voyant leur succès chinois en déclin, les membres de la famille Bovet à la tête de la maison horlogère décidèrent de vendre leurs parts de l’entreprise à certains des individus en charge de leur manufacture de Fleurier. Ces derniers continuèrent la production de montres de poche pour le marché chinois mais en bien plus petites quantités, tout en proposant leurs services de production à d’autres marques de montres de l’époque. La maison Bovet fut ensuite vendue en 1888 et le nom fut vendu aux enchères à Paris en 1901, puis racheté à nouveau en 1918 par un fabricant de montres pour le marché chinois. Ce dernier fit faillite dans les années 30 et le nom Bovet fut récupéré par la famille Bovet en 1932, principalement par Jean et Albert Bovet, horlogers à succès.

En 1948, c’est le groupe suisse Favre-Leuba qui racheta la marque et la manufacture. Ils arrêteront de produire des montres sous le nom Bovet deux ans plus tard et utiliseront la manufacture pour produire leurs propres garde-temps jusqu’en 1966, année à laquelle ils revendront la marque et les infrastructures Bovet à un groupe d’horlogers indépendants. La marque re-changera de propriétaires en 1989 et la société Bovet Fleurier SA sera créée en 1990, puis rachetée en 1994, puis en 2001 par le propriétaire actuel: Pascal Raffy.

Bovet Fleurier SA: la marque aujourd’hui

Recital-22-R220001-bovet

Source: Bovet.com

C’est sous la direction de Monsieur Raffy que Bovet Fleurier SA va racheter des unités de production et en changer les standards pour créer Dimier 1738 Manufacture de Haute Horlogerie Artisanale, une structure capable de proposer des mouvements à complications multiples haut de gamme pour équiper les montres Bovet. En 2020, elle emploi 73 personnes dans 41 métiers différents. La même logique fut appliquée pour le travail des cadrans et les taches de sertissage: Pascal Raffy racheta une manufacture spécialisée dans ces deux activités à Plan-les-Ouates à Genève et imposa une restructuration ainsi que certains changements d’organisation et de standards pour créer Bovet 1822 Manufacture de Cadrans et de Sertissages, en charge donc de ces tâches très importantes sur les montres de la maison.

Aujourd’hui, environ 150 employés travaillent chez Bovet Fleurier SA et les manufactures Dimier pour une production annuelle d’environ 800 pièces dont un tiers de commandes sur mesure. Il est intéressant de noter que depuis les débuts de l’aventure, de nombreuses femmes occupent des postes très importants dans la décoration, la finition et autres étapes de la conception des montres Bovet et que c’est bien heureusement toujours le cas aujourd’hui.

Les spécificités et quelques brevets des montres Bovet

Bovet de poche, fin 19ème

Bovet de poche, fin 19ème
Source: Christie’s

Dès les débuts de la manufacture Bovet en 1822, les montres qui en portent le nom sont reconnues pour leur niveau de finition hors du commun et pour l’attention qui est portée aux détails notamment en ce qui concerne la décoration du cadran, des boîtiers, mais aussi du mouvement. C’est d’ailleurs Edouard Bovet, comme on le disait en introduction, qui dès le début des années 1800 est considéré comme l’inventeur du fond de boîte transparent qui permet d’admirer le mouvement en action ainsi que le travail technique et esthétique réalisé sur les différentes parties de ce dernier. Ce style de décoration s’est encore intensifié lors du succès fulgurant de la marque en Chine. Un des points très appréciés par les clients chinois était la possibilité de voir une partie du mécanisme horloger en action. La maison Bovet a donc beaucoup travaillé sur le concept du mouvement squelette, sur la miniaturisation des pièces et sur les différentes techniques de finitions et de décoration pour répondre aux demandes de ces nouveaux clients asiatiques de l’époque.

bovet fleurier 19eme siecle

Bovet Fleurier 19eme
Source: bonhams

Lorsque les cadrans n’étaient pas ajourés, ils étaient tout de même très finement fini et décorés, et un gros travail était également fait sur l’extérieur des boîtiers des montres de poche. Encore une fois pour plaire aux clients chinois, ce sont des scènes de vie européennes ainsi que des représentations tirées de différentes faunes et flores qui étaient privilégiées pour ce qui est des thèmes. Ces concepts persisteront tout au long de l’histoire de Bovet.

Concernant les brevets importants déposés par la marque, on peut relever celui d’une montre de poche équipée d’un mouvement de chronographe flyback avec trotteuse pouvant mesurer des temps jusqu’à 24 heures déposé en 1889, ou encore celui du chronographe mono-rattrapante déposé en 1939. Pour rappel, un chronographe à rattrapante classique lance deux aiguilles superposées lorsque l’on déclenche la fonction chrono et permet d’arrêter une seule des deux aiguilles pendant que l’autre continue sa course de manière à mesurer des temps intermédiaires. L’aiguille arrêtée rattrape ensuite celle qui avait continué sa course à la pression d’un bouton, d’où le nom de chronographe à rattrapante. Sur le chronographe mono-rattrapante, le déclenchement du chrono ne lance qu’une seul aiguille, mais il permet tout de même de mesurer des temps intermédiaires en arrêtant cette aiguille, puis en relâchant le bouton poussoir, elle ira continuer sa course en reprenant là où elle aurait été si on ne l’avait pas arrêtée.

