L’histoire de Grand Seiko

Naissance et développement de Grand Seiko

grand seiko naissance

L’histoire de la naissance de Grand Seiko est presque digne d’une légende arthurienne. Elle pourrait même servir d’introduction à une histoire fantastique dans l’univers du Japon avec des héros légendaires qui s’engagent dans une quête de tous les instants. Voyez plutôt :

En 1960, une équipe constituée uniquement des meilleurs horlogers créateurs et techniciens de chez Seiko, dirigée par Tsuneya Nakamura qui était à l’origine de la Seiko Marvel dont on parlait plus tôt, est envoyée dans les hauteurs des montagnes de la préfecture de Nagano au Japon, avec une mission toute particulière : créer la montre la plus performante, la plus précise, la plus robuste et la plus fiable qu’il soit. Ce chef-d’œuvre prouverait alors l’ampleur de la maitrise horlogère par la firme Japonaise et serait considéré comme une pièce maitresse de la marque. C’est ainsi qu’après des mois de brainstorming, de tests et d’idées folles, Seiko dévoila fièrement au monde la Grand Seiko, son chef-d’œuvre. Depuis le début, Grand Seiko est représenté par un lion, symbole d’excellence et de souveraineté.

Il s’agit d’une pièce entraînée par le nouveau calibre 3180 annonçant une réserve de marche de 45 heures et une précision de -3 /+12 secondes par jour. Elle est la première montre japonaise à laquelle un des « Bureaux Officiels de Contrôle de la Marche des Montres » ont  attribué un certificat d’excellence.

Le concept de Grand Seiko fut donc toujours de proposer le meilleur du meilleur et ce fut le cas pour toutes les montres qui portèrent ce nom. La marque l’a à nouveau prouvé en 1964 avec la Grand Seiko Self-Dater, aussi pratique que magnifique, puis en 1967 avec la 44GS, la montre à remontage manuel à 5 alternances la plus précise au monde à l’époque qui apporte également de nombreux aspects de design qui deviendront des signes distinctifs de Grand Seiko. Elle suit des règles strictes au niveaux des proportions, des angles, de la qualité des finitions etc.

Les 9 règles qui régissent le design Grand Seiko depuis cette pièce sont les suivantes :

  • Les index sont rectangulaires et ont plusieurs facettes
  • L’index à 12h se doit d’être deux fois plus large que les autres
  • La lunette se doit d’être polie en suivant la méthode Zaratsu et en présentant une arrête nette
  • Les plans et autres angles du boîtier sont eux aussi polis avec précision
  • La couronne est semi-encastrée dans le boîtier pour un confort accru
  • Le cadran est plat pour une meilleure lisibilité
  • Les aiguilles des heures et des minutes sont polies et ont plusieurs facettes
  • La ligne latérale du boîtier est inclinée pour un profil galbé élégant
  • La lunette et le fond du boîtier offrent des inclinaisons inversées d’un par rapport à l’autre.

Comme on le voit, ces règles de design précises jouent avec les angles, les reflets, le polissage, les ombres et la lumière, pour offrir des pièces à la lisibilité proche de la perfection et au design élégant, travaillé, épuré et fonctionnel. Le tout se base sur une vision typiquement japonaise du design et de l’utilisation des perspectives ou de la lumière.

Toujours en 1967, la 62GS vit le jour et fut la première Grand Seiko à remontage automatique. Les années suivantes, Seiko continua à montrer son savoir-faire et sa philosophie à travers cette collection avec entre autres leur première automatique « Hi-Beat » à 10 alternances, mais aussi avec leur premier modèle pour femme en 1968, puis avec des pièces mécaniques à la précision inégalée comme les VFA (Very Fine Adjusted), pièce mythique de la marque garantissant une précision de +/- 60 secondes par mois pendant 2 ans.

En 1988, on vit l’apparition de la première Grand Seiko entraînée par un mouvement à quartz : la 95GS et sa précision de +/- 10 secondes par an, bien plus performantes donc que toutes les montres à quartz existantes à cette époque. Chaque composant est produit en interne par Grand Seiko, allant jusqu’aux cristaux de quartz conçus selon leur propre méthode.

Grand Seiko continua d’enchaîner les modèles à quartz pour hommes et femmes plus précis et élégants les uns que les autres pendant la fin des années 80 et le début des années 90, puis lança son nouveau calibre à quartz en 1993 : le 9F83 offrant des caractéristiques encore plus impressionnantes et une durée de vie largement améliorée, que la marque améliorera encore en 1997 avec la série 9F6.

En 1998 fut dévoilée une nouvelle génération et un nouveau calibre mécanique Grand Seiko, le premier depuis 20 ans, comme toujours utilisant des technologies de pointe dans la production pour un produit final d’une qualité irréprochable.

En 2005, on découvrait la première Grand Seiko dotée du mouvement 9R65 à remontage automatique et utilisant la technologie « Spring-Drive ». Elle proposait une réserve de marche de 72 heures.

En 2009, c’était au tour d’un nouveau mouvement Grand Seiko Hi-Beat 36 000 alternances par heure de voir le jour. Il offre une précision grandiose avec une marge d’erreur de +5 / -3 secondes par jour et une réserve de marche de 55 heures. Comme d’habitude, un chef-d’œuvre.

En 2014, une Grand Seiko GMT gagne le « Prix de la Petite Aiguille » au Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Il s’agit de la référence SBGJ005.

grand seiko chef d oeuvre

En 2016 naît la Grand Seiko Spring-Drive entrainée par le calibre 9R01 (ci-dessus), avec une réserve de marche de 8 jours. Cette pièce d’un simplicité incroyable renferme un des calibres les plus avancés et les plus travaillés au monde.

2016 fut également l’année de lancement de la collection Grand Seiko « The Black Ceramic », qui fait entrer Grand Seiko dans le monde de la « Sports Watch ».a

2017 fut une année charnière pour Grand Seiko, puisque c’est l’année qui vit cette appellation devenir une marque à part entière et non plus une branche de la marque Seiko.