C’est aussi en 1939 qu’apparu le brevet de la montre Chevalet, une montre de poche qui devient en un clin d’oeil une horloge de bureau. Ce concept était révolutionnaire à l’époque et fut réinterprété plus récemment, en 2010, avec le lancement par Bovet du boîtier convertible Amadeo qui peut passer d’une montre bracelet à une montre de poche et à une montre de bureau sans outil et en quelques secondes seulement.

Notre rencontre avec Bovet aux Geneva Watch Days 2020

 

En 2020, la quasi-totalité des salons horlogers furent annulés en raison de la crise sanitaire internationale. Cependant, certains rendez-vous, principalement destinés aux professionnels, furent adaptés. C’est le cas des Geneva Watch Days, une sorte de salon aménagé pour les horlogers indépendants auquel de très prestigieuses maisons, dont Bovet, ont participé, ce qui nous a permis de les rencontrer. Lors de notre rencontre avec Bovet, voilà ce que nous avons découvert:

19Thirty Fleurier

bovet 19thirty front bleue

Nous avons eu l’occasion d’admirer et d’essayer un modèle de la collection 19Thirty Fleurier dévoilée par Pascal Raffy en 2015. Le nom de la collection 19Thirty, qui signifie 1930, fait référence à cette période importante dans le monde de l’horlogerie à laquelle les montres de poche ont doucement laissé leur place aux montres-bracelet. Ce changement fut une véritable révolution dans le secteur et elle donna lieu à de nombreux autres changements, notamment en ce qui concerne l’utilisation de nouveaux matériaux comme des verres plus solides que les verres minéraux simples des montres de poche, ou encore la démocratisation de l’acier pour ce qui est des boîtiers, etc.

Pour symboliser cette révolution, c’est le boîtier Fleurier, avec une imposante couronne à 12h et qui peut facilement passer du mode montre bracelet au mode montre de poche, qui équipe les modèles de cette collection 19Thirty Fleurier. la référence que nous avions entre les mains est la NTS0030 au boîtier de 42 millimètres de diamètre en acier avec un fond de boîte en verre saphir qui laisse admirer le calibre 15BM04 spécialement conçu par les artisans de Dimier 1738 pour entrainer les 18 références de la collection 19Thirty. Il s’agit d’un mouvement mécanique à remontage manuel offrant en plus des aiguilles des heures et des minutes sur le cadran principal, un cadran petite-seconde à 6h et un indicateur de réserve de marche allant jusqu’à 7 jours. Les longues réserves de marche sont d’ailleurs une constante de la marque.

bovet 19thirty bleue back

Le chronomètre “Chevalet” dont nous parlions plus tôt a prêté plusieurs de ses caractéristiques à certains modèles de 19Thirty Fleurier. C’est le cas par exemple des chiffres en index de cette pièce historique que l’on retrouve sur certaines références. La NTS0030 que nous avons découvert propose elle des index en chiffres romains, ainsi qu’un cadran bleu et une gravure rehaussée de laque bleue elle aussi. Cette fine pièce au boîtier en acier est aussi bien destinée aux hommes qu’aux femmes et transmet une émotion au croisement entre le respect de l’héritage et l’envie d’aller de l’avant.

Dimier Récital 29

bovet recital 29 vert front

Une seconde référence que nous avons pu observer aux GWD était la Dimier Récital 29 dans sa version verte. Dimier est le nom d’un second boîtier fréquemment utilisé chez Bovet depuis quelques années qui possède des cornes plus classiques que l’original boîtier Fleurier dont on parlait à l’instant, et qui adopte une forme bien particulière avec un profil en écritoire, qui tire son nom des des anciens bureaux d’écritures en bois qui étaient inclinés de la même manière. Cette boîte permet une lecture agréable au poignet et un espace à 12h plus épuré que sur le boîtier Fleurier grâce à sa couronne placée à 3h.

bovet recital 29 dimier side

Cette Récital 29 est donc équipée d’un boîtier Dimier en acier de 42 millimètres de diamètre avec un cadran vert bombé, guilloché et laqué, excentré à 12h, sur lequel on peut lire les heures et les minutes. Le fond de boîte est ici aussi en verre saphir, ce qui nous laisse observer l’incroyable travail de décoration du calibre qui entraine le garde-temps, offrant un indicateur de réserve de marche qui va jusqu’à 5 jours, ainsi qu’une complication de phase de lune de précision dans un indicateur à 6h. La couronne à 3h est sertie d’un beau saphir bleu et le tout est monté sur un superbe bracelet en alligator vert avec une boucle ardillon en guise de fermoir.

bovet recital 29 vert fond

Miss Audrey – Edition 2020

bovet miss audrey bleue 2020

Nous avons également pu admirer et manipuler deux modèles de la collection Miss Audrey édition 2020. Ces montres sont équipées du fameux boîtier Amadeo en acier de 36 millimètres de diamètre pour 11 millimètre d’épaisseur. Il s’agit du boîtier dont on parlait plus tôt qui permet de transformer la montre bracelet en une montre de poche ou en une montre de bureau en un clin d’oeil et sans outil. Il s’agit de la montre la plus légère de la collection actuelle.

Les nouveautés 2020 sont ces deux cadrans: Un vert et un bleu étoilé. Le vert reprend le concept de la majorité des cadrans de cette ligne “Miss Audrey”, à savoir un guillochage aux motifs précis et un laquage de l’exacte même couleur que le bracelet destiné à chaque référence. Le bleu étoilé, lui, offre un aspect “voie lactée” qui ajoute une profondeur du plus bel effet au garde-temps.

bovet Miss Audrey vert 2020

La bélière à 12h et la lunette sont serties de diamants, pierre que l’on retrouve également pour les index des heures sur le cadran. Les deux aiguilles serpentines indiquant l’heure et les minutes ajoutent un détail original et élégant à cette pièce féminine très réussie. On retrouve encore une fois un saphir bleu sur la couronne à 12h, mais également sur les boulons de part et d’autre de la bélière. Le fond de boîte est en acier et ne laisse pas voir le mouvement automatique de 42h de réserve de marche. Cette pièce respire le classicisme, tout en apportant de petites touches contemporaines agréables.

Virtuoso VIII – Chapter Two- Édition limitée

Bovet virtuoso VIII chapter 2 front

La dernière pièce que nous avons découvert avec l’équipe de Bovet est ce superbe Virtuoso VIII Chapter Two en Édition limitée. L’évolution donc du Virtuso VIII classique. On retrouve ici un boîtier exclusif en or rose résultant du mariage du Fleurier et du Dimier, sur lequel on découvre une couronne à midi et un profil incliné en écritoire. Cette pièce en édition limitée à 39 exemplaires seulement offre une cage de tourbillon double-face brevetée par la marque, tout comme le mécanisme de remontage de la montre, qui contient un système de différentiel, que l’on découvre à 12h sur le cadran, qui permet d’éviter d’avoir un long train de rouages qui prendrait beaucoup de place et de limiter le nombre de tours de couronne nécessaires pour remonter la montre qui offre une réserve de marche incroyable de 10 jours.

Le design du cadran a évolué par rapport au Virtuso VIII classique et on retrouve maintenant deux imposants cercles à 10h et 2h qui se rejoignent au centre du cadran et qui forment donc le chiffre 8 horizontalement, chiffre symbolisant la chance mais aussi l’infini et la perfection dans différentes cultures. Ces deux cercles à 10h et 2h affichent respectivement l’indicateur de réserve de marche, et la complication de grande date en une double fenêtre.

Bovet Virtuoso VIII chapter 2 back 3

Autour de la cage du tourbillon volant que l’on retrouve à 6h, on découvre une échelle des secondes sur laquelle se déplace une petite aiguille vissée à une des roues de la cage, qui indique donc les secondes qui s’écoulent. Le fond de boîte en verre saphir laisse encore une fois admirer la précision avec laquelle le calibre spécifiquement développé pour l’occasion est décoré. Le tout est une pièce grandiose, explosion de technicité et véritable chef-d’oeuvre mêlant encore une fois le passé et le présent, allant piocher de très fortes inspirations dans l’héritage de la marque et en y ajoutant des technologies modernes exclusives à Bovet.

Conclusion

La maison Bovet a donc une une histoire mouvementée comme c’est souvent le cas dans les marques si anciennes. Elle a changé de propriétaires à de nombreuses reprises, mais l’équipe actuelle semble porter un point d’honneur à respecter les principes qui ont fait le succès de Bovet depuis ses débuts. La marque tire son épingle du jeu en proposant des garde-temps de Haute Horlogerie qui ne ressemblent à rien d’autre sur le marché et en créant ses propres tendances.

Le style Bovet est résolument classique et rend hommage à un design et une technologie d’un autre temps qui ont contribué à faire de l’horlogerie ce qu’elle est aujourd’hui, tout en y ajoutant une vision moderne, des technologies exclusives et des concepts innovants. Les résultats sont des pièces affirmées, souvent tape-à-l’oeil, véritables chefs-d’oeuvre au niveau de la mécanique et de la décoration du mouvement comme du reste. Ces petites oeuvres d’art pour poignet ne plairont certainement pas à tout le monde, mais les connaisseurs reconnaitront un travail impressionnant et une maitrise parfaite d’une très grande partie de l’Art Horloger. Tout est là pour confirmer son poste de grand acteur dans le petit monde des horlogers indépendants que l’on va continuer à suivre de près.